Le fabricant de prototypes de cartes électroniques câblées démontre que, dans son secteur, tout ne se fabrique pas en Asie. Lauréate de l'appel à projets de relocalisation du plan de relance du Gouvernement, l'entreprise du Bas-Rhin a triplé sa surface de production et engage un investissement de 1,2 million d'€ dans son parc de machines. Son ambition est de doubler son chiffre d’affaires d’ici quatre ans et de devenir leader en Europe.


Depuis la création de son activité de prototypage de cartes en 2013, Proto-Electronics n’a cessé ne croître. Au point aujourd’hui de peser 4 millions d’€ de chiffre d’affaires avec 32 salariés. Trop à l’étroit dans ses anciens locaux, l'entreprise née au sein du groupe indépendant Altrics et désormais société à part entière, a déménagé en juillet, tout en restant à Rosheim (Bas-Rhin).
Sa surface de production a quasiment triplé, de 350 m2 à 1000 m2, et ses bureaux s’étendent sur 400 m2. Depuis le 19 novembre, l’entreprise alsacienne fait partie des 31 entreprises aidées par l’Etat dans le cadre du plan de relance pour redévelopper des productions hexagonales dans des secteurs stratégiques (*).

Grâce à ce coup de pouce de 320.000 €, Proto-Electronics engrange un plan d’investissement de 1,2 million d’€ sur trois ans pour augmenter ses capacités de production dans l’objectif de réaliser 10 millions d’€ de chiffre d’affaires en 2024. Le parc de machines va doubler et 25 embauches devrait accompagner cette croissance. « Notre ambition est de devenir le n°1 en Europe sur notre marché », annonce Damien Rossignon, le dirigeant de l’entreprise.

 troiscent



Déjà leader en France sur le marché de niche du prototpage, Proto-Electronics gagne tous les ans du terrain à l’export. Ses atouts : une plateforme traduite en cinq langues (français, anglais, allemand, italien, espagnol et peut-être bientôt le néerlandais) et des délais de livraison très courts.
Le gain de temps intervient surtout à l’étape du devis car ce sont les clients eux-mêmes qui l’établissent directement sur la plateforme. L’algorithme leur propose les tarifs les plus intéressants et si un composant manque, il en propose un autre équivalent. Un devis peut être finalisé en 10 minutes et deux heures après, la fabrication peut démarrer.


Un prototype de carte en cinq jours

protodeux
Proto-Electronics augmente ses capacités de production et prévoit d'embaucher une vingtaine de personnes à court terme.


La PME produit des petites séries (10 pièces en moyenne) et s’engage à livrer les prototypes à partir de 5 jours ouvrés, alors que les délais habituels tournaient plutôt autour de 4 semaines. « Sur la phase de développement d’un produit, nos clients peuvent gagner trois semaines », assure Damien Rossignon. Les utilisateurs de la plateforme sont des start-up, des organismes de recherche, de certification, et des grands groupes industriels dans des domaines variés comme les technologies numériques, les objets connectés, l’aéronautique, l’automobile, etc.

En raison de la crise du Covid-19, les commandes des industries aéronautique et automobile ralentissent, mais le secteur des mobilités électriques (vélos et voitures) reste dynamique. La PME n’a pas connu de problèmes d’approvisionnement avec ses fournisseurs (elle travaille avec quatre gros distributeurs : deux aux Etats-Unis, un en Angleterre et un en France) et les ventes à l’export restent à la hausse, en tête l’Allemagne où l’entreprise possède un bureau commercial depuis 2015, et l’Italie.

De 30% du chiffre d’affaires cette année, les ventes à l’étranger devraient grimper à 50% en 2021. L’entreprise s’est adaptée au contexte de la crise sanitaire en misant sur le marketing digital pour augmenter sa visibilité, à défaut d’avoir pu participer aux salons professionnels, en majorité des salons annulés cette année

 

baplcjuillet

Qui est Damien Rossignon ?

rossignonDiplômé de l’école de commerce ICN Business School à Nancy, Damien Rossignon a complété ses études par une formation dans l’électronique. Il a débuté sa carrière chez Schneider Electric en 1997, puis a rejoint la société Altrics en 1998, où il a gravi tous les échelons : de commercial à directeur commercial, puis directeur général en 2003.
En 2007, il rachète Altrics avec deux associés. En 2013, il crée un département de prototypage au sein de cette société de cartes électroniques, et devant le succès de cette activité, il fonde Proto-Electronics en 2016.


(*) Le plan de relance de relocalisation des productions de secteurs stratégiques (agro-alimentaire, santé, électronique…)  dans l’hexagone finance à ce jour 140 millions d’investissements dans les entreprises lauréates de l’appel à projets qui est reconduit pour 2021 et 2022.

Photos fournies par l'entreprise

Commentez !

Combien font "9 plus 3" ?