Sous réserve d’acceptation des autorités boursières, la fonderie de Saint-Claude pourrait entrer en bourse dès cet été. Elle officialise, aujourd'hui jeudi 7 mars, ce projet rendu nécessaire, faute de financements bancaires suffisants, pour doubler l’activité d'ici cinq ans, par croissance organique et externe.

La fonderie aluminium sous pression, implantée à Saint-Claude (Jura) et reprise en 2012 à la barre du tribunal, avance à pas de géant et table sur une introduction en bourse cet été. La raison est simple. De 45 millions d’€ de chiffre d’affaires cette année, l’industriel compte réaliser 70 millions en 2022.
« Ce sont des contrats fermes signés avec l’industrie automobile qui représente 90% de notre activité », précise Gianpiero Colla, le président opérationnel et actionnaire majoritaire.

 

Kremernouvellepub

 

Mais le savoir-faire est très capitalistique et impose des équipements performants : presses de plus de 2.000 tonnes et centres d’usinage à commande numérique. Aux 10 millions déjà investis depuis cinq ans, doivent s’ajouter pas moins d'une quinzaine de millions dans les quatre prochaines années.
« Nous sommes, en outre, sur une technologie pointue et uniquement tournée vers les moteurs à essence ou hybrides qui ne souffre aucun défaut », indique Manuel Martins, le directeur général.
Pour preuve, le dirigeant avance les projets à venir avec Renault et Peugeot qui génèreront 26 millions de chiffre d’affaires sur quatre ans. L'entrée en bourse est aussi rendue nécessaire en raison de la frilosité des banques locales.
Un article de notre confrère du Parisien du 4 janvier 2018 explique que l’entreprise, pourtant très peu endettée, est allée de refus bancaire en refus bancaire, au point de recourir à un fonds d’investissement pour qu’il finance 4,2 millions de matériel dernier cri, loué ensuite.

ilotdefonderie
Îlot de fonderie avec presse de 1.000 tonnes. © MBF Aluminium.


35 ingénieurs et techniciens à la R&D et aux méthodes

Une attitude d’autant plus incompréhensible qu’avec 60 recrutements réalisés et une vingtaine à venir, la fonderie dépassera les 300 salariés et confortera sa place de premier employeur de la région.
Sa force originelle qui convainc les principaux constructeurs, elle la puise en amont au sein d’un service de R&D composé de treize ingénieurs et deux techniciens, auxquels s’ajoute dix ingénieurs aux méthodes. « Je n’ai jamais voulu externaliser ce nerf de la guerre pour préserver nos compétences et notre conjoncture porteuse me donne aujourd’hui raison », note Gianpiero Colla.

 

granvelle 

 

L’entrée en bourse pour 20% du capital génèrera des ressources de nature à aussi favoriser de la croissance externe selon les opportunités. « Nous voulons devenir le numéro un français et un leader européen du secteur », assure Manuel Martins. MBF Aluminium produit 60% de pièces brutes de fonderie et le reste en pièces usinées.

Qui sont Gianpiero Colla et Manuel Martins ?

dirigeantsmbfaluminium
De droite à gauche, Gianpiero Colla, président et Manuel Martins, directeur général. © MBF Aluminium.
Le premier, président de l’entreprise, ne peut cacher ses origines transalpines, tant son accent et son humour nous transportent immédiatement de l’autre côté des Alpes. Né dans le Piémont, cet homme de 57 ans commence à travailler dans l’entreprise familiale de transport.
C’est cette voie que choisit Gianpiero Colla lorsqu’il arrive en France courant 2004, mais pour ensuite bifurquer vers l’industrie et reprendre à la barre du tribunal MBF Aluminium qu’il relance depuis pour en faire un leader européen.
Manuel Martins, son directeur général et associé (5% des parts) est un ingénieur de formation en mécanique et productique qui s’est spécialisé dans les ressources humaines.
Savoyard, il débute sa carrière dans l’automobile, au sein d’une filiale de Renault. Sa rencontre il y a douze ans avec Gianpiero Colla est décisive et scelle une collaboration pérenne.
5 commentaire(s) pour cet article
  1. Michel RAYMONDdit :

    MBF ALU : cessation de paiement octobre 2020, dire que le dirigeant Colla se vantait un an avant qu'il croulait sous le boulot ... Liquidation MBF à la mi juin 2021 ... Colla présente les nouveaux maillots de son équipes de foot le 27 mai 2021, maillots avec, encore, les couleurs de MBF ... Fin juillet 2021 Colla annonce qu'il a porté plainte auprès de Bruxelles concernant MBF ... sauf que la Cour de justice européenne n'a pas son siège dans la capitale belge...

  2. RAYMONDdit :

    Nous voilà en avril 2021. Aujourd'hui funérailles en GB et manif à St Claude pour sauver MBF ... Le tribunal de commerce vient de juger la dernière offre de reprise présentée par ( devinez) ... Mr Colla qui n'hésite pas à redemander des subventions et des ajournements de dettes. Plan jugé " manquant de sérieux" et donc refusé ... Malgré des accusations d'abus de biens sociaux portées par Arlette Charlot sur Mediapart, Mr Colla n'a jamais porté plainte contre elle, non conformément à une de ses déclarations faite à ses employés. Colla a su empoché des subventions publiques donc venant de nos poches Colla a su tromper de "bons journalistes" qui trouvaient que MBF méritaient d'entrer en bourse. Colla a su tromper aussi un analyste "excellent" qui a travaillé son dossier pour qu'il entre en bourse. Colla, fidèle à lui-même, a su coulé une entreprise de plus. Et le plus fort dans tout cela..., c'est que personne n'a porté d'accusations contre Colla côté syndicats et ça c'est étonnant, très étonnant même. Déjà chez GM+S les syndicats ne l'avaient pas fait... Souhaitons, avec les syndicats de MBF Alu, longue vie et bon rétablissement à Mr Colla entré à l'hôpital début de mois en Italie, cause Covid.

  3. RAYMONDdit :

    Du groupe ou holding britanico italien CMV ( COLLA, MARTINS,VIEVILLE) ne survit désormais que MBF aluminium. On apprend aujourd'hui que MBF Alu est en grande difficulté financière. Voir les infos de FR3 Bourgogne Franche-Comté C'est dommage pour le club de foot italien de Albenga (ALBENGA1928), dont Mr et Mme COLLA sont les patrons. A peine constitué, ce club pourrait lui aussi se "ramasser",puisque leur sponsor principale ... Oui ... c'est MBF Aluminium. Dans une interview donnée à SVSPORT-IT Mr COLLA affirme ne pas être un clown et, pour démontrer son sérieux, affirme être en bourse ( qu'il le démontre )

  4. RAYMONDdit :

    On est en septembre et MBF n'est pas en bourse....les carottes sont cuites...

  5. Arlettedit :

    Pour comprendre les raisons du refus des banques de prêter, il faut lire attentivement le bilan de MBF et poser des questions sur le montant du poste autres créances, dont la majeure partie, environ 11 millions € n'est jamais explicitée et perdure depuis 2013, date d'arrivée de G Colla à MBF En outre, la méfiance des banques pourrait aussi se justifier par le choix de la localisation de la holding en Grande Bretagne alors que le groupe CMV (Colla, Martin, Vieville) ne comporte que des filiales françaises. On peut aussi se poser la question de savoir pourquoi les constructeurs automobiles ne se sont pas portés caution auprès des banques. Enfin le palmarès de G Colla en matière de faillite d'entreprise n'est pas de nature à rassurer : Metaltemple en Savoie, Baud Mécanique en Haute Savoie, Fumel en Aquitaine, GM&S dans la Creuse

Commentez !

Combien font "1 plus 3" ?