Technicien assurant le montage d’une sonde courants de Foucault.
Technicien assurant le montage d’une sonde courants de Foucault.

CONTRÔLE NON DESTRUCTIF. Fondé par Pascal Dumont et sa femme Arlette, le petit groupe constitué des sociétés Exceldef et Luziesa a fait sa place auprès des plus grands opérateurs de la filière nucléaire.

Le couple passe aujourd’hui la main à ses deux fils avec pour objectif de développer l’exportation.

Une réflexion est en cours pour créer une unité au Brésil.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Pascal et Arlette Dumont ne sont pas peu fiers d’indiquer qu’ils passent progressivement la main de leurs entreprises, implantées à Dracy-le-Fort (Saône-et-Loire) à une nouvelle génération. En l’occurrence leurs deux fils, Stéphane et Emmanuel, ainsi que Diane, la femme de ce dernier.

Le couple reste toutefois bien présent pour expliquer les arcanes d’un métier pas facile, dédié à la conception et la réalisation de sondes, de capteurs et d’instruments d’étalonnage de contrôle non destructif.

Donnons une définition pour mieux comprendre. Le contrôle non destructif (CND) est un ensemble de méthodes qui permettent de caractériser l'état d'intégrité de structures ou de matériaux, sans les dégrader, soit au cours de la production, soit en cours d'utilisation ou dans le cadre de maintenances (*).

On peut le pratiquer par ultrasons, échographie, radiographie, Courants de Foucault, ressuage et magnétoscopie.

Les secteurs les plus consommateurs de CND sont : l’industrie pétrolière, l’aéronautique, l’aérospatiale, la navale, l’automobile ou encore le nucléaire, dans ses parties sidérurgie et chaudronnerie, principal domaine d’activité du groupe Exceldef-Luziesa.

Rachetée en 1997, Luziesa (1,5 million d’€ de chiffre d’affaires, 9 personnes) imagine et crée des défauts artificiels dans des blocs de référence et des maquettes de qualification destinées à l’étalonnage des contrôles non destructifs.

Réalisation d’un trou calibré dans un tube par électro-érosion.
Réalisation d’un trou calibré dans un tube par électro-érosion.

De grands donneurs d’ordres mondiaux

En clair, l’entreprise usine des défauts par électro-érosion, les localise et les qualifie pour que son client qui fabrique les pièces, puisse les reconnaître.

En complément, Exceldef (1 million d’€ de chiffre d’affaires, 12 salariés), fondée en 2000, conçoit et fabrique les sondes courants de Foucault et les capteurs ultrasons qui permettent de tester ces défauts artificiels.

L'entreprise est le premier fabricant national de ces appareils qui servent notamment au contrôle des générateurs de vapeur. « Le nucléaire pèse pour deux tiers dans notre activité et c’est un marché d’avenir», indique Pascal Dumont.

Pour prouver ses dires, le dirigeant égrène ses références : Areva, Rolls-Royce, Cegelec, Westinghouse, Comex Nucléaire…

Membre du Pôle Nucléaire Bourgogne (PNB), Luziesa-Exceldelf lorgne de plus en plus sur l’étranger (15% des ventes) et notamment l’Amérique Latine. « Nous réfléchissons à monter une unité au Brésil et recherchons le financement correspondant », précise le dirigeant.

Pour aller plus vite, il aimerait s’adosser plus étroitement à ses gros clients lors de prospections internationales au long cours.

De gauche à droite : Stéphane, Pascal, Arlette, Emmanuel et Diane Dumont.
De gauche à droite : Stéphane, Pascal, Arlette, Emmanuel et Diane Dumont.

« Ils pourraient par exemple nous prêter un bureau de 20 m2 lorsqu’ils ont des implantations dans des pays lointains, ce serait un coup de pouce inappréciable », assure Pascal Dumont.

(*) Source : Wikipédia

Crédits photo : Luziesa-Exceldelf

Commentez !

Combien font "3 plus 6" ?