Le secteur de l’événementiel, empêché de travailler presque sans discontinuer depuis le 5 mars dernier, fait partie des plus mal lotis de cette crise sanitaire avec les bars, restaurants, discothèques et salles de sport. Pourra-t-il y survivre avec 80% de son chiffre d’affaires amputé en 2020 ? Les professionnels sont plus que pessimistes. Sylvain Camos, fondateur et dirigeant d’EMA Events à Dijon, l’est aussi mais sa capacité à rebondir mérite d’être racontée. Sachant qu’il fait sienne cette phrase de Sir Winston Churchill : « Si tu traverses l’enfer, ne t’arrêtes pas. »

Cet homme de 50 ans, au physique d’éternel jeune premier, ne s’arrête jamais. Surtout quand il s’agit de sauver sa boîte des affres d’un virus plus que tenace. Il faut dire que Sylvain Camos a du vécu en la matière. EMA Events, société d’événementiel......
Cet article est réservé aux abonnés
icone journal
Accédez à tous nos contenus
en illimité à partir de 7,50 € HT/mois
icone mains
Soutenez un journalisme indépendant
icone ordinateurs check
Accédez à une information vérifiée, documentée et utile à votre business

Commentez !

Combien font "4 plus 7" ?