rcf
Le nouveau logo dévoilé à l'entrée de RCF à Dijon.

 

MEDIA. Pus de trente ans après les premières radios libres, malgré les dons des auditeurs et l'ouverture à la publicité, les radios associatives peinent encore à trouver un modèle économique.

De toutes les radios associatives, le réseau RCF (Radio Chrétienne de France) est parmi les mieux armés pour aborder une nouvelle baisse des financements du ministère de la Culture.

Témoignage de RCF en Bourgogne, le nouveau nom de RCF Parabole à Dijon.

 

image001Mardi 6 janvier, les 63 radios locales de RCF (Radio Chrétienne de France) ont revêtu une nouvelle parure : un logo rajeuni et « enthousiasmant », selon les termes de Jacques Blanchot, président de RCF en Bourgogne, installée sur le site de l'évêché à Dijon. Leur organisation en fédération leur donne des moyens techniques et de communication qu'aucune radio de proximité ne peut s'offrir.

 

La nouvelle signature "La joie se partage" ne renie en rien les origines de la radio, à l'aube d'une nouvelle ère que rien ne laissait deviner il y a quelques années : bien qu'ils préfèrent utiliser le mot partenariat, les responsables de l'association déclarent sans complexe vouloir ouvrir l'antenne à la publicité. C'est même une nécessité.

 

RCF en Bourgogne dispose d'un budget annuel de 220 000 € qui ne l'autorise pas à avoir plus de trois salariés : une responsable d'antenne, un journaliste et un technicien, équipe renforcée par un jeune en service civique. La majorité des émissions locales représentant 4h et demie de diffusion  (le reste étant apporté par la "chaîne" nationale née sur les hauteurs de Fourvière, à Lyon) sont réalisées par une soixantaine d'animateurs et producteurs bénévoles d'émissions locales.

 

Un budget de 200 000 €

 

Les recettes proviennent de quatre sources. Une subvention du diocèse, les dons de deux associations de soutien, l'une constituée d'auditeurs, l'autre d'une douzaine de chefs d'entreprise, et le fonds de soutien à l'expression radiophonique (FSER) du ministère de la Culture apportent chacun environ 40 000 € par an ; les partenariats génèrent environ 20 000 €.

 

lapostolle
Une Dacia aux couleurs de RCF pour conduire notre confrère journaliste Christophe Lapostolle sur les événements en Côte-d'Or.

« Nous avons des difficultés à joindre les deux bouts », reconnaît Jacques Blanchot, président également bénévole tout comme le directeur Jean-Michel Reiss. « Mais avec 75 000 auditeurs par semaine dont 50 000 en Côte-d'Or, RCF en Bourgogne a désormais un profil intéressant pour les annonceurs ».

 

Problème : les radios associatives sont prises entre deux feux, entre le financement par la publicité, adopté par les radios locales commerciales, et les dons et subventions par lesquels vivent la plupart d'entre elles. « Pour prétendre au fonds de soutien à l'expression radiophonique, il faut faire un exercice d'équilibre ; un petit peu trop de recettes publicitaires peut faire perdre la totalité de la subvention du ministère de la Culture qui s'élève pour RCF en Bourgogne à 40 000 € », affirme le président.

 

Moins d'aides du ministère de la Culture

 

L'exercice devient délicat dans un contexte de restriction des deniers publics. Selon la confédération nationale des radios associatives, en 2015, le financement du ministère de la Culture est ramené à son niveau initial de 2013 à 29 millions d'€, alors que le nombre de radios autorisées par le CSA et éligibles aux aides ont augmenté, approchant 650.

 

La situation économique conduit la radio dijonnaise à renforcer ce qui fait son ADN, la solidarité et le partage. Ainsi, des échanges éditoriaux avec RCF Besançon donnent naissance à une chronique des régions, chaque matin de la semaine, à 7h. Déjà, des échanges de reportages se pratiquent avec une radio locale laïque de Saône-et-Loire, Radio Bresse. Dernier partenariat en date, Traces Ecrites News alimente une chronique économique tous les mercredis matin dans le journal de 8h.

 

rcflogo

 

RCF dans l'est

 

Bourgogne : Dijon 88.3 MhZ, 7 émetteurs sur Côte-d'Or et en Saône-et-Loire - Nevers 89.2, 4 émetteurs  dans la Nièvre.

 

Franche-Comté : Besançon 87.6, 7 émetteurs dans le Doubs et la Haute-Saône - Dole 103.2, 6 émetteurs dans le Jura - Belfort 88.4, 2 émetteurs dans le Territoire de Belfort.

 

Champagne-Ardenne : Châlons-en-Champagne 88.6, 5 émetteurs dans les Vosges, la Marne et la Haute-Marne - Troyes 88.2, 8 émetteurs dans l'Aube et en Haute-Marne.

 

Lorraine : Nancy 93.7, 2 émetteurs en Moselle et Meurthe-et-Moselle.

 

RCF n'est pas présente en Alsace.

 

1 commentaire(s) pour cet article
  1. Pierre CHEVALIERdit :

    Bravo et longue vie à ce partenariat que j'ai eu à plaisir de découvrir cette semaine ! Les médias qualitatifs, si rares dans la "bouillie" médiatique que l'on nous sert au quotidien, doivent continuer de se rapprocher tout en conservant leurs spécificités respectives.

Commentez !

Combien font "1 plus 8" ?