Bâtiment. La reprise d’une entreprise par ses cadres a très souvent du bon. L’exemple d’Oxxo, fabricant de fenêtres et de portes en PVC implanté à Cluny (Saône-et-Loire), le démontre à merveille.

Laissée sans vision industrielle ni réelle stratégie commerciale lorsqu’elle appartenait au groupe Lapeyre (Saint-Gobain), l’entreprise revit depuis avril 2008.

«Nous sommes cinq cadres dirigeants, avec l’appui du fonds d’investissement Orium (ndlr : majoritaire), à avoir repris la société», explique Franck Rostand, le président du directoire.

En faisant par ailleurs des émules, puisque quinze autres cadres sont depuis devenus actionnaires.

Et la formule paie ! De 67 millions d’€ de chiffre d’affaires en 2007, Oxxo atteint dorénavant les 75 millions et bénéficie d’une croissance de 2 à 3% par an. Numéro un français des menuiseries en PVC dans le domaine du logement collectif (près de 22% de parts de marché), le fabricant élargit son champ d’intervention.

La création d’Oxxo Baies fin 2009 (11 personnes et déjà 3,5 millions d’€ d’activité) lui permet de toucher les particuliers. Hors les gros appels d’offres traités en direct, toute la commercialisation passe par des menuisiers poseurs. «Nous développons par ailleurs de nouveaux produits : des volets roulants intérieurs, des coulissants et des portes», indique le dirigeant.

7,6 millions d’€ d’investissement

Si concevoir de nouveaux produits et diversifier les marchés s’affichent comme une priorité, Oxxo n’en oublie pas pour autant son outil industriel. Vieillissant pour ne pas dire obsolète, il bénéficie jusqu’en 2012 d’un programme de 7,6 millions d’euros d’investissement.

Treize nouvelles machines : soudeuses, ébavureuses, ficheuses et robots de débit, viennent d’être installées. Elles seront à terme rejointes par cinq lignes d’assemblage et une dédiée aux volets roulants. Tous ces nouveaux investissements s’inscrivent dans une démarche de lean manufacturing (coût, délai, qualité) et d’amélioration constante de la productivité.

Pour se financer, l’entreprise n’a guère rencontré de réelles difficultés. La caution d’Orium sert de sésame et un pool bancaire, emmené par la Crédit Agricole et le Crédit Lyonnais où figure aussi la Caisse d’Épargne, joue parfaitement le jeu.

La question du recyclage des chutes de PVC, matériau imputrescible qui a mauvaise presse à force de s’être entassé en décharges, ne pose pas non plus de problème à l’entreprise. Elle dispose à demeure d’un broyeur pour les réintégrer dans son process d’extrusion ou les revendre pour d’autres applications.

Quid toutefois des vieilles fenêtres remplacées lors les chantiers ? Là encore, Franck Rostand a la réponse. «Nous passons par le groupe allemand Veka qui les retraite intégralement, en séparant tous les composants». À consulter sur le sujet : www.vekarecyclage.com

Mise à jour 4-04-2011. «Dès mai, nous arrêtons la sous-traitance avec Lapeyre, notre ancienne maison-mère, puis progressivement la fabrication de profilés pour nos propres gammes», a annoncé Franck Rostand, président du directoire, lors d'une conférence de presse le 31 mars. Depuis son usine de Troyes, l'extrudeur allemand Veka sera le fournisseur exclusif du menuisier qui estime trop lourde, la remise à niveau des lignes d'extrusion à partir de juin 2012. Les 25 salariés de cet atelier (sur 250 en production) seront transférés sur les lignes d'assemblage et le moindre recours à l'intérim ajustera les effectifs.

Crédit photo: Oxxo

Commentez !

Combien font "9 plus 5" ?