cluster

CLUSTER/BAS-RHIN. Les clusters et pôles de compétitivité d’Europe tiennent une rencontre commune depuis hier 18 mars et encore aujourd'hui, au Parlement européen de Strasbourg.

 

Présentation des enjeux avec Xavier Roy, directeur du réseau  France Clusters, l’organisateur de ces European Clusters Day.

 

Quelles sont les originalités de la rencontre ?

 

Elle est d’abord exceptionnelle par son ampleur : 400 participants représentant les clusters de 24 pays, auxquelles s’ajoutent des contributions parvenues de Chine et d’Inde.

Elle l’est aussi par son mode opératoire, à l’inverse de nos habitudes. La Commission européenne nous réunit régulièrement, autour de ses propres thématiques.

Ici, ce sont les clusters qui prennent l’initiative de la rencontre, dans l’optique de remonter des propositions de la base. J’en citerai deux. D’une part,  le cluster's agreement, une reconnaissance qui faciliterait l’accès des entreprises aux projets européens. D’autre part, nous, clusters français, allons promouvoir le modèle de la croissance par le groupement de PME, qui nous semble tout aussi pertinent que la fameuse ETI à l’allemande.

Enfin, il ne s’agit pas d’une rencontre en milieu fermé. Ces journées sont l’occasion d’un dialogue large avec tous ceux qui nous accompagnent et nous observent : institutions politiques, chercheurs, universités et bien sûr entreprises.

 

Quels sont les thèmes principaux ?

 

Outre les propositions déjà évoquées, nous débattrons notamment du rôle des clusters comme moteur de performance des PME à l’international, de l’évolution de la politique nationale et européenne de soutien, de la contribution au développement des territoires et à la réussite de la stratégie « Europe 2020 » (de croissance durable, NDLR), de l’innovation bien sûr, ou encore de la GPEC (gestion prévisionnelle des emplois et des compétences).

En somme, nous échangerons sur les enjeux- clés tels qu’ils sont ressortis de notre appel préalable à contributions qui a suscité plus de 100 réponses.

 

Des enjeux communs aux  clusters des différents pays d’Europe émergent-ils ?

 

Nous sommes effectivement confrontés à des questions comparables. Les entreprises attendent des clusters un appui à leur innovation à long terme, mais en même temps, elles sont confrontées à la nécessité de remplir leurs carnets de commande à un ou deux mois.

Les clusters doivent composer avec cette situation. Par ailleurs, l’innovation devient multiforme, nous l’appelons innovation « responsable », qui n’est pas seulement technologique. Toutes ces mutations doivent s’opérer dans un contexte où l’argent public se fait rare, qui oblige à se montrer inventif.

www.europeanclusterdays.eu

Commentez !

Combien font "7 plus 10" ?