Idée d'un intérieur d'une boutique Tartin'Art.
Idée d'un intérieur d'une boutique Tartin'Art.

SNACKING. Jean-Philippe Girard, patron du groupe Eurogerm, numéro un français des formulations d’ingrédients et de concentrés actifs pour améliorer les farines et les procédés de panification, lance une franchise de restauration rapide autour du pain.

Le concept, baptisé Tartin’Art, prend la forme d’une filiale confiée aux bons soins de Damien Troussière, un ancien de la franchise d’origine belge Le Pain Quotidien. À l’exception de deux magasins pilotes, implantés à Dijon et Paris, un réseau de boutiques se développera exclusivement à l’étranger.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

« J’ai l’impression de revivre 1989 et de recréer un autre Eurogerm », indique tout heureux Jean-Philippe Girard.

La joie du P-DG d’Eurogerm, numéro un français des formulations d’ingrédients et de concentrés actifs pour améliorer les farines et les procédés de panification, tient à l’ouverture prochaine de la première boutique Tartin’Art sur Dijon (Côte-d’Or).

Tout comme la seconde, prévue un peu plus tard sur Paris, elles serviront de pilotes à un concept de restauration rapide autour du pain voué à être franchisé.

« En dehors de ces deux implantations nationales, nous conduirons un programme très ambitieux à l'international sur les 5 années qui viennent », explique, sans vouloir en dire plus, le dirigeant qui ne souhaite pas concurrencer sa clientèle française de boulangers.

Car chaque boutique Tartin’Art intègrera un fournil, proposera pains et viennoiseries, mais également de l’épicerie sèche : thé, café, confitures, farine.... Elle offrira aussi un large choix de tartines sucrées ou salées comme de sandwichs.

« Nous pourrons évoluer suivant l’accueil des consommateurs dans chaque pays vers une formule de restauration plus évoluée », précise Damien Troussière, responsable du projet et ancien responsable aux États-Unis de la franchise d’origine belge Le Pain Quotidien.

Fournil d'application chez Eurogerm.
Fournil d'application chez Eurogerm.

Forte hausse du résultat d’exploitation

Créée sous la forme d’une filiale, Tartin’Art offrira un relais de croissance à Eurogerm qui, pour l’instant, n’en manque pas.

L’entreprise (59,9 millions d’€ de chiffre d’affaires, en hausse de 7,9%), cotée à la bourse de Paris, vient de publier d’excellents résultats 2012.

Pour la première fois, les ventes à l’étranger de ses huit filiales dépassent la moitié de l’activité à 52,4% : 31,4 millions d’€, contre 28,5 millions pour les ventes françaises.

Le résultat d’exploitation bondit de 11,2% à 5,4 millions d’€, en raison d’une bonne maîtrise des coûts d’exploitation et de l’évolution favorable du prix des matières premières.

Après la prise en compte d’un impôt de 1,9 million, le résultat net part du groupe demeure quasi stable à 2,6 millions, contre 2,7 millions en 2011.

Eurogerm investit près de 2,8 millions d'€ pour développer son outil de production.
Eurogerm investit près de 2,8 millions d'€ pour développer son outil de production.

Eurogerm continue par ailleurs d’investir dans ses sites de production. Elle vient de racheter un bâtiment à Quétigny, près de Dijon, pour y développer des ingrédients spécifiques.

L’investissement global en intégrant les équipements devrait friser les 2,8 millions d’€.

Crédit photos : Eurogerm

3 commentaire(s) pour cet article
  1. Jean Philippe GIRARDdit :

    Merci pour vos commentaires très élogieux. C'est vrai que je suis entouré d'une équipe formidable. Mais attention !!! Nous sommes entrés de plain pied dans une nouvelle forme de "guerre" ... une "guerre économique" où chaque partie du monde veut sa croissance ! Mobilisons nous dans cette période si difficile pour tous. Exigeons de nos élus un effort identique à celui qu'ils nous imposent. il ne peut y avoir deux catégories de Français ! Ceux qui travaillent et créent la richesse et ceux qui profitent et dépensent sans compter. J'ai alerté notre président sur la fatigue morale et physique de nos dirigeants français, de nos cadres et de l'ensemble de nos collaborateurs. Serai-je écouté ?

  2. DANYdit :

    Bravo et merci pour notre économie !

  3. CATETGUILZdit :

    Je salue un entrepreneur talentueux qui a su s'entourer de personnes de valeurs et qui loin de s'expatrier ou de se morfondre dans notre beau pays, se plait à rêver à faire avancer des idées et une vision d'un développement moderne avec une audace certaine. Nous devons continuer à croire en ces vrais guerriers de l'économie française ! Encourageons ces initiatives !

Commentez !

Combien font "6 plus 4" ?