L’entreprise strasbourgeoise qui conçoit et fabrique des serveurs informatiques sur mesure s’est engagée dans une démarche « green-IT » visant à réduire la consommation de ses solutions de stockage et de calcul informatiques et à revaloriser leur chaleur.

« À la création de 2CRSI en 2004, les technologies de l’information consommaient 1% de l’énergie mondiale. Aujourd’hui, ce chiffre a grimpé à 7%. Et nous restons la seule industrie à consommer de plus en plus d’énergie car le besoin en serveurs informatiques est croissant partout dans le monde », explique Alain Wilmouth, le PDG et cofondateur de 2CRSI, avec son frère, Michel.
Pour répondre aux enjeux économiques et environnementaux de la révolution numérique actuelle, la PME bas-rhinoise a développé des serveurs plus économes en énergie et des solutions pour revendre la chaleur qu’ils produisent. En mutualisant l’alimentation et la ventilation des serveurs, 2CRSI a réussi à réduire la quantité d’électricité nécessaire à leur fonctionnement et à leur refroidissement. 
Lancé en 2017, Octopus, qui fait partie de la dernière génération des serveurs de l’entreprise réduit de 23% la consommation électrique en comparaison avec des solutions équivalentes.


polevehiculedufuturtexte

Ces produits sont certes vendus un peu plus chers que ceux de la concurrence, mais ils sont compétitifs sur le long terme, assure le PDG. « Il faut prendre en compte le coût d’achat et le coût d’usage d’un serveur. En seulement 18 mois, les dépenses liées à l’énergie, à la climatisation et au personnel coûtent aussi cher que le prix d’achat de l’équipement. »


L’énergie thermique des serveurs pour les lave-mains, les douches, et les piscines

crsicarrePour parfaire le cercle vertueux, 2CRSI a également investi plusieurs millions d’euros en R&D pour recycler l’énergie thermique produite par les serveurs et datacenters. Depuis le début de l’année, un datacenter à Nanterre sert d’étalon et de démonstration de ces nouvelles technologies. La chaleur produite par le datacenter est utilisée pour les lave-mains des toilettes du bâtiment qui abrite également des bureaux.
La PME strasbourgeoise expérimente en parallèle l’installation de mini datacenters dans un groupement hôtelier en Allemagne, où les équipements informatiques contribuent à chauffer l’eau des douches. « Nous sommes en train d’affiner le business model. Nous proposerons cette nouvelle offre aux clients d’ici à la fin du premier trimestre 2020. Et c’est une activité que nous prévoyons rentable d’ici à trois ans », annonce Alain Wilmouth.
Le dirigeant lorgne également sur le marché des piscines municipales. Depuis 2017, un des bassins de la piscine de la Butte-aux-Cailles à Paris est chauffé grâce à un data center de la société Stimergy, hébergé dans son sous-sol. « Si la mairie de Paris le souhaite, en quelques semaines, nous pouvons réduire le coût de chauffage des piscines de la capitale », lance-t-il.

 

BPALCtransmission


Après une entrée réussie en bourse en juin 2018 qui a permis une levée de fonds de 50,3 millions d’€, 2CRSI accélère sa croissance. Avec 65 millions d’€ en 2018 (un peu moins de 200 salariés), le chiffre d’affaires affiche une progression de 112% par rapport à l’année précédente avec un résultat net consolidé, lui aussi en progression, à 3,69 millions d’€. Pour 2020, le cap est fixé à 200 millions d’€ avec un excédent brut d’exploitation (EBE) de 10%.
Le développement s’opérera à l’international où le constructeur compte passer de 56% de son chiffre d’affaires en 2018 à 90% d’ici à 2020. « Aujourd’hui, nous sommes présents dans 25 pays, mais d’ici à fin 2019, nous en compterons 45 », annonce le P-DG. Déjà présentes à Manchester, Dubaï et San Jose, au cœur de la Silicon Valley, ses installations devraient gagner les Pays-Bas et Singapour.
Cet été, un beau contrat a été signé avec le CERN, l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire, pour une grosse solution de stockage, composée d’une centaine de systèmes comprenant chacun 24 disques de 12 téraoctets (un téraoctet équivaut à environ 1000 gigaoctet), à la hauteur des  gigantesques besoins de stockage de données du centre de recherche : 27,5 millions de gigaoctets.

Qui est Alain Wilmouth ?

crsipdgDiplômé de la Faculté de Sciences économiques de Strasbourg, Alain Wilmouth a été directeur général de DataSwift en 2001 avant de créer 2CRSI en 2004 avec son frère Michel. Initialement société de conseils et de conception de solutions informatiques innovantes, 2CRSI est aujourd’hui un constructeur reconnu de serveurs informatiques.
Photos fournies par l'entreprise

Commentez !

Combien font "10 plus 5" ?