Création. La cinquantaine passée, Daniel Occelly trouve qu’un petit chez soi vaut vraiment mieux qu’un grand chez les autres.

«J’avais depuis quelque temps l’envie de m’installer à mon compte pour développer mes propres idées», explique t-il.

L’opportunité se présente fin 2008 lorsque son employeur – un grand groupe – le licencie. Depuis cette date, il peaufine son projet d’entreprise et vient de créer DEC+, au capital de 125 000 euros, avec deux associés.

L’entreprise s’installera début avril dans l’ancien site Ceric de Montchanin (Saône-et-Loire). Vaste de 6 000 m2 et doté de 12 ponts de cinq tonnes et de deux de 6,3 tonnes, il semble idéal à l’activité industrielle envisagée.

Car Daniel Occelly reste dans son savoir-faire : la découpe et l’usinage de tôles, tout spécialement lorsqu’elles présentent de grandes dimensions (15 mètres de long jusqu’à 3,2 mètres de large) et une forte épaisseur (de 8 à 150 mm).

Pour séduire de grands donneurs d’ordres, présents sur le territoire de la communauté urbaine Le Creusot-Montceau (CUCM) comme Industeel (Arcelor-Mittal), Thermodyn (groupe GE), Siag, Alstom Transport, Hydro 3m et, ailleurs, l’entreprise dijonnaise Céole, le dirigeant va s’équiper d’une machine révolutionnaire.

Outre sa capacité en découpe, elle pourra marquer, tracer, percer, tarauder, chamfreiner, voire aussi granailler…, bref un petit bijou de 500 000 euros.

Création d’une dizaine d’emplois

«Cette machine est unique dans sa conception et la seconde du genre qui fonctionnera en France, le seul exemplaire se trouvant actuellement dans le groupe Eiffel», indique, non sans fierté, le dirigeant.

Pour assurer une visibilité financière, l’investissement global frise le million d’euros, achat du bâtiment et fonds de roulement inclus. DEC+ prévoit de créer à terme une dizaine d’emplois, en reprenant notamment d’anciens salariés de Ceric.

Les profils demandés concernent les métiers de la chaudronnerie, de la découpe, de l’usinage et du dessin industriel. Le choix de la communauté urbaine s’est imposé naturellement au créateur.

«Il me fallait être proche d’une forge et dans un bassin d’emploi qui travaille les métaux pour pouvoir m’appuyer sur une main d’œuvre formée», souligne Daniel Occelly.

L’accompagnement des agences Creusot Montceau Développement et Bourgogne Développement a été aussi déterminant. La première a mis l’entreprise en contact avec Michelin qui devrait pouvoir l’épauler financièrement. La seconde l’a fait rencontrer le fabricant de mâts éoliens Céole, membre actif du cluster Wind 4 Futur.

Et, comme un coup de pouce n’arrive jamais seul, le réseau Bourgogne Entreprendre devrait lui accorder son écot, sous la forme d’un prêt d’honneur.

Retrouver cet article également publié dans Ecosphère, le magazine économique de la Communauté Urbaine Cresuot-Montceau : www.cmd-bourgogne.fr/

Crédit photo: DR

1 commentaire(s) pour cet article
  1. lambert raphaeldit :

    Bonjour M.Occelly , Je vous souhaite bon vent (il en faut pour l'éolien) pour DEC+, dommage que cela ne s'est pas fait dans les Vosges. Cordialement. Raphaël.

Commentez !

Combien font "4 plus 3" ?