Machine spéciale fixant les culots (bagues en aluminium) aux extrémités des tubes.
Machine spéciale fixant les culots (bagues en aluminium) aux extrémités des tubes.

ECLAIRAGE INDUSTRIEL. Le fabricant chalonnais de tubes fluorescents investit et va recruter plus de 50 personnes dans les prochaines années.

Rebaptisé Nordeon depuis son rachat en décembre 2012 par le fonds d’investissement hollandais Varova, il développe une technologie très pointue dans ses deux vastes unités de l’ancien site Philips.

Découverte en compagnie de Félix Zwaryszczuk, le directeur général.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Il faut presque courir pour suivre Félix Zwaryszczuk, directeur général de Nordeon à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire). Le dirigeant navigue à pas de géant dans ses deux vastes unités de 30 000 m2 dédiées à la fabrication de tubes fluorescents.

Premier arrêt, la verrerie (TGI Tubes) où un gigantesque four à gaz prépare une pâte de verre à 1 500° qui, extrudée, emprunte ensuite un conduit de 200 mètres pour progressivement se refroidir.

La chaleur est suffocante, mais personne n’y demeure bien longtemps. « Tout est automatique car le four a été complètement refait en 2008 pour 5 millions d’€ », précise Félix Zwaryszczuk.

Il sait de quoi il parle pour avoir été le directeur général de cette ancienne usine Philips, racheté grâce à son entremise, le 3 décembre 2012, par le fonds d’investissement hollandais Varova.

La visite se poursuit par l’unité d’assemblage et démontre toute la technologie à mettre en œuvre pour réaliser ce type d’éclairage industriel.

Jugez-en : pose des cathodes (filaments électriques), intégration de terres rares pour provoquer le rayonnement - le bleu, le rouge et le vert donne le blanc souhaité -, vidage de l’air dans les tubes et insufflage de gaz krypton et argon, fermeture des deux extrémités par soudure à chaud et pose des culots.

Surveillance de la fabrication des lampes et notamment de la mesure du flux lumineux.
Surveillance de la fabrication des lampes et notamment de la mesure du flux lumineux.

3 millions d’€ dans une nouvelle ligne.

« Les tubes fluorescents retransmettent le mieux l’éclairage naturel, car ils restituent 90% des couleurs que nous voyons grâce au soleil », explique le dirigeant.

De fait, Nordeon Chalon (150 salariés, dont 10 personnes souffrant d’un handicap, 35 millions d’€ de chiffre d’affaires) produit pas moins 25 millions d'unités pour Philips, auxquels se rajoutent 2 millions de lampes spéciales : non-explosives pour les plates-formes pétrolières, gainées de plastique pour les industries agroalimentaires ou encore spécifiques aux zones froides, ainsi que 2 millions à sa marque propre (*).

Fort de ce savoir-faire, le fabricant entend se développer. Il va investir ces prochaines années 5 millions d’€ dans de nouveaux équipements, dont 3 millions pour acquérir une ligne spécialisée pour des produits de 15mm de diamètre qui épousent mieux la tendance actuelle du marché.

Côté embauche, plus de 50 personnes pourraient rejoindre l'entreprise à terme, notamment des régleurs et des technico-commerciaux.

Sa société mère n’est pas en reste. Nordeon, qui exploite un site de production de luminaires à Springe, près de Hanovre (Allemagne), vient de racheter Vulkan au groupe Hess, un concurrent d’outre-Rhin.

Grâce à l’acquisition de cette entreprise implantée à Villingen-Schwenningen (Bade-Wurtemberg), mais également présente à Gaffney (Caroline du Sud, USA), l’effectif global du groupe atteint dorénavant les 600 personnes.

(*) Ce dernier volume devrait passer à 25 millions de tubes d'ici à quatre ans.

Félix Zwaryszczuk, directeur général de Nordeon Chalon-sur-Saône.
Félix Zwaryszczuk, directeur général de Nordeon Chalon-sur-Saône.

Qui est Félix Zwaryszczuk ?

A 60 ans, Félix Zwaryszczuk (nom à consonance ukrainienne) n’aime pas certaines choses. Déjà qu’on lui coupe la parole et puis, les gens bourrés de certitudes. « Ceux qui pensent tout savoir n’apprendront jamais », assure t-il.

Ingénieur sorti du Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), il a fait toute sa carrière chez Philips et dirige le site de Chalon-sur-Saône avec un savant mélange d’autorité naturelle et d’esprit collaboratif. « Je délègue beaucoup pour me consacrer à la stratégie », explique t-il.

Il aime en revanche les gens qui s’investissent, les enfants - il en a cinq – et la mixité dans le travail, pas peu fier d’indiquer que : « les responsables de la logistique et du marketing dans l’entreprise sont des femmes ». Toujours très sportif, il pratique le tennis de manière intensive (4 à 5 heures par semaine) avec, dit-il, un sens inné du placement.

Crédit photos : Nordeon Chalon

Commentez !

Combien font "7 plus 1" ?