Sécurité. Joli coup réalisé par Oberthur Cash Protection (80 salariés), filiale dijonnaise du groupe familial Oberthur, retiré de la bourse depuis 2008.

Le numéro un mondial des systèmes de protection de fonds (transport et distribution automatique) vient de décrocher un contrat de 8 millions d’€ auprès de la société britannique G4S qui détient le monopole de tous les transports de fonds en Belgique.

«Ce pays a rendu obligatoire depuis plus de quatre ans l’acheminement de toutes les espèces papier par des valises intelligentes et l’on ne dénombre plus aucune attaque», explique Patrice Rullier (*), le directeur général adjoint de Oberthur Cash Protection.

Bouffée d’oxygène aussi, après les années 2008 et 2009, où l’effet conjugué de la crise économique et de mauvais choix dans le développement de produits, comme dans la stratégie commerciale, a pénalisé l’entreprise et même provoqué un plan social touchant 9 personnes.

Depuis, l’industriel, implanté à Dijon (derrière Ikea), reprend du poil de la bête. Il réembauche à hauteur de quatre à cinq personnes et mise sur un chiffre dépassant les 20 millions d’€, dont près d’un tiers à l’international.

Pourquoi et comment ?

«Nous nous diversifions géographiquement et ciblons une nouvelle clientèle», indique le dirigeant. Plusieurs projets pilotes sont actuellement en cours en Amérique Latine et dans certains pays européens qui vivent une recrudescence importante de hold-up. En France, La Brinks s’est même laissé séduire par le matériel très high-tech du fabricant.

Rendre toute tentative d’agression inutile

Car l’inventeur du maculage par encre indélébile des billets de banques améliore sans cesse sa technologie.

Les 20 ingénieurs et techniciens de son centre de R&D disposent pour se faire d’un budget conséquent qui atteint les 15% du chiffre d’affaires.

À l’effraction des valisettes qui déclenche un maculage instantané, s’ajoute, grâce de l’informatique embarquée, le même résultat si l’itinéraire de collecte des fonds est un tant soit peu modifié sans respecter les procédures prévues. Et bien d’autres choses encore que l’entreprise conserve confidentiel.

En dehors de la sécurisation des distributeurs automatiques de billets et du transport de fonds, Oberthur Cash Protection s’intéresse aujourd’hui aux marchés de la protection de l’argent qui circule à l’intérieur des salles de jeu des casinos et aux collectes de fonds, inférieures à 30 000 €, des galeries marchandes des centres commerciaux. «Nous développons notamment des coffres à roulette autoprotégés», précise Patrice Rullier.

Le groupe Oberthur (6 000 personnes, 978,8 millions de chiffre d’affaires, en hausse de 8,2%, 6 800 salariés) est également présent à Dijon avec une unité de production de cartes à puce (activité vouée à être en partie cédée, Les Echos du 12 mai). Il est, par ailleurs, le troisième imprimeur mondial de billets de banque et détient le leadership international pour la fabrication de passeports.

(*) Patrice Rullier vient d'être réélu président d'Euricpa, l'association européenne des fabricants de matériel de protection de fonds qui intervient auprès de la commission européenne de Bruxelles et de la Banque centrale européenne.

Crédit photo: Oberthur Cash Protection

1 commentaire(s) pour cet article
  1. GGdit :

    Un article passionnant dont des détails historiques méritent d'être rappelés. En pleine canicule qui rendait les contacts encore plus difficiles entre Oberthur et le Grand-Dijon, donc en 2003, des discussions se sont engagées pour maintenir à Dijon AXYTRANS, filiale d'Oberthur. Le PDG d' Oberthur, Mr SAVARE accepta de conserver sa filiale. Le résultat ainsi obtenu, grâce au travail mené avec les délégués du personnel : une centaine d'emplois sauvés, permet maintenant de mieux assurer l'avenir. Bravo à Traces-Ecrites de donner des infos aussi intéressantes !

Commentez !

Combien font "1 plus 3" ?