BÂTIMENT. S’appliquer à soi-même ce qu’on prône pour les autres : Deganis a procédé de la sorte avec le BBC (bâtiment basse consommation).

L’entreprise mulhousienne de BTP a commencé par se construire un siège répondant à ces normes. Depuis, les clients suivent.

Voilà trente ans que Guy Haas roule sa bosse dans le monde alsacien du BTP. Le virage de la création d’entreprise, il l’a pris il y a dix ans, en donnant naissance à Deganis. Quelques années plus tard, il a « flairé » que le concept alors émergent sous les trois lettres BBC, pour bâtiment basse consommation, pourrait être promis à un certain avenir.

«Deganis a d’emblée cherché à être davantage qu’un exécutant. En somme, nous étions – et restons ! - des rebelles à la pensée unique qui sévit aussi dans nos métiers, mais des rebelles raisonnés ! Quand le BBC a commencé à pointer son nez, nous nous sommes dits que pour le tester, le mieux était de se l’appliquer à nous-mêmes», relate le dirigeant.

L’entreprise s’est donc construit son siège selon ces préceptes-là, en 2009, lorsqu’elle a déménagé de l’ouest à vers l’est de l’agglomération mulhousienne, passant du Parc des Collines (Mulhouse) à Sausheim (Haut-Rhin).

Son nouveau bâtiment cumule les caractéristiques de la haute performance énergétique : orientation Sud, VMC double flux, pompe à chaleur, panneaux photovoltaïques, planchers chauffants, brise-soleil, isolations généreuses.

Rien que du classique, mais Guy Haas assume : «Quand nous avons évoqué le concept, l’assureur nous a posé cinquante questions. On s’est dit qu’il fallait jouer la sécurité en misant sur les produits qui possèdent leur avis technique».

Création d'Énéode

À partir de cette vitrine, les commandes « BBC » de clients ont elles aussi fini par pousser. Elles se recrutent très majoritairement grâce aux marchés publics, «mais nous sentons une marque d’intérêt croissante pour le logement privé», souligne le constructeur.

Si l’habitat représente aujourd’hui 10 % de l’activité et se concentre dans la rénovation, Deganis ambitionne de faire grimper sa part à 30 %, en y ajoutant de la construction neuve. Au total, l’entreprise générale réalise un chiffre d’affaires de 5 millions d’€ avec 35 salariés.

Le client particulier nécessite selon Deganis une approche différente. Ce postulat a conduit la PME à constituer une société spécifique, juridiquement autonome, pour le conseil en rénovations individuelles BBC : Énéode, c’est son nom, a vu le jour au printemps 2010.

Ces cinq salariés ont été recrutés à l’extérieur, apportant une « culture neuve », nourrie de leur profil de commerciaux, d’ingénieurs « à fibre développement durable » et de projeteurs. Le conseil une fois dispensé, Énéode fait travailler toute une série d’entreprises locales. Deganis bien sûr, mais bien d’autres également.

Le modèle économique diffère aussi de la construction classique.  Énéode se rapproche d’une start-up dont il faut gonfler les fonds propres pour tenir les premières années.

Son capital se monte à 100.000 euros, trois fois plus que Deganis. Proche d’un million d’€, le chiffre d’affaires de cette année restera inférieur au point d’équilibre.  Mais Guy Haas en est persuadé, la qualité des prestations ne manquera pas de payer très bientôt.

Crédit Photo : Christian Robischon et Maxime Barthe

Commentez !

Combien font "10 plus 10" ?