Formation. Unique en France, l’Institut Supérieur d’Ingénieurs de Franche-Comté (ISIFC) forme en trois ans des professionnels dans le domaine du génie biomédical (*).

Dépendante de l’Université de Franche-Comté qui l’hébergeait jusqu’à présent à la faculté des sciences, l’école prend aujourd’hui ses aises dans un bâtiment loué à la ville de Besançon (Doubs) sur la zone d’activités Témis et inauguré ce samedi 27 novembre 2010.

Sur 1 100 m2, elle pourra dorénavant mieux dispenser l’essentiel de ses enseignements et accueillir plus confortablement ses services administratifs.

L’ISIFC (144 élèves-ingénieurs), créé en 2001, répond à un véritable besoin pour les entreprises du secteur biomédical. Au point que 90% de ses promotions de 50 étudiants trouveT un débouché très rapidement, dont 40% en Franche-Comté et un tiers en Suisse.

«Nous permettons à nos étudiants de posséder une double culture, technique et médicale, en leur offrant une bonne maîtrise des cycles de vie d’un dispositif médical, de sa conception à sa mise sur le marché», explique Nadia Butterlin, la directrice.

À l’horizon 2013, cette femme très dynamique caresse un autre projet. Elle souhaiterait pouvoir installer l’ISIFC sur 3 000 m2 près du Centre Hospitalier Universitaire Jean Minjoz, là où seront à terme regroupées toutes les activités dédiées à la santé.

«Nous attirons de plus en plus de vocations, aussi nous faut-il un outil de travail encore mieux adapté», précise Nadia Butterlin.

(*) Le génie biomédical permet, en autres, de concevoir des appareils de diagnostic, de traitement et d’assistance (instrumentation), nommés dispositifs médicaux, dans le but d’améliorer la qualité des soins.

Crédit photo : ISIFC

Commentez !

Combien font "10 plus 5" ?