Fabricant de textiles techniques, Althoffer a lancé au début de l’année, des tapis connectés pour les machines de boulangerie. La PME installée entre Colmar et Mulhouse souhaiterait appliquer cette innovation à ses autres domaines d’activité : la filtration, l’absorption d’humidité et la protection thermique.

 

Après plus de deux années de développement, Althoffer a réussi à intégrer des puces et des capteurs dans ses textiles destinés aux machines et matériels de boulangerie : bandes transporteuses, bandes pour laminoirs, toiles pour enfourneurs, repose-pâtons, etc. L’entreprise a présenté cette innovation en janvier dernier au Sirha à Lyon (Salon international de la restauration et de l’hôtellerie).
« Aujourd’hui, le boulanger n’a aucun retour sur les machines qu’il utilise. Les puces et les capteurs permettent de connaître l'état de vétusté de ces consommables, et s’il parvient à réduire à la fois ses achats de consommables et s'assurer d'un meilleur entretien, ce sera bénéfique pour lui », affirme Walter Fornasiere, l’ancien dirigeant de la société Althoffer, jouant désormais le rôle de consultant auprès de Sabine Dubich, l'ancienne directrice générale, qui lui a succédé en janvier 2019. 



bpalc

 

Le fabricant installé à Rimbach-Zell (Haut-Rhin), entre Colmar et Mulhouse, a également réalisé un prototype de textile connecté pour les filtres de dépoussiérage des flux gazeux destinés aux industries et aux usines d’incinération. « Dans le domaine de la filtration, les exploitants ont beaucoup d’informations, mais rien sur les éléments filtrants. Ils savent simplement quand les filtres sont colmatés, c’est-à-dire lorsqu’ils doivent les remplacer. Avec nos capteurs, on peut aller vers plus de prévention », précise Walter Fornasiere.

En avance sur son marché

althoffergamme
La gamme de tissus pour les machines de boulangerie.

En connectant ses textiles, l’entreprise mesure leur fonctionnalité et leur durée de vie. Elle a listé des paramètres à mesurer : teneur en humidité, température, présence d’agents chimiques, etc. Ces informations permettent d’établir un programme d’entretien. « Dans l’industrie, on parle de plus en plus de l’usine du futur, nous voulons prendre le train en route. Nous croyons beaucoup à cette innovation car dans l’avenir, tout sera connecté », affirme l’ancien dirigeant.

Pour le moment, sur le marché de la boulangerie qui reste très traditionnel, aucun client ne s’est montré intéressé par les tapis connectés. Mais Walter Fornasiere reste optimiste : « On ne pouvait pas attendre que le besoin s’exprime car il existe d’autres préoccupations sur ce marché. Mais je pense qu’une fois devant le fait accompli, les professionnels trouveront un intérêt. »

 

nouveau reseauconcept

 


À moyen terme, la société haut-rhinoise prévoit de lancer ses textiles connectés sur l’ensemble de ses domaines d’activité. Et à plus long terme, elle souhaiterait coopérer avec des fabricants de machines de panification pour inclure la maintenance de ses produits dans leur processus de fabrication.

althofferdubich
Sabine Dubich, ancienne directrice administrative et financière est présidente de Althoffer depuis janvier 2019

La petite entreprise de 12 salariés qui réalise un chiffre d'affaires de 1,8 million d’€, et fête ses 210 ans cette année, mène depuis plusieurs années une politique d’innovation soutenue. En 2014, elle avait lancé une gamme de textiles enduits pour la boulangerie, destinée à faciliter le nettoyage par un simple coup d’éponge.
Althoffer produit également des textiles pour diverses applications techniques : des sacs absorbants pour les citernes de gaz, des disques de polissage pour les hublots d’avion, et des textiles de protection thermique pour les moteurs de machines d’extraction minière…
L’entreprise réalise 35% de son chiffre d’affaires à l’export, principalement en Chine, où sont situés les constructeurs de machines de panification.

 Photos fournies par l'entreprise

Commentez !

Combien font "6 plus 2" ?