Fonds propres. Cinquante millions d’euros : la somme est coquette. C’est la dotation du fonds Alsace Croissance dont la création a été officialisée le 12 avril par ses trois initiateurs et financeurs : la Région Alsace, la Caisse des dépôts (CDC), le groupe Crédit Mutuel-CIC.

La collectivité apporte 7 millions d’€, la CDC amène 18 autres millions par le Fonds stratégique d’investissement (FSI) et la banque sera la principale contributrice, avec la moitié du total.

Cet argent est destiné à renforcer les fonds propres des sociétés alsaciennes. Alsace Croissance vise l’entrée au capital d’une vingtaine d’entreprises, en priorité des PME de moins de 250 salariés, pour un montant unitaire de 750.000 à 3 millions d’€ et sur une période de 5 ans.

De l’émergence d’un projet au capital-développement

Voilà plusieurs années que la région cherchait à construire un outil de cette taille, comme dernier étage d’une fusée déjà bien lancée sur l’orbite du financement des entreprises.

La palette était jusqu’alors riche de 4 structures, aux périmètres bien complémentaires, qu’il s’agisse du moment d’intervention et des montants investis. Ensemble, elles ont injecté plus de 20 millions d’€ dans les entreprises alsaciennes.

En partant de l’émergence d’un projet pour aller vers le capital-développement, la liste se compose successivement d’Alsace Amorçage, d’Alsace Création, de la Sodiv et d’Airfi (Alsace Inter Regio Fonds d’Investissement).

La première structure associe déjà la Caisse des dépôts, la seconde est la plus ancienne, la troisième désigne la société de reconversion du bassin des Mines de potasse «récupérée» par la Région.

La dernière, le fonds commun de placement à risques; Airfi, se rapprochait le plus du nouveau venu, compte tenu d’un montant d’intervention unitaire proche d’1 million d’€ en moyenne.

Elle s’efface dorénavant pour être remplacée par Alsace Croissance.

Commentez !

Combien font "5 plus 4" ?