METALLURGIE. C’est l’une des particularités de PSA Mulhouse, et elle fait sa force.

L’usine Peugeot-Citroën haut-rhinoise n’est pas qu’une monteuse de véhicules.

Elle abrite aussi des unités de mécanique et de métallurgie qui emploient 2400 personnes, soit 30 % de son effectif. L’une d’elles a été mise à l’honneur la semaine dernière.

La fonderie aluminium, choisie pour fabriquer les carters de cylindres des moteurs à essence dernière génération du groupe, a inauguré le 12 avril, ses nouvelles installations objets d’un investissement de 24 millions d’€.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

La fonderie mulhousienne est l’une des trois du constructeur avec Charleville-Mézières (Ardennes) et Sept-Fons (Allier). Elle est la seule à traiter l’aluminium selon le procédé sous pression.

«Nous nous concentrons sur la fabrication de pièces de forte valeur ajoutée et en débitons 7 500 chaque jour, à partir de 160 tonnes d’aluminium fondu», souligne Patrice Lefort, son responsable.

Dans cet environnement qui fleure bon l’industrie lourde, les robots sont le plus souvent les seuls en action, pour manipuler des pièces soumises à de fortes températures et qui pèsent leur poids : 19 kilos pièce. Le carter pour le nouveau moteur est toutefois allégé à 16 kilos.

L’investissement inauguré la semaine dernière a permis de mettre en service une nouvelle ligne de parachèvement,  la phase ultime qui débarrasse la pièce de ses bavures pour l’envoyer propre au client, l’usine de moteurs PSA de Trémery, près de Metz.

Pour ce nouveau moteur, la fonderie mulhousienne lance en ce mois d’avril la production en série des carters de la version 1 litre, trois mois après ceux de la version 1,2 litre.

Sa voisine la forge est également mobilisée, puisqu’elle démarrera en avril 2013 la fabrication de vilebrequins et bielles pour le modèle turbo.

Avec l’outillage, la forge et la fonderie forment le "pôle métallurgique", composé de «travailleurs de l’ombre pour des pièces invisibles mais essentielles», selon l’expression du directeur de l’usine Jean Mouro, heureux de les mettre sous les projecteurs pour une fois.

Essentiels, ces salariés le sont eux aussi pour le groupe PSA tout entier puisque les pièces qu’ils fabriquent  fournissent toute une série d’usines du constructeur.

Photos : Christian Robischon

Commentez !

Combien font "3 plus 5" ?