En cette veille de Pâques, l’activité bat son plein à la chocolaterie Abtey. Les chocolats à la liqueur, sa spécialité, ne représentent 2 % du marché mais boostent la croissance de la PME que dirige Anne-Catherine Wagner. La petite-fille des fondateurs réfléchit aux enjeux d’automatisation comme de robotisation et embauche.

Nouveau bâtiment dédié au stockage, augmentation de capacités : les temps sont à l’expansion pour la chocolaterie Abtey. Le fabricant familial de Heimsbrunn près de Mulhouse (Haut-Rhin) aura investi 4,6 millions d’€ en cinq ans dans ces projets – et d’autres comme un nouveau circuit d’eau chauffé par la récupération d’énergie –, dans le but de cultiver son indépendance au milieu d’une concurrence principalement constituée de groupes. Dans le même intervalle de temps, le chiffre d’affaires a progressé de 37 % pour atteindre 17 millions d’€ l’an dernier.
L’effort d’investissement conforte notamment la spécialité d’Abtey dans les chocolats à la liqueur, la « vraie », serait tentée d’ajouter la présidente Anne-Catherine Wagner, car « sans croûte de sucre, ce qui conserve tout le goût de l’alcool et du chocolat ». « Ce produit, c’est typiquement une niche à exploiter pour une PME de 110 salariés comme la nôtre : il représente 2 % du marché, une quantité négligeable pour les géants mondiaux, mais synonyme d’un volume important pour une entreprise de notre échelle », détaille la dirigeante, petite-fille des fondateurs Henry et Amélie Abtey en 1946 à Mulhouse même. 


 

BPALC


Anne-Catherine Wagner n’identifie que « quatre ou cinq » fabricants positionnés sur cette spécialité dans le monde, tous au profil de PME. L’alcool est constitué d’eaux de vie alsaciennes, ou encore de Calvados, Cognac, Cointreau et autres emblèmes du bon-vivre à la française.
De tels « associés » constituent un excellent argument de vente à l’export : le Japon et la Chine en sont notamment adeptes, de mêmes que la Belgique et le Canada. Ces quatre pays forment l’essentiel des débouchés à l’export qui représente 25 % du chiffre d’affaires d’Abtey dans 42 pays. L’étranger donne l’opportunité d’une présence dans les épiceries fines, les grands magasins et dans le duty-free, par contraste avec la France où les chocolats Abtey se trouvent principalement dans les rayons de la grande distribution, avec des compléments de ventes en ligne et dans la boutique attenante à l’usine.


18 embauches supplémentaires cette année

abteyatelier
La chocolaterie Abtey a réalisé 22 embauches en CDI ces deux dernières années et en planifie 18 supplémentaires cette année. © Panoramaweb

La gamme liqueur procure une moitié du chiffre d’affaires qui est réalisée pour Noël. L’autre moitié bat son plein d’activité en ce moment : les moulages pour le temps de Pâques, en forme de licornes. « Nous nous en tenons à ces deux collections par an, que nous renouvelons chaque fois à hauteur de 20 %, avec par exemple dans les liqueurs une nouvelle version au gin tonic. Mais cette organisation nous donne de quoi occuper pleinement les journées toute l’année ! », décrit Anne-Catherine Wagner. 
Au plus fort de l’activité, une centaine de saisonniers vient renforcer l’effectif permanent, qui a également suivi une route ascendante, et pas de faible pente : « nous avons réalisé 22 embauches en CDI ces deux dernières années et en planifions 18 supplémentaires cette année », annonce la dirigeante.
Quant à la modernisation des équipements, elle ne va pas s’arrêter. Elle doit faire entrer la vénérable chocolaterie dans l’ère de « l’industrie du futur ». La PME en a réalisé le diagnostic préalable qui est accompagné par le conseil régional du Grand Est. « Nous allons voir à présent quelle forme concrète donner aux enjeux d’automatisation et robotisation qui nous attendent », ponctue la présidente.


negociants

Qui est Anne-Catherine Wagner ?

wagner
© Mathieu Noyer.
Anne-Catherine Wagner, 47 ans pour l’état civil, et presqu’autant chez Abtey. La présidente de la chocolaterie de Heimsbrunn est certes entrée officiellement en 1992 mais, depuis son plus jeune âge, son histoire personnelle est liée à l’entreprise fondée par ses grands parents, Henry et Amélie Abtey, au sortir de la dernière guerre.
Une fois intégrée après ses études de commerce, elle a fait le tour des services et créé celui du marketing. Un parcours taillé sur mesure pour reprendre l’affaire ?
« Ce n’était pas mon intention. Mais lorsque ma maman a pris sa retraite, en 2010, les employés m’ont dit : vas-y, on croit en toi et on sera là pour t’épauler. Et je constate qu’ils ont tenu promesse ! »

Commentez !

Combien font "6 plus 5" ?