METALLURGIE. L’usine Constellium de Neuf-Brisach (Haut-Rhin) aligne les records de production de bobines d’aluminium. En 2012, elle compte faire encore un peu mieux que les 420  000 tonnes atteintes l’an dernier.

Transformatrice d’aluminium pour l’emballage des boissons et les tôles automobiles, l’usine de alsacienne a renoué depuis deux ans avec la croissance, après le coup d’arrêt de la crise qui l’avait vu multiplier les temps de chômage partiel.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

On continue à l’appeler Rhénalu, de son nom du temps où elle appartenait à Péchiney.

Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts, beaucoup d’aluminium dans les fours aussi, et beaucoup de propriétaires se sont succédé : Alcan, le Canadien, Rio Tinto, le minier australien, et enfin le fonds américain Apollo qui lui a donné son dernier nom.

Transformatrice d’aluminium pour l’emballage des boissons et les tôles automobiles, l’usine Constellium de Neuf-Brisach (Haut-Rhin) a renoué depuis deux ans avec la croissance, après le coup d’arrêt de la crise qui l’avait vu multiplier les temps de chômage partiel.

En 2010, elle est revenue à son seuil de référence de 400 000 tonnes. Puis 2011 a marqué une croissance de 5 % et pour cette année, «nous tablons de nouveau sur une légère progression», souligne Raphaël Thévenin, directeur commercial.

Les vents porteurs ? «Un marché de l’emballage en croissance en Europe de l’ordre de 5 %, la montée de l’aluminium dans les véhicules automobiles et les changements d’habitude de consommation de boissons en Europe de l’Est», expose le directeur commercial.

Explication du dernier point : les Vodka Lands traditionnellement friands de spiritueux contenus dans des bouteilles de verre se réorientent vers des boissons moins alcoolisées qui se consomment en canettes, comme la bière.

Le recyclage des canettes des distributeurs de boissons

Ces perspectives confortent le site et son effectif de 1 550 salariés permanents.

Parmi les sources d’approvisionnement en aluminium, le recyclage occupe une place majoritaire.

L’usine réinjecte les chutes de sa production et elle constitue un gros récupérateur des canettes des ménages. Elle cherche aussi à capter les boîtes jetées hors du domicile.

Dans ce but, elle a conclu un partenariat avec Canibal, une PME de la région parisienne qui propose une solution originale et ludique, façon machine à sous,  de récupération de ce qui sort des distributeurs de boissons : gobelets et petites bouteilles plastiques, canettes aluminium et acier.  Mais le volume reste encore marginal.

Constellium de Neuf-Brisach table sur un premier seuil d’un millier de tonnes dans les deux à trois ans.

«Le dispositif a vocation à s’étendre. Il a le grand mérite d’amorcer une solution pour le hors domicile et donc de sensibiliser à cette question qui est d’importance : un tiers des canettes consommées le sont en dehors du foyer», rappelle Raphaël Thévenin.

Photos: Constellium.

Lire aussi : http://canibal.fr

Commentez !

Combien font "10 plus 4" ?