De l’Alsace au Jura, en passant par la Bourgogne, la Champagne et le Beaujolais, les vendanges sont cette année plus tardives. Et moins généreuses. Gel de printemps, canicule de juin et juillet, déficit de pluie entraînant du stress hydrique, et grêle expliquent une récolte modeste surtout en comparaison avec 2018 qui avait battu des records de volumes. Mais les professionnels sont optimistes sur la qualité du millésime.

  • L’Alsace sous le seuil du million d’hectolitres Le vignoble d’Alsace où la vendange est en cours depuis le 4 septembre pour les crémants et, démarrera jeudi 12 pour les vins tranquilles pour s’étaler jusqu’au début d’octobre pour les Riesling et les vendanges......
Cet article est réservé aux abonnés
icone journal
Accédez à tous nos contenus
en illimité à partir de 7,50 € HT/mois
icone mains
Soutenez un journalisme indépendant
icone ordinateurs check
Accédez à une information vérifiée, documentée et utile à votre business

Commentez !

Combien font "3 plus 5" ?