Chaque année, les Prix Moniteur de la construction récompensent les entreprises de BTP les plus performantes de France. Pour son édition 2020, le palmarès du journal spécialisé remarque en Bourgogne-Franche-Comté, le groupe de travaux publics Thivent. Très impliquée dans la vie de son territoire du Charolais-Brionnais, l’entreprise familiale a fait de l’apprentissage son mode de recrutement exclusif.


Attachée à la terre du Charolais-Brionnais : c’est ainsi que Marc Dumas, directeur général de la SAS Thivent à la Chapelle-sous-Dun (Saône-et-Loire), près de la Clayette, résume l’esprit de l’entreprise qu’il dirige depuis 2013. L'ingénieur en génie civil y était entré en 2004 comme conducteur de travaux, puis directeur du secteur travaux publics.


Pour lui, c’est une question de maintien de la vie dans ce coin de Saône-et-Loire, situé aux confins de la Bourgogne, limitrophe au département de la Loire. « On redistribue localement le plus possible, en subvention aux associations, clubs de sport, événements locaux comme la biennale d'art contemporain de Marcigny », énumère le directeur général.
Pour démontrer son implication dans ce territoire rural, réputé pour être le berceau des boeufs blancs de la race charolaise, il cite la distribution à ses salariés, depuis le confinement de l’automne, de bons d’achats à dépenser dans les commerces locaux et quand ils rouvriront, dans les restaurants. « C’est un cercle vertueux, les collectivités locales nous donne du travail, l’entreprise préserve des emplois sur place et les consommateurs font vivre les commerces. »

 

bpbfcvirus


La politique des ressources humaines s’attache aussi à éviter l’exode rural. Depuis que Marc Dumas est aux commandes, les recrutements passent systématiquement par l’apprentissage.
A tous niveaux : du CAP au master pour les équipes de terrain comme pour les fonctions support. 70% de l’effectif de 135 salariés ont emprunté cette voie. Aujourd’hui, l’entreprise compte dans ses rangs, 13 apprentis en formation dans les CFA de Bourgogne-franche-Comté, et pour les niveaux supérieurs, à l’école des travaux publics d’Egletons.  Thivent s’enrichit ainsi de diverses compétences en interne, la politique de la maison étant d’avoir le moins possible recours à la sous-traitance.


Investissement dans la préfabrication en béton


exploitationcarriere

granulometrie
Les installations de transformation des matériaux de la carrière de La Chapelle-sous-Dun. Les granulats sont stockés selon leur granulométrie, variable en fonction leur utilisation. © Traces Ecrites


L’entreprise familiale dont la particularité est de n’avoir aucun des actionnaires aux commandes opérationnelles – elle avait été créée en 1932 par Maurice Thivent pour l’exploitation de la carrière de La Chapelle-sous-Dun –, s’est bâtie au fil du temps autour de toute la palette des métiers des travaux publics. Constructeur de routes, Thivent oeuvre également dans le génie civil avec une spécialité, la  réparations d’ouvrage d’art. S’est ajouté un pôle de construction de bâtiments industriels et commerciaux permise par l’existence d’un atelier de préfabrication d’éléments en béton.

Cette dernière prend de l’ampleur grâce à un investissement récent de 300.000 € dans l’acquisition d’équipements pour réaliser des poutres de grande dimension et gagne en capacité pour les dalles et murs. « Internaliser la matière première, comme l’a été fait historiquement pour les carrières de matériaux et le poste d’enrobé, est un élément de performance », affirme Marc Dumas. L’unité agrandie permettra également de devenir fournisseur d’autres entreprises de BTP. En octobre 2019, l’acquisition de TP Chavany, près de Charlieu, dans la Loire, apportée un nouveau métier, l’adduction d’eau potable.

 

mecateam


Cette diversification s’observe sur le plan géographique. Cette année, Thivent a créé un établissement de travaux publics et génie civil, à Reneins, près de Villefranche-sur-Saône, dans le département voisin du Rhône. L’entreprise était déjà présente dans l’Allier, la Nièvre et la Loire.
Dans ce périmètre de villes petites et moyennes où elle compte plusieurs pieds à terre, l’entreprise offre aussi les services de sa filiale Conect, spécialisée dans l’électricité et l’éclairage public. Installée  dans le village voisin de Varennes-sous-Dun, celle-ci avait déjà été primée par le Moniteur, en 2012 puis à nouveau en 2018, dans la catégorie « Equipement technique ».

Le chiffre d’affaires du groupe, majoritairement alimenté par les marchés publics des collectivités locales, devrait se stabiliser cette année autour de 20 millions d’€. Une belle performance eu égard à la crise économique. « En début d’année, nous avions un bon carnet de commandes et nous n’avons fermé deux semaines et demie pendant le confinement du printemps ; en revanche, aujourd’hui nous constatons une baisse des appels d’offre ainsi qu’une tension sur les prix, vers le bas », souligne le dirigeant.

carriere
La carrière historique de La Chapelle-sous-Dun, sur le site du siège de l’entreprise où se situe également la centrale d’enrobage. Thivent possède au total trois carrières, de granit, de sable et de schistes. © Traces Ecrites
Egalement lauréats dans l’Est,
le Lorrain BGC, le haut-Rhinois Olry Cloisons et le bas-Rhinois EJ Energies



La géographie des trois autres lauréats régionaux Est de l’édition 2020 des Prix Moniteur de la Construction mène en Alsace et en Lorraine.
En catégorie « gros œuvre – clos et couvert », la distinction revient à BGC, une PME de 35 salariés à Sainte-Marie-aux-Chênes (Moselle). Créée par l’actuel dirigeant Patrick Robert en 2005, elle se signale par sa forte relation avec l’Armée, qui lui procure la moitié de son chiffre d’affaires et un contrat d’importance exceptionnelle en cours, sur le site de Mailly-le-Camp (Aube), qui propulse ce CA à 25 millions d’euros cette année.
En second œuvre, le prix est décerné à Olry Cloisons à Turckheim (Haut-Rhin), entreprise de plâtrerie (35 salariés) qui effectue des prestations techniques, élargies à l’isolation et à la protection anti-feu, appréciées en particulier pour la construction ou la rénovation de salles culturelles, sportives et événementielles.
Enfin, EJ Energies à Geispolsheim (Bas-Rhin) a remporté la catégorie « équipements techniques ». Les 60 salariés exercent leur savoir-faire dans le chauffage, le génie climatique, la ventilation et le sanitaire, appuyés sur des développements informatiques qui rendent la PME performante pour la gestion énergétique des bâtiments et lui ouvrent la porte des grands chantiers alsaciens.

Commentez !

Combien font "9 plus 5" ?