INNOVATION. Objet d'un stage de fin d'études, la table numérique de jeux réalisée pour le foyer des jeunes travailleurs de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) booste la matière grise des étudiants de l'institut de l'image, département de l'école d'ingénieurs Paris Tech de Cluny.

Leurs encadrants réfléchissent à valoriser cette innovation présentée par le conseil régional de Bourgogne, jusqu'à dimanche soir, sur son stand à la foire de Dijon.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Le principe est simple, encore fallait-il savoir tout assembler : un écran plat de téléviseur posé sur des pieds de table à hauteur d'homme, des capteurs pour pianoter comme sur un smartphone en l'effleurant des doigts, un PC portable contenant les applications des jeux et une batterie costaude pour permettre aux joueurs de se défouler à l'envi.

Baptisé le baby-foot du futur, ce support numérique a été imaginé par Olivier Sébillotte, étudiant à l'institut de l'image de l'école d'ingénieurs Paris Tech de Cluny (Saône-et-Loire).

En plus de la mise en application de l'apprentissage des technologies de communication qu'enseigne l'école, l'étudiant a voulu donner une connotation sociale et conviviale à son travail de fin d'études. Et c'est réussi.

A deux, quatre voire beaucoup plus, on s'amuse comme des petits fous autour de cette table. Peu importe la nature des jeux - société, baby foot, palets, jeux vidéos plus sophistiqués -, leur accessibilité crée une aire de jeux infinie avec un seul support.

Application professionnelle

«La connection avec internet élargit son utilisation à des usages professionnels avec un caractère tout aussi convivial», explique Jean-Luc Martinez, directeur de l'institut de l'image.

On peut consulter, agrandir, trier, stocker des images ou des documents pour alimenter une réunion à plusieurs.

Aller plus loin pour rendre cette table digitale tout ou partie commercialisable, c'est maintenant le défi de l'école qui va en construire une seconde dans la perspective d'un usage domestique.

Modulable par son assemblage ou l'apport d'accessoires, elle pourrait redevenir un téléviseur classique en redressant l'écran, en une table de salon en le masquant et se transformer en table de jeux pour terminer la soirée.

D'autres étudiants sauront sans doute la faire évoluer pour pourquoi pas la retrouver dans quelque temps dans un catalogue de mobilier.

L'école dispose de partenariats industriels et de moyens pour épauler des start-up capables de transformer un sujet d'études en un produit commercialisable.

A suivre...

Crédit photo : Traces Ecrites

Commentez !

Combien font "1 plus 10" ?