1,2 à 1,5 million de véhicules deviennent hors d’usage chaque année dans l’Hexagone.
1,2 à 1,5 million de véhicules deviennent hors d’usage chaque année dans l’Hexagone. (Photo : Paprec Group)

AUTOMOBILE. Le véhicule du futur, c’est aussi celui qui sera mieux recyclé.

Fort de ce postulat, le pôle de compétitivité du même nom a pris en main le sujet du devenir des VHU, les véhicules hors d’usage, en clair ceux qui partent à la casse.

Moins spectaculaire, mais au moins aussi porteur que d’autres sujets pilotés par le pôle d’Alsace/Franche-Comté, il fait l’objet d’un programme européen, S_LIFE, qui associe pour 2,4 millions d’€ la structure interrégionale à quatre clusters automobiles allemands, italien et slovène, une agence hollandaise spécialisée dans le recyclage auto et un consultant belge.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

A quelques mois de l’achèvement, fin 2014, du programme européen S_LIFE, une réunion d’étape s’est tenue récemment dans les locaux mulhousiens du pôle de compétitivité Véhicule du Futur.

Les entretiens ou réponses à un questionnaire de 140 acteurs européens, de la conception du véhicule à son recyclage en passant par sa construction, ainsi que l’épluchage de 56 études procurent une base de données précieuse pour tendre vers les ambitieux objectifs de recyclage des VHU contenus dans une directive européenne.

« Nous proposons toute une série d’actions au-delà de la durée de notre programme pour des harmonisations du fonctionnement de la filière entre pays, la levée d’obstacles règlementaires, les progrès technologiques dans le recyclage », énonce Rodolphe Gié, chargé de S_LIFE au pôle Véhicule du futur.

Une dizaine d’actions « prioritaires, mais pas exhaustives » ressortent.

Au niveau règlementaire, les partenaires de S_LIFE préconisent un assouplissement du règlement Reach sur les substances dangereuses pour le sujet en question : le principe Reach de connaissance hyper-précise de la composition de chaque produit s’avère inapplicable en pratique pour une carcasse automobile.

Le régime de désimmatriculation des véhicules est extrêmement disparate d’un pays à l’autre. « Parvenir à une harmonisation parfaite est impossible, mais on peut l’approcher », estime Rodolphe Gié.

L’enjeu, c’est de ramener un maximum de véhicules hors d'usage (VHU) vers les circuits officiels de leur dépollution et démantèlement, plutôt que d’envoyer des épaves loin à l’étranger.

Le chemin est encore long : « en France, on estime à un tiers le parc qui échappe aux circuits structurés », relève Eric Lecointre, le spécialiste des VHU à l’Ademe.

Cela fait du monde : 1,2 à 1,5 million de véhicules deviennent hors d’usage chaque année dans l’Hexagone. Et nos voisins, l’Allemagne en tête, ne font pas du tout mieux.

L’Union européenne s'est fixée pour objectif le recyclage en matière ou la reutilisation de 85% des pièces d'un véhicule. (Photo : PSA Peugeot Citroën)
L’Union européenne s'est fixée pour objectif le recyclage en matière ou la reutilisation de 85% des pièces d'un véhicule. (Photo : PSA Peugeot Citroën)

Le défi des tractions hybrides et électriques

Quant aux potentiels d’améliorations techniques, ils concernent le recyclage du verre, des plastiques, des textiles, des mousses, etc. en somme une grosse partie de ce qui n’est pas métallique.

S_LIFE propose là aussi toute une série de pistes. Aux acteurs de se les approprier à présent.

La France ne figure pas parmi les cancres et elle affiche des progrès. L’Union européenne a fixé au 1er janvier 2015 un double objectif.

Pas moins de 85 % d’un véhicule doivent être réutilisés (les pièces sorties pour être réemployées) ou recyclés en matière et 95 % doivent être réutilisés ou valorisés, notion qui ajoute notamment la transformation en énergie au recyclage matière.

A fin 2012, le pays affiche respectivement des taux de 82,2  % et 87 %. « Après plusieurs années de stagnation, les chiffres sont repartis à la hausse », note Eric Lecointre.

Néanmoins, les derniers dizièmes étant les plus difficiles à gagner, respecter l’échéance européenne de 2015 relève de l’utopie.

Rien n’est gagné. Le nombre de centres agréés pour le démantèlement des VHU reste élevé : 1 700. C’est trop selon les acteurs de la filière qui appellent de leurs vœux une certaine concentration vers les centres techniquement les plus au point.

De plus, l’évolution des voitures obligera à redoubler d’effort. L’électronique embarquée augmente, or elle est plus difficile à recycler.

Les tractions hybrides et électriques représenteront un autre défi.

S_LIFE pointe le besoin d’anticiper d’ores et déjà la gestion de leur fin de vie, pour ne pas se retrouver sans solution technique et courir ainsi le risque de voir repartir à la baisse les taux de recyclage et valorisation.

Le principe Reach de connaissance hyper-précise de la composition de chaque produit s’avère inapplicable en pratique pour une carcasse automobile. (Photo Paprec Group)
Le principe Reach de connaissance hyper-précise de la composition de chaque produit s’avère inapplicable en pratique pour une carcasse automobile. (Photo Paprec Group)

Perdre 11 kilos pour économiser 1 gramme de C02 

De même, le plastique est bien moins facile à recycler que l’acier ou l’aluminium, or sa part augmente au nom de l’allègement.

Celui-ci n’est qu’une réalité récente : « Le basculement ne s’est opéré qu’à partir de 2011. La 208 a 100 kilos de moins que la 207, les nouvelles 308 et C4 Picasso perdent 140 kilos par rapport aux versions précédentes. Depuis les années 1990, les véhicules prenaient 15 kilos de plus par an », a rappelé Sophie Richet responsable écoconception chez PSA, lors de la conférence mulhousienne.

L’enjeu est évidemment environnemental, mais la barre est haute : « Il faut perdre 11 kilos pour économiser 1 gramme de C02 », selon Sophie Richet.

Pour l’instant, les véhicules arrivant à la casse sont toujours plus lourds. Symboliquement, le poids moyen d’un VHU a franchi en 2012 le seuil de la tonne, à 1 026 kilos précisément.

Crédit photos : PSA Peugeot Citroën et Paprec Group.

 
1 commentaire(s) pour cet article
  1. Fabiendit :

    Merci pour cet article très intéressant ! Fabien

Commentez !

Combien font "4 plus 10" ?