APPRENTISSAGE. L’Institut de Formation aux Affaires et à la Gestion (IFAG), rebaptisé l’École supérieure de management, située à Auxerre (Yonne), dispense ses enseignements par l’apprentissage.

Bilan : 100% de réussite au diplôme, un job assuré et 20% d’élèves apprentis qui créent ou reprennent une entreprise.

Portrait d’une école de la réussite qui accueille sa 21ième promotion en cette rentrée.

Les Allemands l’ont depuis toujours compris, les Français s’y mettent progressivement : l’apprentissage est une voie royale pour bien se former et trouver rapidement un boulot.

Et ce, quel que soit le niveau du diplôme souhaité.

À Auxerre (Yonne) la Maison des Entreprises qui fédère le Medef et l’UIMM a eu la bonne idée de créer en 1991, l’Institut de Formation aux Affaires et à la Gestion (IFAG), rebaptisé depuis l’École Supérieure de Management et dirigée par Véronique Riguet.

Mutualisé avec l’IT2I (170 apprentis ingénieurs), pour certaines ressources communes : locaux, direction, recrutement…, l’IFAG (4 salariés) recrute à partir de bac+2 et offre en trois ans un cursus complet pour bien savoir diriger une entreprise, un service, une scop ou une association.

Les enseignements dispensés : gestion, finance, marketing, ressources humaines, communication, stratégie…, se font en alternance par période de 15 jours.

La cinquantaine d’intervenants qui composent le corps enseignant sont tous des chefs d’entreprise ou des cadres supérieurs.

Une junior entreprise intégrée

«L’école est née du besoin des entreprises de Bourgogne d’embaucher des cadres supérieurs immédiatement opérationnels», indique Clémence Harnist, responsable du recrutement.

20 promotions et 400 diplômés plus tard, elle attire de plus en plus. À preuve, 77 élèves apprentis y pointent cette année avec la quasi-certitude de réussir leurs examens et d’avoir un travail immédiat en Bourgogne ou dans la région limitrophe de Franche-Comté (80% des débouchés).

Mieux, près du quart d’entre eux monte ou reprend une entreprise.

Le statut d’apprentis, donc de salarié chez un maître d’apprentissage, permet d’assurer le coût de scolarité de 6 600 € annuels.

Côté logement, l’IFAG a eu la bonne idée de racheter un bâtiment universitaire pour aménager 35 studios qu’elle loue peu cher. «Il nous en faudrait toutefois plus», assure Clémence Harnist.

Dernier point fort : l’école compte 150 entreprises partenaires qui peuvent bénéficier d’un projet d’étude entièrement gratuit.

«Nous intégrons une junior entreprise qui conduit de nombreux travaux dans le développement durable, le marketing ou encore le diagnostic stratégique», précise la responsable du recrutement.

Crédit photo: IFAG

1 commentaire(s) pour cet article
  1. Pierre-Marie DANDRAUdit :

    Bonjour, Très bon article. Il est vrai que l'apprentissage devient de nos jours une voie royale pour l'insertion professionnelle. Etudiant à l'IFAG Auxerre, j'apprécie le côté opérationnel de la formation qui nous permet de mettre directement en corrélation les acquis théoriques avec nos pratiques en entreprise. De plus, à l'IFAG Auxerre, les promotions à taille humaine permettent aux étudiants de bénéficier d'une proximité certaine avec les intervenants professionnels, les chefs d'entreprises, les acteurs économiques locaux, et donc de ne pas rester dans l'anonymat au cours de leurs études. Preuve en est les 100% d'insertion professionnelle de la promotion sortante. Au plaisir de vous lire prochainement.

Commentez !

Combien font "5 plus 7" ?