MBP conçoit ses propres outillages.
MBP conçoit ses propres outillages.

MÉCANIQUE. MBP à Autechaux, près de Baume-les-Dames (Doubs),  a su sortir de l’automobile pour diversifier sa clientèle dans le machinisme agricole, les engins de TP, le ferroviaire et les fabricants de pompes.

La PME comtoise d'une centaine de salariés fabrique de la simple pièce à des ensembles très complexes.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Ici, on tourne, fraise, soude, en un mot, on usine des pièces mécaniques uniques à des ensembles très complexes qui pèsent parfois cinq tonnes et accueillent 120 composants.

Nous sommes à Autechaux (Doubs) dans l’entreprise fondée en 1991 par Bernard Cour et baptisée Mécanique Baumoise de précision (MBP). «Car à l’origine, le lieu d’implantation était Baume-les-Dames, commune toute proche», précise Thomas Sandoz, responsable commercial.

Bien qu'à proximité du pôle économique du pays de Montbéliard, le fabricant ne travaille pas, ou plutôt plus pour l’automobile. Il s’est diversifiée pour éviter les aléas de conjoncture qui plombent régulièrement les équipementiers du secteur.

Les 12 millions d’€ de chiffre d’affaires réalisé sur l’exercice clos au 30 juin 2012 se répartissent à hauteur d’un tiers pour le machinisme agricole, un autre tiers pour le secteur de la construction et des travaux publics, 20% proviennent du ferroviaire et le reste, des industriels spécialisés dans les pompes et le transport de fluide.

Les donneurs d’ordres sont souvent de grands groupes internationaux comme John Deere, Caterpillar, Metso Minerals…

L'un des deux tout nouveau centres multi-tâches.
L'un des deux tout nouveau centres multi-tâches.

8500 heures de formation

Pour satisfaire ce type de clientèle, MBP offre un panel d’équipements impressionnants.

Pas moins de 45 centres et tours à commande numérique cohabitent dans les 4500 m2 d'ateliers.

«Ces deux dernières années, nous avons investi 2,5 millions d’€ dans de nouvelles machines, notamment multi-tâches et palettisées, qui combinent les opérations de tournage et de fraisage», explique Bruno Debrie, le directeur industriel.

Finalité : assurer une plus grande fiabilité des process, accroître la qualité finale et la productivité, mais également augmenter en capacité.

La PME, qui emploie une centaine de salariés, a su s’adapter aux différentes crises depuis cinq ans. A tel point que le carnet de commandes a progressé de 18% sur les derniers mois de 2012.

Entre 2008 et 2009, un plan de formation de 8500 heures, épaulé financièrement par le conseil régional de Franche-Comté, a permis d’éviter le chômage partiel. Pas moins de 41 personnes en ont bénéficié et se familiariser avec la métrologie (mesures).

Si MBP s’en sort relativement bien, c’est aussi parce qu’elle assure de nombreux services connexes à son métier. «Nous disposons de 800 m2 de stockage pour livrer en juste à temps», indique Thomas Sandoz.

Le sous-traitant en pièces mécaniques s'appuie sur un parc de 45 équipements à commande numérique.
Le sous-traitant en pièces mécaniques s'appuie sur un parc de 45 équipements à commande numérique.

L’offre industrielle est aussi très complète et va jusqu’à la constitution de kits utilisables directement sur les lignes d’assemblage.

«D’où un gain de temps très appréciable pour le client et une réduction de son niveau d’inventaire», argumente Bruno Debrie.

Autant d'avantages concurrentiels qui  prouvent que des pans entiers de l'industrie française n'ont aucun complexe à avoir vis-à-vis des confrères européens, notamment allemand et italien.

A un bémol près, car ils se trouvent souvent pénalisés par un manque de main d'oeuvre qualifiée, aggravé dans le cas de MBP par sa proximité avec la Suisse, dont les salaires de 30% à 40% supérieurs syphonnent les candidats à l'embauche.

Crédit photos : Traces Ecrites

2 commentaire(s) pour cet article
  1. Hung TRANdit :

    Bonjour à toute l'équipe MBP, Je me permets de vous laisser un opinion très positive sur votre société. Cet article montre bien que la diversification est une affaire de vision et de management à long terme avec des compétences adéquates à former et à recruter. Je vous souhaite une réussite continuelle et une ténacité face à la pression des salaires en Suisse. Notre site www.competis.fr vous parle des sujets d'actualité proche de vos préoccupations stratégiques. HUng TRAN Gérant de COMPETIS à BESANCON, MULHOUSE

  2. Claude ROSSYdit :

    Bonjour MBP.Bonjour monsieur et Madame Cour. Je suis très heureux de lire cet article de presse concernant la société que vous avez crée avec votre dynamisme et votre courage en 1991 en me souvenant que vous m'avez acheté votre première machine a commande numérique,un tour de marque Somab. Bravo pour cette réussite ainsi que pour votre management réaliste dans la période difficile que vivent toutes les entreprises actuellement. J'ai lu que vous aviez également su vous entourer de collaborateurs efficaces, cela d'ailleurs ne m'étonne pas de vous monsieur Cour. Toute mon amitié et mes très sincères félicitations. Claude Rossy à Besançon.

Commentez !

Combien font "8 plus 4" ?