FORMATION. Le déménagement de l'agence Apave de Dijon dans de nouveaux locaux, dans la zone industrielle Cap Nord, impulse la création de trois chantiers école, dans le nucléaire, l'amiante et la  maintenance des machines de production.

L'installation de ces ateliers, permettant de simuler des situations réelles, s'élève à 500 000 €.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

«L'explosion du marché du démantèlement nucléaire, renforcé en Côte-d'Or par la présence du centre d'études atomiques de Valduc, ouvre un marché important pour les centres de formation techniques», expose Yannick Porcheret, directeur de l'agence de Dijon et dont la zone d'intervention s'étend à l'ensemble de la Bourgogne et au Jura.

Fort de ce constat, en début d'année, il a implanté un chantier école nucléaire.

Destiné à tous les métiers qui interviennent dans le secteur, l'atelier ajoute à la théorie une étape pratique d'enseignement des méthodes de prévention des risques nucléaires.

Le stagiaire apprend les gestes à pratiquer en zone chaude : comment remplacer une vanne, déposer un filtre, manipuler avec une boîte à gants…

Un portique de contrôle identique à ceux des centrales, un simulateur d’irradiation et le port d'équipements de protection ventilés renforcent le réalisme des scénari.

Selon les niveaux, la formation est dispensée en deux à cinq jours, en formation initiale ou continue. 800 personnes ont été formées l'an dernier avant même l'implantation du chantier école.

Trois spécialistes sont dédiés à cette activité. «Nos formateurs sont en contact permanent avec le quotidien des entreprises qu'ils auditent ou conseillent au quotidien», insiste Yannick Porcheret.

Nouvelle dans le catalogue de l'Apave à Dijon, une formation amiante se déroule aussi sous forme d'un chantier école. Le décret du 5 mai 2012 qui durcit la réglementation amiante, lui promet de beaux jours.

Actuellement de 100 fibres par litre, la valeur limite d’exposition professionnelle (VLEP) passe à 10 fibres par litre au 1er juillet 2015 et l’obligation de certification s’entend à l’ensemble des entreprises y compris celles réalisant des travaux en milieu extérieur.

Ce qui promet un grand nombre de remise à niveau des ouvriers du bâtiment.

«Nous sommes pour l'instant les seuls en Bourgogne à proposer une formation amiante avec mise en situation réelle», affirme le directeur. «Tous les corps de métiers du bâtiment sont concernés, mais nous voulons aussi sensibiliser les maîtres d'ouvrage, notamment les équipes de maintenance», ajoute t-il.

Un espace de 10 m2 simule un chantier de désamiantage avec des dalles, des faux plafonds, des vannes de chauffage, des joints de dilatation… Vêtus de la tenue de chantier adéquat, les stagiaires s'entraînent à blanc aux bonnes méthodes d'enlèvement.

Egalement sous forme d'un chantier école, la maintenance des machines de production apprend à détecter et réparer les pannes des équipements industriels, qu'elles soient d'origine mécanique, hydraulique, pneumatique ou électrique.

«Les PME ont besoin de généralistes polyvalents», constate Yannick Porcheret. L'investissement dans ces installations atteint 500 000 €.

Commentez !

Combien font "4 plus 4" ?