A Strasbourg, Eifhytec se présente comme un acteur innovant dans les technologies de l’hydrogène. L’entreprise a trouvé une alternative aux compresseurs mécaniques des stations-services avec des compresseurs thermiques moins couteux à fabriquer. Les prototypes sont prêts à passer en phase de démonstration auprès des futurs utilisateurs.


Créée en janvier 2019 à Strasbourg, la start-up est un spin-off de l’Eifer (European Institute for Energy Research) basé à Karlsruhe en Allemagne. Depuis Strasbourg, Eifhytec travaille sur l’hydrogène, pour démocratiser cette énergie pour les véhicules automobile. « Aujourd’hui, le principal obstacle au développement des véhicules à hydrogène, reste que les stations-service utilisent un compresseur mécanique », explique David Colomar, le fondateur et dirigeant de la société. Afin de comprimer l’hydrogène pour qu’il prenne le moins de place possible, les stations-service utilisent en effet un compresseur qui fonctionne en actionnant des pièces mobiles (pistons).

 

polevehiculedufuturtexte


« Ce système est cher à fabriquer et induit des problèmes d’usure, de fuites et des nuisances sonores », poursuit le dirigeant. 
Sa start-up a trouvé une alternative en développant des compresseurs thermiques. Les premiers prototypes ont été créés en 2018, les seconds sont attendus pour septembre, avec un retard sur le calendrier dû à la crise sanitaire.
D’ici la fin de l’année, Eifhytec souhaite passer au stade de la démonstration de sa technologie. La jeune entreprise travaille déjà avec des partenaires distributeurs de carburant, exploitants de flottes de véhicules ou de chariots élévateurs, ainsi que des producteurs d’énergie. Elle reste ouverte à de nouveaux partenariats avec des industriels qui voudraient se diversifier dans l’hydrogène.

Ensuite, la technologie passera à la phase d’industrialisation. La première ligne de production sera installée en 2021. David Colomar a déjà des pistes en Alsace du Nord. « Nous cherchons aussi des sous-traitants locaux. 80% de notre chaîne de valeur-ajoutée sera française et 100% européenne. Tous les matériaux que nous utilisons sont disponibles en Europe », annonce-t-il.


Jusqu’à 250 emplois d’ici 10 ans

eifhytecdirigeant
David Colomar : « Pour produire nos compresseurs, nous installerons une ligne de production en 2021 et cherchons aussi aussi des sous-traitants locaux. » © Eifhytec

La commercialisation des compresseurs thermiques est prévue d’ici à 2022-2023. A cette période, l’effectif de 6 salariés passerait à 20, et en 2030, avec une hausse de la production, à pas moins de 250. Dans un premier temps, Eifhytec vise le marché européen, puis l’Amérique et l’Asie à partir de 2025. « Il faut supporter les coûts d’accès à ces marchés lointains. La réglementation unique européenne, c’est un gros avantage pour nous car cela nous donne accès à 27 pays d’un coup », rappelle le dirigeant.
L’ambition d’Eifhytec ne s’arrête pas à la production de compresseurs, mais s’étend à l’ensemble des technologies liées à l’hydrogène. « Nous voulons réellement contribuer à la transition énergétique et à la réindustrialisation de notre pays », affirme-t-il.


bannierecommunebp

L’hydrogène dans le Grand Est


Dans la Grand Est, le conseil régional encourage les collectivités territoriales à acheter des véhicules et a dressé un plan d’installation de stations-service. Un appel à projets jusqu’au 31 décembre 2020, fixe le cadre pour pouvoir bénéficier de l’aide de la région Grand Est.
Le Pôle Véhicule du Futur appuie cette politique en fédérant des industriels, avec le projet DINAMHySE. Son ambition est d’impulser une filière industrielle hydrogène, sur toute la chaîne de valeur, de la production aux usages : mobilités, bâtiments, stockage.
Le Club Hydrogène Grand Est apporte à ses adhérents une veille technologique et une mise en relation avec les acteurs qualifiés.
Parmi les premiers projets d'ampleur, Strasbourg annonce pour 2021 la première unité au monde de production d'hydrogène à partir de biomasse, avec le distributeur de gaz local R-ENR (ex Gaz de Strasbourg) et la PME marnaise Haffner Energy basée à Vitry-le-François, qui a développé une technologie à base de plaquettes forestières et de déchets de bois.
Dimensionnée pour produire à terme 216 tonnes/an, elle commencera à produire environ 110 tonnes annuelles. La première application pressentie est l'alimentation d'une trentaine de bus urbains à Strasbourg.

Commentez !

Combien font "5 plus 1" ?