RECRUTEMENT/TRANSPORT Le secteur du transport routier compte parmi ceux qui embauchent le plus, mais il souffre d’une mauvaise image auprès du grand public.
Dirigeante des Transports Grenin à Imphy, près de Nevers (Nièvre), et depuis fin 2017, présidente du Medef de la Nièvre, Elizabeth Grenin livre quelques solutions, issue de l’expérience du groupement Astre dont son entreprise fait partie et qui regroupe 161 PME indépendantes en Europe.

 

greninmadame
Elizabeth Grenin, dirigeante des transports qui porte son nom dans la Nièvre.


• Quels sont les freins à l’embauche dans les transports routiers ?


Les transporteurs souffrent auprès du grand public d’une mauvaise image. Trop de camions, conditions de travail difficiles, peine à mener une vie familiale normale, pas d’évolution de carrière … Ce n’est pas complètement faux, mais il y a dans ces considérations, beaucoup d’exagération comme d’idées préconçues.
De nombreuses d’entreprises font des efforts pour réduire leur empreinte carbone avec la démarche de label CO2 [ par le bridage de la vitesse des véhicules, l’éco-conduite, par exemple, ndlr] ; les rémunérations des chauffeurs routiers sont correctes et le “découché à la semaine” ne concerne que les grands routiers sur de longues distances.

D’ailleurs, les entreprises qui font de la messagerie sur des petits circuits ont plus de facilité à recruter car les employés veulent pour la plupart rentrer chez eux le soir. Deux découchés par semaine, pour beaucoup, c’est déjà trop.

 

négociants

 

• Comment y remédier ?


Certaines parties de la convention collective datent de plus de 10 ans. Le métier a fortement évolué, d’ailleurs il faudrait plus parler de métiers au pluriel. Les grilles salariales varient selon le poids du camion qui est conduit. Cela a le mérite d’être simple mais un peu trop réducteur à mon sens. Il serait judicieux que nos organisations respectives (salariées et patronales) se penchent sur le sujet dans le but de mieux valoriser certaines filières, afin de les rendre plus attractives. Ensuite, il nous faut former et le groupement d’entreprises avec des offres de formation collectives est une bonne solution.
Le groupement Astre (*), 1er européen de transport et de logistique, fort d’un réseau de 161 PME indépendantes - [ dont fait partie l’entreprise Les Transports Grenin, ndlr ] a choisi de créer sa propre école, nommée la LOG’IN3 Académie.

En partenariat avec l’AFPA, l’OPCA Transports et Pôle emploi, trois sociétés de transport routier de l’Aube (**) se sont lancées le défi de d’apprendre le métier à des personnes, de tout âge, en recherche d’emploi ou en réorientation professionnelle. Depuis octobre 2017 et jusqu’en avril 2018, 9 stagiaires âgés de 20 à 50 ans, sont formés en alternance. Ce groupement va être élargi à 7 entreprises et petit à petit, le cercle va s’agrandir.
Dans la Nièvre, nous allons élargir ce type de groupement d’employeurs à différents métiers du transport : ambulanciers, transporteurs de voyageurs, déménageurs, etc. Ceci pour capter un public plus large, lui donner une ouverture sur différents métiers, et du coup, offrir une évolution de carrière plus attractive et des possibilités de changement en fonction des moments de la vie.

 

astre
Astre, un groupement de transporteurs indépendants.

 

• Comment vendre le métier pour attirer les candidats ?

 
Etre au volant n’est pas l'essentiel dans le métier, même si c’est ce qui peut attirer en premier, surtout les jeunes. Le chauffeur routier a un rôle plus large. Premier contact  de l’entreprise chez son client, il a un rôle commercial passif. En outre, c'est un métier qui laisse toute autonomie d’organisation de la journée de travail.
Parmi les pistes pour recruter, nous travaillons celle de la communication dans les lycées, auprès des garçons mais aussi des filles qui sont de plus en plus nombreuses à devenir chauffeur routier. Les recrutements devraient également être facilités dès lors que seront davangage développés les CAP et les BEP, car la formation en alternance est la meilleure.

pvfinpi

 

• Celui qui voyage régulièrement sur les autoroutes, a le sentiment que les conditions de travail sont tout de même difficiles...


Il est vrai que les relations professionnelles dans la filière se sont détériorées ; forme d’irrespect de la part du client lorsque le chargement a du retard ; chargements refusés lorsqu’ils arrivent dans le dernier quart d’heure avant la fermeture de l’usine ce qui oblige le chauffeur à attendre le lendemain pour décharger alors que la faute ne lui incombe pas forcément : les encombrements de la circulation, la météo. Mais le portrait que je dresse ici n’est pas une généralité, ce sont des incidents de parcours qui ne se rencontrent pas partout.

(*) En 1992, sur l’idée “L’union fait la force ” 18 PME se sont réunies pour l’échange de fret. Aujourd’hui, Astre en compte 161 qui ont 400 implantations dans plus de 10 pays de l’Union européenne. Parmi les actions communes, la mutualisation des achats, une réponse collective aux consultations et appels d’offres, la communication.


(**). Ces trois sociétés sont situées dans l’Aube : TCP, Gamba-Rota et STTI.

 

cdjura


Près de 400 emplois de chauffeurs routiers en attente

en Bourgogne-Franche-Comté

 


Selon l’Union des Transporteurs Routiers de Bourgogne, les besoins de recrutement de la filière se chiffrent à 618 personnes en Bourgogne-Franche-Comté. Le grand nombre d’emplois disponibles se situe dans le transport de marchandises avec 368 chauffeurs poids-lourds.
Les besoins au dernier semestre 2017, portaient également sur 111 conducteurs en transport routier de voyageurs et 8 conducteurs déménageurs, 73 opérateurs logistiques dont 50 préparateurs de commandes, 11 agents de quai, 8 caristes, 3 magasiniers et 1 manutentionnaire. Sont également cités 21 postes de mécaniciens.
Des sessions de formation de conducteurs routiers sont prévues sur le 1er semestre 2018 à hauteur de 160 places réservées à des demandeurs d’emploi.

 

Source : enquête des organisations professionnelles de la branche (FNTR, Union TLF, FNTV, CSD et Unostra) réalisée du 22 septembre au 10 novembre  2017 dans le cadre de l’initiative TREMPLIN (TRansport EMPLoi INnovation).

 

Photos fournies par l'entreprise.

Commentez !

Combien font "1 plus 7" ?