INSTRUMENTATION. Ses bâtiments rappellent le passé textile de Soultz (Haut-Rhin), mais son intérieur la propulse vers les plates-formes pétrolières et chimiques du monde entier.

Comptant parmi les quelques spécialistes mondiaux des positionneurs, appareils vitaux pour le bon fonctionnement des vannes à usage industriel, Eckardt fournira prochainement des positionneurs pour la plus grande unité de liquéfaction du gaz dans le Golfe persique.

Positionnez votre curseur sur les photos pour lire les légendes et cliquez dessus pour les agrandir.

L’entreprise de 140 salariés (18 millions d’€ de chiffre d'affaires dont 96 % à l’export) s’est installée en 1981 dans une ancienne usine de machines-outils textiles à Soultz (Haut-Rhin) tout juste un an après sa constitution par sa maison-mère allemande désireuse de pénétrer le marché français après plus d’un siècle d’une saga entamée dans… les boîtes à musique, puis poursuivie dans les appareils de mesure et de régulation.

Assez vite, la filiale française d'Eckardt a focalisé la plus grosse partie de sa production sur les positionneurs pneumatiques.

«Nous avons commencé avec la version passive, solution traditionnelle qui reste très appréciée, notamment pour sa robustesse. Elle peut fonctionner 25 ans sans maintenance particulière. C’est un peu la Mercedès du positionneur», décrit Gilles Annenkoff, responsable produit.

«Puis nous avons ajouté dans les années 1990 le positionneur intelligent, celui qui intègre de l’électronique», précise t-il.

Reliés à un riche système de communication de données, ces appareils permettent le contrôle des vannes de sécurité.

Ses dernières déclinaisons les plus élaborées optimisent le test a priori de leur fiabilité : on imagine bien que, lorsqu’il s’agit d’une vanne d’une plate-forme pétrolière, d’usines chimiques ou d’installations de gaz, mieux vaut être prévenant…

Le système mis au point par Eckardt à Soultz paramètre la pression nécessaire à l’ouverture/fermeture d’une vanne, le temps requis pour obtenir une position donnée et la mesure de cette position (ouverture à tant et tant de pour-cents en tant et tant de secondes).

«Nous offrons toutes les variantes du PST, le Partial Stroke Test - test de course partielle - qui est vital dans le domaine des vannes de sécurité», souligne Gilles Annenkoff.

Concurrence de gros calibre

«Ce test complet permet de s’assurer qu’une vanne d'ouverture ou de fermeture fonctionnera  bien au moment où elle devra mettre en sécurité, en cas d'urgence, une installation dite critique.

Cette fonctionnalité augmente la fiabilité et la disponibilité d'un process. C’est également l’un des atouts technologiques qui nous distingue de la concurrence», ajoute t-il.

Cette concurrence est de gros calibre. Elle comprend des groupes mondiaux comme ABB, Siemens ou Emerson.

Au fil des évolutions de l’actionnariat d’Eckardt, l’entreprise de Soultz a elle aussi rejoint un poids-lourd, le britannique Invensys, au sein de son pôle instrumentation qui comprend également une usine aux Etats-Unis et l’usine historique d’Eckardt près de Stuttgart.

L'intégration à Invensys lui ouvre les portes de gros contrats - prochainement des positionneurs pour la plus grande unité de liquéfaction du gaz dans le Golfe persique -, tout en lui maintenant son autonomie de développement.

Pour conforter le futur, le site est engagé dans un programme d’investissement de près d’1 million d’€ sur la période 2011-13, aidé par la Région Alsace, et qui le dotera notamment d’un nouveau centre d’usinage.

Sa palette de produits, outre les positionneurs, comprend des régulateurs, des enregistreurs, des débitmètres, transmetteurs de température…

«Nous évoluons dans la micro-mécanique, avec des précisions au micron près», souligne Gilles Annenkoff.

Photos : Christian Robischon

1 commentaire(s) pour cet article
  1. Richard BOEGLINdit :

    Merci pour cet article très intéressant, Christian.

Commentez !

Combien font "4 plus 2" ?