Christ de Coninck, P-DG et Philippe Stautemas, directeur technique.
Christ de Coninck, P-DG et Philippe Stautemas, directeur technique.

AERONAUTIQUE. Grossiste en matériaux et outillage pour l'industrie, MB Soudotec quitte la Belgique pour s'installer à Jussey, en Haute-Saône.

La PME familiale ajoute à son activité de négoce, la fabrication d'ULM à voilure fixe.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Le discours de MB Soudotec a de quoi réconcilier les patrons français avec le coût du travail désigné parmi les plus élevés d'Europe.

A en croire l'entrepreneur belge qui vient de s'installer à Jussey, en Haute-Saône, en Belgique c'est pire : « Les charges sont insupportables : charges sociales, impôts, taxes sur les véhicules de société… », témoigne Philippe Stautemas, ingénieur en aéronautique qui prend les rênes opérationnelles de MB Soudotec Aero France.

Dirigeante de MB Soudotec (environ 2 millions d'€ de chiffre d'affaires), fournisseur en matériaux et outillage pour l'industrie implanté à Alost en Belgique flamande depuis 1913, Christ de Coninck fait le chemin inverse des grands patrons et stars françaises.

Héritière de l'entreprise familiale, la chef d'entreprise transfère en France son activité historique de grossiste et l'enrichit d'une activité industrielle : la fabrication d'ULM à voilure fixe.

Pour développer cette nouvelle affaire, une seconde société est crée : la SAS MB Soudotec Aero France.

Installée depuis mi-avril dans les 500 m2 de l'hôtel d'entreprises de Jussey construit par Action 70 (*) et la communauté de communes du Pays Jusséen, elle développe son activité parallèlement à la société d'origine MB Soudotec, dont le siège social demeure en Belgique.

L'effectif compte deux ingénieurs, une couturière industrielle et trois opérateurs. Deux autres devraient compléter l'équipe fin mai.

Une machine à commande numérique constitue l'essentiel de l'outil de production : elle permet de débiter l'armature et les tôles en aluminium qui constituent la carlingue des ULM.

L'équipe de MB Soudotec dont la couturière industrielle qui a démarré son contrat hier.
L'équipe de MB Soudotec dont la couturière industrielle qui a démarré son contrat hier.

Une dizaine d'appareils par an

« Il ne s'agit pas d'ULM pendulaires, mais d'aéronefs qui ressemblent à des petits avions », explique Philippe Stautemas, directeur technique.

Un  atelier de sellerie s'ajoute à la ligne d'assemblage. Les compétences internes autorisent aussi la fabrication de modèles réduits et de planeurs.

La clientèle visée est celle des pilotes amateurs. « Avec un engin deux fois moins cher qu'un petit avion, entre 85 000 et 100 000 €, nous satisfaisons une demande également touchée par la crise », précise Philippe Stautemas.

En outre, poursuit-il, ces engins requièrent une "maintenance moins lourde".

L'objectif est de fabriquer une dizaine d'appareils par an.

La petite série qu'impose le démarrage de l'activité se poursuivra pour des raisons de marketing.

Dans ce registre, MB Soudotec Aero a Ferrari pour référence : l'entreprise joue sur l'effet de rareté pour séduire les passionnés d'aviation.

(*) L'agence de développement économique départementale dédiée à la prospection et à l'accueil des entreprises.

Photos : Action 70.

1 commentaire(s) pour cet article
  1. nicolasdit :

    Souhaitons le meilleur à cette entreprise qui ne devrait pas avoir de soucis à offrir un appareil de très bonne facture étant donné l'expertise technique de Philippe...

Commentez !

Combien font "2 plus 9" ?