L’entreprise nogentaise de la vallée de Traire, première forge française travaillant uniquement pour l’automobile, entend bien s’adapter à la montée en puissance des véhicules électriques qui n’utilisent pas de vilebrequin et plus globalement six fois moins de pièces mécaniques. Un défi à la portée de la famille Deguy, mais pas forcément à relever seule.

Pas facile d’être numéro un dans son domaine lorsque des mutations technologiques vont bouleverser progressivement le marché où l’on évolue. C’est le cas des Forges de Courcelles, implantées à Nogent (Haute-Marne), premier forgeron français pour l’automobile, leader......
Cet article est réservé aux abonnés
icone journal
Accédez à tous nos contenus
en illimité à partir de 7,50 € HT/mois
icone mains
Soutenez un journalisme indépendant
icone ordinateurs check
Accédez à une information vérifiée, documentée et utile à votre business

Commentez !

Combien font "8 plus 6" ?