Fin 2017, en cédant 70% de son capital au groupe Korian, acteur majeur des maisons de retraite médicalisées en Europe, Ages&Vie entendait développer son modèle original – des colocations pour personnes âgées – à plus grande échelle. Un partenariat signé il y a deux mois avec la Banque des Territoires et Crédit Agricole Assurances va l’accélérer.

Fondée à Besançon en 2008 par Nicolas Perrette, Simon Vouillot et Thierry Morel, toujours aux commandes depuis la cession fin 2017 de 70% du capital au groupe Korian, Ages&Vie développe un concept de maisons en colocation pour personnes âgées en perte d’autonomie, dans les centres bourgs et gros villages afin de garder leurs habitants, – les Français souhaitant, pour 90% d’entre eux, vieillir à domicile.
Un partenariat signé il y a deux mois avec la Banque des Territoires et Crédit Agricole Assurances va l’accélérer avec, dès cette année, 28 nouveaux projets dans 17 départements. L’ambition d’Ages & Vie est de construire 300 nouvelles maisons à l’horizon 2024, qui pourront accueillir 2.500 personnes âgées en colocation et devraient permettre de créer 2.500 emplois directs d’auxiliaire de vie.


Batifrancdeux

 


À l’origine, la solution avait été pensée comme une alternative aux Ehpad, une structure à taille humaine affichant des tarifs accessibles au plus grand nombre. Le concept a été affiné au fil des ans pour répondre à une difficile équation : rester dans un petit format tout en atteignant une rentabilité économique. Le modèle économique idéal consiste aujourd’hui à concevoir deux colocations voisines de sept personnes chacune, pour 6 emplois d’auxiliaires de vie au total, dont 4 vivant sur place. Chacune des personnes âgées disposant de son propre studio de 30m2, en rez-de-chaussée, tout en profitant de la vaste pièce à vivre où sont préparés et pris les repas, avec le personnel et les autres colocataires.
En dix ans, déjà, 54 de ces maisons ont poussé en Bourgogne-Franche-Comté, qui hébergent 380 personnes âgées et emploient un peu plus de 200 salariés.

Trois associés pour porter l’investissement immobilier

Actionnaire principal de la société Ages&Vie, le groupe Korian a signé, le 17 mai dernier, un partenariat avec la Banque des Territoires et Crédit Agricole Assurances pour accélérer le développement en France. Une SCI a été créée pour porter l’investissement immobilier – dont Korian détient 30% du capital et ses deux partenaires 35% chacun – et doit permettre dès 2019 le développement de 28 nouveaux projets aux normes Haute qualité environnementale (HQE) dans 17 départements. « Environ 300 millions d’euros vont être investis sur trois ans », se félicitent les trois dirigeants fondateurs d’Ages&Vie.

BPBFC


Depuis l’entrée du groupe Korian à leur capital fin 2017, la petite entreprise de Besançon s’organise. Ils sont plus de 30 salariés désormais au siège d’Ages&Vie, parc Lafayette. « Nous avons créé un pôle développement pour les nouvelles constructions », explique Nicolas Perrette. «  Ce pôle compte une dizaine de personnes, dont quatre architectes et un économiste de la construction. L’idée est de reproduire des pôles régionaux, comme nous l’avons fait en Bourgogne-Franche-Comté. Un pôle, c’est une vingtaine de maisons, environ 120 salariés et deux ou trois responsables de secteurs. Pour garder nos valeurs et que tout ne parte pas de Besançon. »

« Du mal à suivre la demande »

plainfaingvosges

Deux projets en cours : Baccarat en Meurthe-et-Moselle (esquisse ci-dessus) et Plainfaing, dans les Vosges.
© Ages&Vie

baccaratUne étude prospective réalisée par mail sur le quart Nord-Est, la Bretagne et l’Aquitaine a permis d’identifier 7.000 communes répondant aux critères de taille et de densité de population, et parmi elles 1.085 se sont montrées intéressées pour accueillir une maison. « Depuis un an et demi, nous avons vu 640 maires de communes disposant d’un terrain d’environ 2.500 m2 et de conditions favorables, et, après avoir envoyé nos commerciaux, nous avons déjà validé 176 projets qui sont étudiés au bureau d’étude », poursuit Nicolas Perrette. Sur ces 176 projets, 114 sont validés techniquement, 45 permis de construire ont été déposés et 32 ont déjà été obtenus.
« Tout ça à partir d’un mail. Nous avons du mal à suivre la demande. Nous sentons un besoin de retour au local, les maires sont confrontés à la problématique du maintien de leurs services et, avec nos maisons, nous créons un cercle vertueux : nous faisons marcher les commerces locaux, les médecins, les pharmacies… » Dans les statistiques recueillies par la société bisontine dans son étude prospective, la population de plus de 80 ans atteint souvent plus de 10% dans les communes concernées, et celle de plus de 65 ans 30%. Comme une déferlante qui arrive…

Roger Martin BTP

Commentez !

Combien font "7 plus 6" ?