Le centre de pièces détachées de PSA Vesoul rapatrie en interne l’activité d'emballage qui était sous traitée à GT Logistics dont les 40 salariés seront intégrés chez le constructeur automobile. Depuis 218, il gonfle ses effectifs grâce à plusieurs rapatriements d’activité dont celle d'Hérimoncourt (Doubs), qui a fermé en 2020. Est-ce le signe d’une compétitivité jadis perdue et aujourd’hui retrouvée, dont l’origine se trouverait dans l’accord sur le temps de travail signé en juin 2018 ? Pour les syndicats signataires de l'accord (FO, CFTC et CFE-CGC), c’est oui. Pour la CGT, le solde d’emplois est négatif.


Petit à petit, le site de Vesoul (Haute-Saône) de PSA grignote des activités. Le 11 janvier, la direction du vaste centre de pièces détachées a annoncé au comité social et économique (CSE) que le constructeur reprendrait dans les prochains mois en interne l’emballage de pièces de rechange qui était sous-traité sur place à la société GT Logistics. Lors du renouvellement du marché, le groupe automobile a pu proposer une offre au prix suffisamment compétitif pour rivaliser avec le prestataire extérieur.


La nouvelle donne entraîne l’embauche de 50 personnes en contrat PSA à durée indéterminée : dix intérimaires et 40 des salariés locaux de GT Logistics, cette entreprise conservant sur le site quatre autres activités dont la gestion de pneus et roues de secours et l’emballage de pare-brises.

 

bpbfc


PSA Vesoul poursuit ainsi un mouvement de remontée d’activité entamé en 2018. Celui-ci a connu trois étapes précédentes : le transfert depuis Gonesse (Val d’Oise) de pièces de rechange de la filiale allemande Opel, celui de la vente en ligne de pièces détachées de la filiale Mister Auto qui était assurée à Corbas (Rhône), et d’autres pièces de rechange et prestations liées à l’économie circulaire qui étaient exercées en partie à Hérimoncourt (Doubs), site fermé en 2020. Au total, les rapatriements d’activités représentent 105 embauches, calculent les syndicats  – la direction du site, sollicitée, n’a pas souhaité s’exprimer.  

 

Des gains d'effectifs traduits en pertes sur d'autres sites

psavesoulexterieur
Les 40 des salariés de son ancien sous-traitant, GT Logistics, vont être intégrés dans les effectifs de PSA Vesoul, auquel s’ajouteront 10 intérimaires. © PSA © PSA


Est-ce le signe d’une compétitivité jadis perdue et aujourd’hui retrouvée, dont l’origine se trouverait dans l’accord sur le temps de travail signé en juin 2018 ? Pour les syndicats signataires (FO, CFTC et CFE-CGC), c’est oui. « Les efforts des salariés sont récompensés », commente Thierry Pagot, délégué CFE-CGC.
Amplement médiatisée à l’époque, la négociation avait abouti à un « accord de performance collective » à l’époque l’un des pionniers en France. Le texte a fait passer le temps de travail hebdomadaire de 35 h à 37 h 45, soit + 8 % sans hausse équivalente du salaire (+ 3,1 % avec toutefois une prime). Il était assorti d’un engagement de 80 embauches sur trois exercices et de 20 millions d’€ d’investissements.


Concernant le premier seuil, la progression a été interrompue en 2020 par la crise due la Covid-19, mais la réinternalisation de l’activité GT Logistics permettra de respecter la promesse durant ce premier semestre 2021, et même de la dépasser. De même, l’investissement devrait être supérieur au plancher fixé. Le site est engagé dans une modernisation d’ampleur pour construire notamment un nouveau magasin mondial de pièces de rechange  et optimiser l’utilisation de ses immenses surfaces bâties de 700. 000 m2 réparties sur 125 hectares !


dieman

Non signataire du deal de 2018, la CGT n’a pas la même lecture des événements. « Tout compte fait, le solde d’emplois est négatif : on a perdu beaucoup d’effectifs qu’on en a gagné, et on en a fait perdre sur d’autres sites », expose le délégué Cédric Fischer.  « Les gens de GT repris, c’est certes tant mieux pour eux, mais leurs conditions de travail ne vont pas s’améliorer. Sur le site, c’est toujours plus de flexibilité, et de hausse du temps travaillé, avec la multiplication des samedis obligatoires. Il y a plein de boulot, alors pour nous la solution, ce n’est pas augmenter la durée de travail, mais la baisser et embaucher », poursuit-il.


De fait, l’histoire du site depuis 2018 se prête à l’adage selon que vous voyez le verre à moitié plein ou à moitié vide.  Les « gains » de Vesoul se sont traduits ailleurs par des suppressions d’emplois et ont contribué à des fermetures, la plus emblématique étant celle d’Hérimoncourt. Sur les 200 salariés de ce site berceau de Peugeot à côté de Sochaux, une quarantaine ont rejoint Vesoul, selon les informations de Thierry Pagot.

psavesoultranstockeurs
Le site de Vesoul est engagé dans une modernisation d’ampleur pour construire notamment un nouveau magasin mondial de pièces de rechange, après la grande transformation d'il y a cinq ans. © PSA


La CGT n’a pas tort d’affirmer que l’effectif à Vesoul diminue d’année en année. Moins gêné aux entournures sur le sujet que les autres organisations, le syndicat avance les chiffres les plus précis : plus de 500 départs non remplacés, faisant passer le nombre de salariés PSA à 1.900, « et même à 1.760 effectivement actifs (hors les congés seniors encore répertoriés, NDLR), soit le niveau le plus bas depuis que je suis entré il y a 27 ans », expose Cédric Fischer.  S’ajoutent 500 intérimaires et 300 prestataires extérieurs.  

 

pvfnouveau

 

Mais pour la CFTC et la CFE-CGC, il faut raisonner en terme de pérennisation du site. « Et de ce point de vue, ce qui s’est passé constitue des bonnes nouvelles », estime Thierry Pagot. « Il ne faut pas oublier d’où l’on vient : en 2012, le groupe était au bord du gouffre », renchérit Jean-Paul Guy (CFTC). Vesoul, en particulier, luttait tant bien que mal dans son domaine de la logistique où les prix sont encore plus disputés que la fabrication de voitures.

« Entretemps avec l’intégration d’Opel, on s’est retrouvés aussi en compétition interne avec le centre de Bochum en Allemagne, poursuit Jean-Paul Guy. Et on a tenu bon. Vesoul est conforté plus que jamais comme le centre mondial PSA de référence des pièces détachées. »

Commentez !

Combien font "3 plus 1" ?