Tonnellerie. Sylvain Charlois va de plus en plus vite afin de donner au groupe qui porte son nom une dimension internationale. Il vient de racheter en Californie la tonnellerie Winemarkers Cooperage (11 salariés), en assortissant la transaction d’un contrat pluriannuel de fourniture de barriques à la société Teasury Wine Estates, la division vin aux États-Unis du brasseur australien Foster, à hauteur de 60% de ses besoins.

Cette croissance externe fait suite à l’acquisition en janvier 2010 de Saury, cinquième tonnelier français implanté à Saint-Pantaléon-de Larche, près de Brive (Corrèze). Grâce à ce nouveau développement, dont le montant n’a pas été révélé, le groupe Charlois (50 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont 70% à l’exportation, 300 personnes) s’ouvre le vaste marché nord-américain.

«Nous allons fournir, en chêne américain et à la marque Denis and Sons, des produits haut de gamme à d’autres opérateurs viticoles locaux, ce qui nous conduira à doubler nos effectifs outre-Atlantique à compter de mai prochain», explique le dirigeant.

L’art de fabriquer une barrique, un foudre ou encore un fût n’est pourtant pas le métier d’origine de l’entreprise, implantée à Murlin (Nièvre). Les Charlois depuis plusieurs générations sont des merrandiers. Ils fournissent des pièces de bois en chêne fendu appelées merrains qui, une fois assemblées, deviennent des douelles et forment le corps du tonneau.

Financement propre

«Comme les grands tonneliers, notre clientèle traditionnelle, possèdent aujourd’hui une ou plusieurs merranderies, nous avons parcouru le chemin inverse pour créer un circuit de distribution en grande partie intégré», argumente Sylvain Charlois.

Contrairement à l’acquisition de Saury, facilitée par l’entrée au capital, à hauteur de 45%, de plusieurs fonds d’investissement, dont Axa Private Equity, le groupe nivernais a financé sa dernière croissance externe par ses propres moyens. Il avait fait de même dans le courant de l’année dernière pour s’offrir un laboratoire dédié aux analyses et recherches vini-viticoles.

Son nouveau périmètre compte dorénavant deux merranderies et cinq tonnelleries : Saury, Leroi, Ermitage, Berthomieu et Charlois Cooperage USA. Il exploite également une scierie à Malviche (Nièvre), spécialisée dans les palettes et les traverses de chemin de fer, servant à valoriser les bois impropres à la production des douelles.

Soucieuses de la qualité et de la préservation de la ressource forestière, les sociétés du groupe Charlois ne travaillent que des bois PEFC (Programme de Reconnaissance des Certifications Forestières), certifiées de surcroît HACCP et ISO 9001. Elles conduisent actuellement une procédure de certification environnementale ISO 14000.

Crédit photo: Groupe Charlois

Commentez !

Combien font "9 plus 5" ?