poteauFILIÈRE BOIS. Comment fabrique t-on un poteau en bois, support des lignes électriques ou téléphoniques ?

L’affaire nous intriguait au point de forcer la porte de France Bois Imprégné (FBI), le spécialiste du genre implanté juste à l’entrée de Gray (Haute-Saône) en venant de Dijon.

A l’issue de trois heures de visite guidée en compagnie de Laurent Péchiney, le directeur de ce site vaste de 7 hectares, on constate qu’il s’agit d’une véritable savoir-faire, aussi précis que technique.

Explications.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

A force de passer régulièrement devant ces milliers de poteaux alignés chez France Bois Imprégné (FBI) à Gray (Haute-Saône), nous voulions comprendre comment se fabrique un poteau en bois, bien plus esthétique à notre goût que ceux en métal ou en ciment qui supportent le long des routes les lignes d’ERDF et de France Télécom.

grume Tout commence avec l’arrivée des grumes écorcées, principalement d’épicéa - seulement 10% d’essence de pin - en provenance des exploitants forestiers.

L’entreprise s’approvisionne directement dans les massifs du Jura, des Vosges et du Morvan.

Le prix de cette matière première augmentant et les tarifs figés pour trois ans par EDF et France Télécom provoquent parfois quelques difficultés d’approvisionnement, témoigne Laurent Péchiney, le directeur de ce site vaste de 7 hectares.

Arrivées sur site, les grumes sont classées, mises en piles et patientent gentiment pour un séchage naturel entre trois à six mois.

planageElles passent ensuite au planage, un rabotage circulaire, puis sont coupées à la longueur définitive (entre 6 et 22 mètres).

L’opération est délicate et nécessite des opérateurs aguerris au maniement, avec une extrême délicatesse, de la tronçonneuse.

L’analyse des éventuels défauts se fait à ce stade et l’on procède également au façonnage de la pointe.

Pas besoin de cotes, tout se fait à l’œil nu, en simplement deux ou trois passes.

La seule difficulté tient à la configuration du site, réparti des deux côtés d'une route très fréquentée, ce qui oblige pour continuer le process, à de la manutention lourde sur engins avec arrêt de la circulation !

piquagePour optimiser le traitement final, il faut réaliser un piquage : il favorise l'imprégnation des poteaux d’ammonium quaternaire et de cuivre organique qui donne cette couleur verte finale.

Car le bois même coupé demeure une matière vivante, sensible à certains agents biologiques tels que les insectes xylophages et les champignons lignivores.

Là encore, la tâche impose une précision parfaite que doit constater un second contrôle qualité.

autoclave Direction ensuite le bâtiment des autoclaves pour l’injection destinée à la préservation finale des poteaux.

Le bois prend place dans l' équipement, puis on vide l’air à moins un bar pour introduire le produit de traitement.

L’autoclave pressurisé force l’imprégnation jusqu’à la saturation des bois. Les poteaux retournent en piles pour être stockés : ils sont alors disponibles à la vente.

poseReste pour terminer, à effectuer la pose, déléguée aux agents d’ERDF ou de France Télécom. On les enfonce au 10ième dans le sol à une profondeur de 60 centimètres minimum.

FBI traite au total 25 000 unités annuelles pour ces deux clients. Le marché se restreint toutefois avec l’enfouissement de plus en plus fréquent des lignes.

L’entreprise subit également la concurrence des poteaux métalliques et en béton. Ils sont pourtant plus chers, défigurent les paysages, mais sont jugés plus résistants. Un poteau de bois bénéficie d’une durée de vie de 10 années, assure l'industriel et sont vérifiés tous les deux ans.

pechiney• Qui est Laurent Péchiney ?

Âgé de 36 ans, Laurent Péchiney dirige le site FBI de Gray depuis février 2011. Titulaire d’un bac génie électronique, option maintenance, il intègre déjà l’entreprise pour s’occuper du parc des équipements assez anciens.

« Mon prédécesseur m’a progressivement formé pour prendre sa suite », souligne t-il.

Cet homme d’abord naturel et foncièrement sympathique impulse un management très participatif, mais rigoureux quant au travail à accomplir, à une équipe de 10 personnes.

• A propos de FBI

France Bois Imprégné exploite deux autres sites en dehors de Gray. Ils se situent à Boisset-lès-Montrond (Loire) et à Meymac, près de Tulle (Corrèze). Elle réalise 2 millions d’€ de chiffre d’affaires et emploie environ 90 personnes. FBI a été rachetée en avril 2013 par le groupe Moulinvest que dirige Maurice Moulin.

Pour faire face à une baisse régulière des poteaux supports de lignes, l’entreprise produit aussi à hauteur de  40% de son activité, des piquets, des rondins et des éléments de mobilier de jardin qu’elle commercialise sous la marque Décover, auprès des grandes surfaces de bricolage, des jardineries, des marchands de matériaux et des particuliers.

• A propos de Moulinvest

Fondée en 1916, la société Moulinvest (34,3 millions d’€ de chiffre d’affaires, un million d’€ de résultat net), est cotée à la bourse de Paris et spécialisée dans l’écoconstruction, le bois énergie et l’imprégnation du bois. Basé à Dunières, en Haute-Loire, ce petit groupe dispose de 15,2 millions de fonds propres.

Crédit photos : Traces Ecrites et EDF.

1 commentaire(s) pour cet article
  1. Bryan Serredit :

    Au niveau du montage, cela paraissait compliqué au début, mais en fait, c'est super facile. Comme je suis une fan de puzzles, je n'ai pas pu résiste et j'y ai mis mon grain de sel!

Commentez !

Combien font "5 plus 2" ?