Les cérémonies commémoratives de la signature de l’armistice de la première guerre mondiale, ce mercredi 11 novembre, sont l’occasion de partager cette photo de l’ossuaire de Douaumont, en mémoire des soldats de la bataille de Verdun de 1916. C’est l’entreprise Varnerot qui l’avait rénové. La PME de la Meuse vient de livrer un chantier moins prestigieux, mais hautement spectaculaire, au château de Bussemont, près de Vitry-le-François (Marne), qui illustre son expansion jusqu'à Reims où elle vient d'ouvrir un atelier de taille de pierre.


L’entreprise Varnerot profite de la notoriété acquise grâce à la rénovation de l’ossuaire de Douaumont (Meuse), le monument à la mémoire des soldats de la bataille de Verdun de 1916. Ce spécialiste de la taille de pierres et de la maçonnerie traditionnelle a bénéficié de cette commande exceptionnelle, pour le centenaire de la Première Guerre mondiale, dont nous célébrons ce 11 novembre l’armistice. Le chantier de 1,2 million d’€ hors taxes avait nécessité quatre ans de travaux pour les ateliers de Thierville-sur-Meuse (Meuse).



baplcjuillet

 

En octobre dernier, c’est une réalisation certes moins prestigieuse, mais hautement spectaculaire, que l’entreprise de 45 salariés a livré. Varnerot a reconstruit à l’identique le pont de pierre du château de Bussemont, près de Vitry-le-François (Marne), une propriété privée datant du XVIIIe siècle. L’ouvrage enjambant les douves avait été détruit pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Afin de le reconstruire à l’identique, les compagnons, appareilleurs et dessinateurs se sont appuyés sur d’anciennes photographies. Ils ont également exhumé des pierres d’origine dans les douves et dans un bois où elles avaient servi de remblai. « C’est un projet fantastique qui nous a occupé pendant un an en travaux et en études », s’enthousiasme Michael Varnerot, gérant de l’entreprise, formé notamment au lycée Les Marcs d’Or à Dijon.

bussemont
Le pont du château de Bussemont (Marne) a été reconstruit à l’identique à partir de photos et de pierre retrouvées dans un bois et dans les douves.


Peu affectée par la crise sanitaire, l’entreprise fondée en 1994 a réalisé un chiffre d’affaires de 3,3 millions d’€ cette année (clôture au 30 juin 2020). Cogérée par les frères Michael et Samuel Varnerot, avec l’appui de la société de capital-risque Ader Investissements, elle poursuit son déploiement vers l’ouest, en région parisienne et en Champagne-Ardenne. En témoigne l’ouverture le mois dernier d’un atelier de taille de pierre à Reims.

Photos fournies par l'entreprise.

Commentez !

Combien font "5 plus 10" ?