START-UP/BOURGOGNE. Comment mieux recruter en intérim grâce à la réalité virtuelle proposée par Live ; se plonger dans l’étude des sciences, de la physique et de la chimie avec les modules éducatifs en réalité augmentée que mettra bientôt à disposition Foxar, et s’immerger sans aucune déformation par la réalité clonée d’Overview Immersive Technology. Trois projets d’entrepreneuriat rencontrés sur le salon ConExt Days de Chalon-sur-Saône.

 

animationlive
© Live.

 

• Live : faciliter l’intégration d’un intérimaire avant sa prise de poste

 

live
De gauche à droite, Laure Taiclet, secrétaire générale des Business Angels de Bourgogne - Franche-Comté qui épaulent Live avec trois des quatre associés : Étienne Vindigni, Pauline Le Goff Rousseau et Thomas Jacquier. © Traces Ecrites.

 

L’application proposée Live à Chalon-sur-Saône, née en octobre 2018 - 21.500 € de capital - après une grosse année de R&D, devrait faciliter le monde du travail temporaire, devenu indispensable au bon fonctionnement des entreprises. Après une longue étude (1.200 consultations), Pauline Le Goff Rousseau, Étienne Vindigni, Thomas Jacquier et Florian Collonge ont constaté que dans 70% des cas, un recrutement de ce type ne se passe pas idéalement et finit quelquefois  de manière dramatique par un accident du travail.

La principale raison tient, selon eux, à l’inadéquation du candidat au profil du poste. Et ceci découlerait d’une distorsion entre le besoin réel exprimé par l’entreprise, le choix du candidat qui lui semble le mieux par l’agence d'intérim et les capacités et envies de ce dernier au poste proposé.

Pour y remédier, les quatre associés de Live prototypent une application qui permettra au candidat de visualiser dans l’agence d’intérim, ce qui l'attend sur son futur lieu de travail grâce à la réalité virtuelle. Il pourra ainsi apprécier toutes les contraintes, mais également les avantages de la mission. « Nous allons cibler les postes où il y a le plus de turn-over et créer une bibliothèque de virtualisation, mais au début, nous visiterons bon nombre d’entreprises », explique Thomas Jacquier, le directeur de création.

La jeune société procèdeen ce mois de décembre à une levée de fonds de 50.000 €. Lauréat de l’Open Four Start-Up du Grand Chalon et de Nicéphore Cité, hébergés dans ce pôle et bénéficiaires d’un prix de 7.500 €, les fondateurs sont en outre épaulés par trois business angels. Live vise à terme le million d’€ d’activité.

 

Cliquez sur l'image pour l'activer.

 

 

caissedepargnebfcarticle

 

• Foxar rend plus ludique et concret l’enseignement des sciences

 

foxar
Louis Jeannin, à gauche, et Nicolas Caligiuri. © Traces Ecrites.

 

Louis Jeannin et Nicolas Caligiuri sont tous les deux Gadzarts, c'est-à-dire des ingénieurs diplômés de l'École Nationale supérieure d'Arts et Métiers ou Arts et Métiers ParisTech. Le premier sort du campus de Cluny (Saône-et-Loire), l’autre de celui d’Angers.

Lauréat du prix tremplin étudiant Open Four Start-Up doté de 2.500 €, ils invitent avec Foxar à mieux comprendre les sciences grâce à des modules éducatifs intégrant de la réalité augmentée. C’est bluffant de qualité lorsqu’ils nous montrent sur une tablette, le système solaire. « On peut aussi modéliser en 3D la structure d’un atome ou le fonctionnement d’une cellule », expliquent-ils de concert.

Il ne s’agit évidemment pas de remplacer les programmes scolaires mais de s’y intégrer à la demande des établissements, collèges et lycées. D’ailleurs tous les modules sont validés par un comité de professeurs des matières en question. Leur modèle économique consisterait à proposer un abonnement. Foxar devrait naître début 2019 avec un capital social espéré de 30.000 €.

 

banquepopme 

 

Cliquez sur l'image pour l'activer.

 

 

• Overview Immersive Technology : une immersion dans la réalité clonée à la limite du réel

 

overview
Stéphane Brard. © Traces Ecrites.

 

Avec cette société plus avancée que les deux précédentes, on évolue dans une réalité, dite clonée en ce qu’elle se rapproche considérablement du monde réel. Son utilisation se fait sans casque et concerne pour l’heure l’univers des simulateurs.

Un futur pilote de chasse, par exemple, n'aura seulement un écran face à lui pour s’entraîner, il sera immergé dans un vrai cockpit, verra le ciel, le sol… Stéphane Brard (24 ans) est le créateur d’Overview Immersive Technology, implanté à Magny-Cours (Nièvre).

Lauréat d’un prix national I-Lab, doté de 180.000 €, le jeune entrepreneur cible pour l’heure les fabricants de simulateurs, et développe par ailleurs des produits d’immersion pour d’autres secteurs. On n’en saura pas plus tant le sujet se veut stratégique pour la jeune entreprise nivernaise.

Overview Immersive Technology, également lauréate du Réseau Entreprendre Bourgogne, recrute deux personnes pour doubler son effectif : des ingénieurs en génie logiciel et 3D. Une levée de fonds supérieure à 200.000 € est envisagée début 2019. A terme, la société sur un volume d’activité proche du million d’€.

Commentez !

Combien font "8 plus 3" ?