Qu'est-ce qui motive une entreprise à engager une démarche RSE (Responsabilité Sociétale de l'Entreprise) ? Et est-ce à la mesure de toutes, même les petites ? Le bilan de clôture de l'opération collective 2020 menée par l’association France Qualité Performance en Bourgogne Franche-Comté (FQP BFC) apporte des réponses. Et les entreprises, Groupe Saint-Aubin, Benoît Systèmes, B.Pack, Gabriel Boudier et Eurogerm, des témoignages.

 

• Groupe Saint-Aubin fait de la RSE, un facteur d’attractivité de l’entreprise

 
C’est avec son rachat, dans le milieu de 2019, par le fonds d’investissement Capza aux côtés de Thierry Lafeuille, le PDG qui avait repris quatre ans plus tôt en Management Buy In (MBI), l’entreprise familiale fondée par Henri-Hilaire Chapuis à la fin du 19ème siècle, qu’une démarche RSE a été mise en place.

Composé de trois sociétés, Chapuis Traiteur frais (plats préparés), Les Délices de Janice (desserts surgelés) et Chapuis Traiteur Surgelés, le groupe Saint-Aubin (116 salariés, chiffre d’affaires de 25 millions d’€ en 2019) implanté à Saint-Aubin et à Paray-le-Monial (Saône-et-Loire) a pour principaux clients la grande distribution et la restauration collective.

Céline Jacquemin, responsable qualité est chargée de ce chantier qui n’en est qu’à ses débuts. Sa feuille de route : établir une charte d’achats éthiques et formaliser les valeurs de l’entreprise. Un questionnaire envoyé en août aux clients, aux actionnaires et aux salariés, en cours d’analyse, interroge sur les pistes d’amélioration. « On avait déjà de bonnes pratiques que l’on n'avait pas identifiées en tant qu’éléments de RSE, une notion que découvrent les équipes  », affirme Céline Jacquemin.
Comme, depuis longtemps, l'épuration des effluents dans sa propre station d’épuration ; l'achat des matières premières (oeufs, crème..) à proximité de ses implantations ; l'emploi de travailleurs handicapés dans un atelier protégé au sein de Chapuis Traiteur Surgelés. L’entreprise fabrique aussi ses propres emballages en essayant de réduire le plus possible le volume des plastiques.

Des investissements programmés pour 2020 et 2021 doivent remettre à plat le système de froid, avec la récupération des calories pour produire de l’eau chaude. Il est également prévu de réduire les additifs de conservation dans les produits. « La démarche RSE peut être aussi un facteur d’attractivité de l’entreprise ; nous sommes installés dans une région rurale où il est difficile de faire venir des profils qualifiés. »
 

 bpbfcvirus


• Benoît Systèmes fait de la transparence, la clé de la réussite d’une démarche RSE

 

benoitsystem
Benoît Systèmes fabrique des accessoires pour faciliter la mobilité et le confort des personnes en fauteuil roualnt. © Benoît Systemes


Dès la reprise de Benoît Systèmes en 2018, Benoît Houzel qui était salarié, a entrepris une démarche RSE. « L’objet social de l’entreprise qui est la fabrication d’accessoires pour les personnes en fauteuil roulant, était en phase avec les valeurs de la RSE », expose le président.  « Il fallait aller plus loin. »
La mise en place de normes Iso est la première étape en cours, qui va faciliter l’organisation de la production et la commercialisation, pour moitié en France, l’autre ailleurs en Europe, en Amérique du Sud et en Asie. La PME de 38 salariés (chiffre d’affaires de 5 millions d’€)  travaille principalement sur appels d’offres, ses accessoires de fauteuils roulants pouvant être pris en charge par la Sécurité Sociale.

En tête, pour le dirigeant, des valeurs de la RSE, l’implication des salariés a été rapidement mise en chantier. La gouvernance a été élargie à un comité de direction de douze personnes. Régulièrement, l’avancée du projet est restituée aux salariés. « La transparence est la clé de la réussite d’une démarche RSE et un tri en est la clé, le patron, le représentant des salariés et le responsable sécurité », affirme t-il.
Les fournisseurs des matières premières sont le plus proche possible de l’entreprise : « Nous sommes en train de faire du sourcing afin de trouver des batteries que nous faisons venir de Chine », confie Benoît Houzel. Pour améliorer les conditions de travail, de nouveaux locaux (instruction du permis de construire en cours) vont remplacer les six maisons qu’occupe l’entreprise à Billy-les-Chanceaux, un village de Côte-d’Or de 60 habitants.

 caissedepargnebf

Le fabricant d’étuis pour l’industrie du luxe B.Pack formalise ses bonnes pratiques

De plus en plus, chez les grands donneurs d’ordre, le bilan carbone est devenu un critère de sélection de leur service achats. Fabricant d’emballages pour l’industrie du luxe (cosmétique, parfumerie), B.Pack à Couches (Saône-et-Loire) qui fait partie du groupe Wauters – une société familiale de la région parisienne évoluant dans le même secteur –, a formalisé ses pratiques, à la demande d’un client qui lui demandait de présenter une notation EcoVadis, plateforme d'évaluation des performances RSE et achats responsables.
Une notion de premier abord peu concrète pour la PME (49 salariés, chiffre d’affaires de l’ordre de 10 millions d’€) mais qui, en listant ses actions pour réduire son impact carbone, lui permet de prendre la mesure de ses avancées. Recyclage des déchets d’imprimerie (résidus, d’encre, de vernis, contenants souillés), technique de cartonnage sans colle, récupération de la chaleur du process…
Ces initiatives lui a valu une médaille d’argent EcoVadis et elle vise maintenant la médaille d’or. B.Pack joue également la transparence, par une réunion mensuelle avec les salariés.

 

• Le liquoriste Gabriel Boudier cherche sa clientèle de demain

 

boudier
Gabriel Boudier fabrique des liqueurs de fruits ainsi que des bases aromatiques pour l'industrie agroalimentaire. © Jean-Christophe Tardivon


Fabricant de la fameuse crème de cassis de Dijon, et de toute une gamme de liqueurs, la Maison Gabriel Boudier utilise la démarche RSE pour trouver sa clientèle de demain. « Les nouvelles générations sont attentives aux valeurs portées par un produit, ce qui implique toute la chaîne de l’entreprise  », souligne Claire Battault, secrétaire générale.

Le liquoriste (85 salariés, chiffre d’affaires de 14,5 millions d€ en 2019) installé à Dijon, est en train d’écrire sa feuille de route pour améliorer ses performances tant dans l’organisation de la production que son impact environnemental. La RSE lui apportera incontestablement « un avantage concurrentiel » à la hauteur de ses capacités à innover dans de nouveaux arômes et goûts. Son laboratoire de R&D s’emploie à créer de nouvelles recettes de bases aromatiques, pour ses propres marques mais aussi pour le compte d’autres fabricants de spiritueux ou d’autres secteurs, comme la parfumerie ou l'industrie agroalimentaire.

 flandria


• Eurogerm développe la RSE à travers le monde

 

eurogerm
Eurogerm s'emploie à transmettre sa politique RSE à ses fiiales à l'étranger. En photo, la fabrication d'ingrédients pour la meunerie à Saint-Apollinaire, près de Dijon. © Eurogerm


Spécialiste des ingrédients pour la filière blé-farine-pain à Saint-Apollinaire (Côte-d’Or),  « Eurogerm s'est engagée depuis 2011 auprès du Pacte Mondial des Nations Unies pour soutenir les 10 principes concernant les droits de l'homme, les droits du travail, la protection de l'environnement et la lutte contre la corruption. Cet engagement a été le premier pas vers notre démarche RSE », introduit Jean-Charles Hamelin, responsable du service RSE qui emploie désormais trois personnes.

Le gros chantier de l’entreprise cotée en bourse (chiffre d’affaires de 115,9 millions d’€ en 2019, 496 salariés, dont 180 en Côte-d’Or) consiste à déployer la politique environnementale développée dans la maison-mère à l’ensemble de ses filiales, au nombre de 15 partout dans le monde. «  Il s’agit de les guider vers l’amélioration de la qualité et de la sécurité alimentaire avec une charte éthique comportant des solutions respectueuses de l’environnement, des achats responsables sans imposer le standard français, au contraire en l’adaptant aux pratiques et habitudes de consommation locales. » Depuis plusieurs années, Eurogerm développe par ailleurs un programme « Une filiale, une école » qui consiste à mécéner des actions en faveur de l’éducation des enfants, au Sénégal, au Bénin, au Pérou et en Bolivie.


L'ASSOCIATION  FRANCE QUALITÉ PERFORMANCE EN BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ

le Club RSE,
FQP BFC organise pour ses adhérents et celles et ceux qui souhaitent travailler ensemble et échanger autour des thèmes de la RSE, des temps de rencontres et de partage d'expériences. Les séances peuvent être organisées en présentiel, mais aussi à distance si nécessaire. Les adhérents FQP BFC intéressés y acèdent sans participation financière.

Depuis la crise sanitaire de la Covid-19, un format léger de 1h à 2h, "Atelier partage de bonnes pratiques" est proposé tous les 2 mois, pour benchmarker et partager sur l'actualité de la RSE.

Des Trophées RSE ont lieu tous les ans. Le palmarès du prochain concours, clos fin septembre, aura ieu le 4 février 2021.

 

Mieux connaître les atouts d'attractivité de la Côte-d'Or

invest

Commentez !

Combien font "8 plus 9" ?