Innovation : le  plateau à galet permet le marquage simultané de plusieurs pièces cylindriques.
Le plateau à galet permet le marquage simultané de plusieurs pièces cylindriques.

INNOVATION. Fabricant de sources laser et de machines de marquage, Istech à Saint-Apollinaire, près de Dijon, a mis au point une machine laser multi-axes capable de marquer simultanément plusieurs pièces.

Conçu sur mesure pour un client, l'équipement entre au catalogue de l'entreprise avec l'objectif de sortir du 100% sur-mesure.

De nombreux soutiens institutionnels ont encouragé cette innovation.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Essentielle pour améliorer les process de production et la qualité des produits finaux, la traçabilité est aussi devenue un enjeu stratégique pour lutter contre les contrefaçons.

Fabricant de sources laser et de machines de marquage à Dijon, Istech situe dans cette problématique industrielle la nouvelle machine de marquage laser qu'elle vient de mettre sur le marché.

Il s'agit d'une station de marquage laser multiaxes dont le nom de baptême, Flexilas, traduit son principal atout, la flexibilité.

La machine est dotée de trois axes rotatifs. Un premier axe pilote un mandrin à serrage automatique. Le second porte le plateau à galet piloté par un logiciel qui permet le marquage simultané de plusieurs pièces cylindriques. Enfin le 3ème ajuste automatiquement la hauteur de la tête de marquage selon la taille des pièces.

Celles-ci peuvent avoir n'importe quelle forme et être autant en acier comme en plastique.

« Commandée directement par le logiciel du laser, le plateau à cinématique continue apporte une automatisation complète du marquage même pendant la rotation des pièces », explique Bertrand Dodane, gérant de la PME de 15 salariés.

L'automatisation met fin aux tâches répétitives qui peuvent engendrer des troubles musculo-squelettiques (TMS) chez les opérateurs. L'entrepreneur souligne un gain de productivité significatif pour l'utilisateur en comparaison avec l'utilisation traditionnelle d'un mandrin. « Les pièces peuvent même se retourner automatiquement, il suffit que le programme le prévoit », précise t-il.

« En plus du rendement et du faible entretien de la station, le marquage laser est inaltérable et permet de faire des marques très fines ».  L'entrepreneur ajoute l'absence de bruit qui fait l'inconvénient de la technique par micro-percussion (le marquage est réalisé en creux dans la matière), encore très utilisé dans l'industrie.

Bertrand Dodane et Pascal Germain, codirgeants d'Istech.
Bertrand Dodane (à gauche) et Pascal Germain, codirigeants d'Istech.

Du sur-mesure au standard

Mis au point pour un fabricant de vannes pour le transport de fluides, l'équipement vendu sur catalogue depuis le début de l'année, répond à une stratégie de développement.

« Nous voulions sortir du 100% sur mesure dont le prix de revient élevé peut être un frein pour les acheteurs et pour notre entreprise qui doit amortir des frais d'études importants », explique le gérant.

Pour la mise au point de la machine qui a induit un investissement de 450 000 €, Istech a reçu de nombreux soutiens. 

Welience, la structure de valorisation de la recherche de l'Université de Bourgogne a mis à disposition un chercheur du laboratoire d'optique, en complément du bureau d'études interne qui représente la moitié de l'effectif.

Oseo, ainsi que Bourgogne Innovation - cette association régionale de promotion de l'innovation étant par ailleurs actionnaire de la société - et le crédit impôt recherche ont fourni un apport en numéraire en phase de développement.

Pour développer le marché dans les secteurs très diversifiés qui sont aujourd'hui le fonds de commerce de la PME (l'automobile, l'aéronautique, le nucléaire, l'électronique, l'industrie pharmaceutique), Istech recrute un assistant marketing. « C'était notre talon d'Achille », reconnaît Pascal Germain, directeur commercial et associé.

Le marquage laser représente moins de 20% des parts de marché, parmi de nombreuses solutions utilisées dans l'industrie. Istech croit en son avenir : l'entreprise prévoit un chiffre d'affaires de 1,45 million d'€ cette année, contre 1,25 million l'an dernier.

La fabrication de la caisse conçue par Istech est sous-traitée dans une entreprise de tôlerie.
La fabrication de la caisse conçue par Istech est sous-traitée dans une entreprise de tôlerie.

Le mercredi 19 juin 2013, Istech témoignera lors d'une journée technique sur les lasers à façon pour les applications industrielles, organisée à Dijon par Bourgogne Innovation, Welience et le laboratoire Interdisciplinaire Carnot de Bourgogne. 13h30-18h à l'Université de Bourgogne.

Photos : Traces Ecrites et Istech.

 

Commentez !

Combien font "7 plus 2" ?