A gauche, l’ancien PDG Gilbert Decker, à droite le nouveau Dominique Schilling.
A gauche, l’ancien PDG Gilbert Decker, à droite le nouveau Dominique Schilling.

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE. C’est une très grosse page qui se tourne à Sodiv Alsace : son dirigeant emblématique Gilbert Decker passe la main après 17 ans consacrés, d’abord à la reconversion industrielle du bassin potassique, puis à l’accompagnement financier des PME de toute la région.

Ses principaux actionnaires, la Région Alsace, EDF et la Caisse des Dépôts renouvelle sa confiance à cette structure de développement économique, avec une augmentation de capital de 5 millions d’€ qui porte le nominal à 10,6 millions.

Sa particularité : des prêts participatifs sans caution ni garantie, qui sont de la sorte assimilés à des quasi-fonds propres.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Gilbert Decker transmet le flambeau à Dominique Schilling, jusqu’alors directeur adjoint du développement économique au conseil régional d’Alsace.  Basé à Mulhouse, le nouveau PDG (depuis le 1er janvier) sera secondé par Catherine Bringel à Strasbourg et par la fidèle « sodivienne » Irina Prudhomme, au siège mulhousien.

On connaît la manie des médias à ramener une entreprise à un homme. Nous n’avons pas l’habitude de tomber dedans, mais pour une fois, on le fera.

Sans aller jusqu’à dire que Gilbert Decker pèse à lui tout seul 46 millions d’€ injectés dans l’économie régionale et 6 000 emplois maintenus ou créés, il est quand même certain que le PDG de Sodiv Alsace, a fortement contribué à ce bilan, pendant ses 17 années à la tête de cette structure régionale de développement économique jusqu’à son départ en retraite fin 2012.

Les chiffres sont l’addition de près de 500 projets.

Ingénieur aéronautique, Gilbert Decker avait débuté sa seconde vie professionnelle, celle de développeur territorial, en 1991 à Belfort (Territoire de Belfort) à l’appel de Jean-Pierre Chevènement pour reconvertir le site de Bull.

Il avait alors créé la Sybel, l’ancêtre d’Aire Urbaine Investissement.

En 1995, il débarque dans le bassin potassique pour diriger cette Société de diversification  (Sodiv) créée une dizaine d’années auparavant par les Mines de potasse d’Alsace en voie de fermeture.

Prêts participatifs sans caution ni garantie

La particularité tient à la forme de son intervention.

Elle accorde des prêts participatifs sans caution ni garantie, qui sont de la sorte assimilés à des quasi-fonds propres, créateurs d’un effet de levier auprès des banques car elle n’intervient jamais seule.

Le gouvernement a (re)découvert les vertus de ce type de prêt en encourageant Oseo à les développer à partir de 2011.

En 2008, nouveau tournant, la Sodiv ajoute le mot Alsace à son nom pour traduire l’élargissement de son champ d’intervention à toute la région. Elle s’intègre alors aux outils de financement de la création /développement/reprise d’entreprises du conseil régional.

Sous cette casquette, Sodiv Alsace a dopé son activité et elle l’a élargie à tous les domaines : industrie classique textile, mécanique, du bois, mais aussi sciences de la vie, TIC, éco-industrie…

En quatre ans dans sa nouvelle configuration, elle comptabilise 17 millions d’€ injectés dans 67 projets pour 2 665 emplois créés ou maintenus.

La confiance à la Sodiv Alsace vient de lui être renouvelée de façon nette par ses principaux actionnaires : la Région Alsace et EDF à l’automne dernier, suivis mi-février de la Caisse des dépôts bouclent une augmentation de capital de 5 millions d’€ qui porte le nominal à 10,6 millions (*).   

Manurhin, Rhenovia Pharma, Activis, Domain Therapeutics, Commest Multimédia et on en passe, les chefs d’entreprises dont Gilbert Decker a croisé la route ont été nombreux à participer à la cérémonie de son départ fin janvier. Deux autres ont apporté leur hommage public.

Sylvain Michel, le gérant de Sadef.
Sylvain Michel, le gérant de Sadef (analyses pour l’environnement).

« Sans l’implication de Gilbert Decker et de la Sodiv, notre société n’existerait plus aujourd’hui. Lorsque nous l’avons reprise, son affichage comptable faisait peur aux banquiers, on ne rentrait pas dans leurs cases. Gilbert Decker fait partie de ces gens qui vous redonnent de l’énergie, qui écoutent avant de vous demander votre bilan », a témoigné Sylvain Michel, le gérant de Sadef (analyses pour l’environnement) à Aspach-le-Bas (Haut-Rhin, 56 salariés).

Dirigeant-fondateur de Cooltech, spécialiste mondial du froid magnétique à Hollztheim (Bas-Rhin, 30 salariés), Christian Muller a salué l’adhésion systématique de la Sodiv à toutes ses levées de fonds, « ce qui donne la crédibilité vis-à-vis de tous les financeurs ».

(*) Répartition des principaux actionnaires avant augmentation de capital : Région Alsace 35,5 % / Caisse des dépôts 18 % / Conseil général du Haut-Rhin 15 % / Safidi (société de participations du groupe EDF) 13 % / Caisse d’épargne d’Alsace 10,5 %. Après l’augmentation de capital : Région Alsace 45 % / Safidi-EDF 20,5 % / Caisse des dépôts 14 % / Conseil général du Haut-Rhin 9 %  / Caisse d’épargne Alsace 6,4 %

Commentez !

Combien font "4 plus 7" ?