Premier rotomouleur de France, un des process de la plasturgie, GMI à Autechaux, près de Baume-les-Dames dans le Doubs, est aussi le premier fabricant de panneaux métalliques grillagés. Portrait d’un groupe devenu international en se réinventant par la conception et la diversification. Sous la baguette d’Éric Maillard, fils du fondateur.

 

Diversification, innovation et internationalisation éclairent en grande partie le développement constant du Franc-Comtois GMI, plus connu dorénavant sous cet acronyme que Groupe Maillard Industrie. Les chiffres ne mentent pas. Le secteur automobile qui pesait 95% de l’activité jusqu’au début des années 2000, avec la réalisation d’emballages thermoformés réutilisables pour le conditionnement et la gestion logistique (supply chain) des pièces et composants, ne représente plus aujourd’hui que 44% des ventes. Tout en restant numéro un français de la spécialité, car à chaque nouveau véhicule, de nouveaux emballages.

gmicuve
GMI est un spécialiste des cuves et réservoirs en plastique de très grande dimension. © Laurent Cheviet

 

« J’aime les équilibres et notre effort de diversification depuis 20 ans vers de nombreux autres marchés, nous permet dorénavant de moduler les aléas de conjonctures sectorielles », souligne Éric Maillard, le dirigeant du groupe qui porte son nom, implanté à Autechaux, près de Baume-les-Dames (Doubs). La stratégie s'avère d’autant plus pertinente au moment où un virus chinois très mutant ravage la planète et impacte à hauteur de 15% le chiffre d’affaires, arrêté à 58 millions en 2020. Il devrait dépasser à nouveau les 60 sur l’exercice écoulé, dont 30% à l’export.

 

pvfnouveau

 

La preuve en est donnée par l’impressionnant « catalogue » de produits non standards et très souvent innovants que conçoit et réalise GMI pour l’industrie généraliste à hauteur de 52% de son chiffre d’affaires. Pas moins de 1.800 à 2.000 études, soit 40.000 heures, sortent chaque année du service R&D, fort d’une trentaine d’ingénieurs et techniciens. Et donnent naissance à 750 produits nouveaux.

Ces derniers, parfois brevetés, appartiennent toujours au client final. Comme exemple récent, on peut citer un sommier rotomoulé en polyéthylène ne présentant aucun de ces interstices ou niches propres à favoriser la ponte de l’un des fléaux majeurs des logements collectifs (auberges de jeunesse, centres de loisirs, habitat social…) : la punaise de lit.

begmi
La R&D et le bureau d'études de GMI emploient 30 ingénieurs et techniciens et sortent chaque année 750 nouveaux produits. © Laurent Cheviet

 

Philippe Delbos, président de MCI (20 salariés, un peu plus de 3 millions d’€ de chiffre d’affaires), bientôt installé sur un nouveau site à deux pas de GMI, est l’heureux bénéficiaire de ce composant du lit. Sa société propose toute une gamme de mobiliers pour les collectivités, tant publiques que privées. Autre exemple de conception sortie du bureau d'études, un module sanitaire de bout de ligne intégré à un abri pour voyageurs et destiné aux conducteurs de bus et de tram.

La liste des conceptions est longue. Parmi les plus connues, citons ces grands conteneurs de tri sélectif des déchets sur les aires de service des autoroutes. Le fabricant signe également des flotteurs de pontons et autres bouées pour ports et marinas, de la signalétique routière et mille et un autres objets, tels de multiples réservoirs pour véhicules spéciaux, composants techniques et éléments d’ensembles.

 

6,8 millions d’investissement capacitaire

machinerotomoulage
Une grande pièce en plastique issue de la technologie du rotomoulage. © Traces Ecrites

 

Cet inventaire à la Prévert, l'industriel le doit à sa double compétence qui marie et manie aussi bien le métal que le plastique. « Nous sommes ainsi le premier européen pour les panneaux grillagés à hauteur de 300.000 unités annuelles », assure pas peu fier Éric Maillard. Toutes fabrications confondues, GMI transforme pas moins de 120 tonnes d’acier chaque jour et, sur une année, 1.000 tonnes de plastiques thermoformés, 50 tonnes d'élastomères de polyuréthane, ainsi que 3.000 tonnes de matières rotomoulées (*). Le rotomoulage sert en plasturgie à faire de grosses pièces, souvent creuses : ce moulage par rotation lente répartit la matière en fonction de la chaleur programmée dans le moule.

 

Batifrancdeux

 

Pour fabriquer ces grosses pièces, l'usine est dotée d'équipements gigantesques. GMI possède la plus impressionnante machine du genre en Europe selon le procédé en système carrousel : la rotation du moule s’inscrit dans une sphère de 6 mètres de diamètre. Sa filiale Polytech – GMI étant la holding – née en 1989 assure ces productions sur Autechaux et, depuis 2018 également à Moirans-en-Montagne (Jura). L’activité mécano soudure, fil métallique et thermoformage appartiennent de leur côté à ITS, la société mère du groupe fondée en 1981 par Gilbert Maillard, le père d’Éric. Ingénieur de l’armement, longtemps employé chez Manurhin, il est l’inventeur du MR 73, une arme de poing.

metallurgiegmi

Le travail du métal est l'une des deux grandes compétences du groupe GMI. © Laurent Cheviet


Polytech bénéficie actuellement d'un investissement de 2,8 millions d’€ pour des acquisitions capacitaires de matériel, la création d’une unité de compoundage et la construction d’un nouveau bâtiment. Il est voué à industrialiser une nouvelle technologie destinée à produire des réservoirs tous fluides, résistants à plusieurs centaines de bars. Pour ITS, le programme d'investissement se monte à 4 millions en robotisation, achat d’équipements moins énergivores et construction d’un autre bâtiment, qui portera à terme à onze le nombre d'ateliers sur la zone industrielle de Autechaux.

 

besançon

 


GMI exploite également deux unités à l’étranger. Créée en 1993, IPM est tchèque, développe les mêmes activités qu’ITS (mécano soudure, fil métallique et thermoformage). En Inde, depuis 2003, le groupe possède une joint venture (coentreprise) baptisée GMI Zarhak rotomoule. « Je n’ai pas monté ces entreprises pour des questions de bas coûts de main d’oeuvre car elles couvrent leurs marchés locaux et environnants », se défend le dirigeant. Le groupe emploie 350 personnes en France et 510 au total dans le monde. Il recherche actuellement 25 collaborateurs, soit 10 soudeurs et 15 opérateurs.

(*) GMI recycle jusqu’à 2.400 tonnes de thermoplastiques industriels par an.

Qui est Éric Maillard ?

ericmaillard
© Laurent Cheviet

Un signe ne trompe pas. Lorsqu’Éric Maillard vient vous accueillir à l’entrée de ses bureaux où trône un majestueux bibendum Michelin réalisé en rotomoulage par GMI, le rendez-vous s’annonce bien. Et depuis le temps que nous attendions de le rencontrer pour expliquer son groupe industriel, le plaisir n’en a été que plus intense. Car cet homme de 59 ans, arrivé au milieu des années 1980 pour s’occuper du développement commercial de l’entreprise familiale fondée par son père Gilbert, a su en faire un leader français et parfois européen dans de nombreux secteurs, en mariant les compétences de la métallurgie et de la plasturgie.
Devenu directeur général au début des années 2000, ce diplômé d’une école de commerce bordelaise et d’un cursus à l’IFG (Institut Français de Gestion)  dit impulser un management très participatif, mais tranche toujours au final. Très discret, viscéralement soucieux de son indépendance, rigoureux dans la gestion, il n’en est pas moins convivial, expliquant notamment en cuisine, photo à l'appui, son intérêt très marqué pour la parfaite cuisson des viandes.
1 commentaire(s) pour cet article
  1. Pascal DENIS dit :

    J'adresse mes meilleurs voeux à tous pour 2022 et mes plus chaleureuses félicitations à Eric Maillard et son équipe de GMI pour ce parcours d'entreprise et leur recherche exemplaire, insatiable et fructueuse de diversification ! Bravo! Je note au passage les synergies entre Conseillers du Commerce Exterieur de la France et adresse mes salutations cordiales à Philippe Delbos Amicalement, Pascal DENIS VERNET BEHRINGER

Commentez !

Combien font "9 plus 6" ?