Relance. Dangel reprend sa marche en avant. La PME de Sentheim (Haut-Rhin), qui transforme en versions 4 roues motrices des véhicules standard jusqu’à 3,5 tonnes, paraît repartie sur des bases proches de l’avant-crise.

Sur les 5 premiers mois de l’exercice 2010-2011, débuté le 1er novembre dernier, l’entreprise a engrangé 1 100 commandes, ce qui laisse augurer d’une performance supérieure à l’exercice précédent.

Il s'était conclu à 2.250 commandes pour un peu plus de 2.000 productions effectives et un chiffre d’affaires de 13 millions d’euros. «Nous espérons revenir à 15 millions d'€», indique Virginie Lamb, directrice générale déléguée.

Un tel seuil avait été atteint, voire dépassé, dans les années qui ont précédé la dernière crise.

Celle-ci a touché Dangel de plein fouet : dans le sillage de l’effondrement du marché du véhicule utilitaire, l’activité 2008/09 était tombée à 1300 véhicules et moins de 10 millions de chiffre d’affaires. L’entreprise avait pu s’épargner un redressement pour s’engager à l’automne 2009 dans la procédure plus «soft» de sauvegarde dont elle sortie en décembre dernier, indemne et avec un bénéfice retrouvé.

Comptant parmi les rares indépendants de l’industrie automobile -de ce point de vue, elle rappelle la franc-comtoise FAM-, l’entreprise met toute son énergie à rechercher de nouveaux marchés.

L’export se monte désormais à 60 % du chiffre d’affaires, avec de beaux succès dans les Pays de l’Est, en Espagne et en Norvège où la Poste nationale lui a demandé d’adapter des Peugeot Partner en 4x4, capables de rouler sur des routes enneigées, parfois damées comme des pistes de ski.

Des embauches à dose contenue

La diversification concerne aussi les produits : les ateliers de Sentheim confectionnent depuis l’an dernier des vélos tricycles à assistance électrique. Ce qui permet à l’entreprise de monter dans le «wagon» des mobilités «écologiques », catégorie dans laquelle ne se range pas vraiment le 4x4…

La sortie de crise permet de rouvrir à dose contenue le robinet des embauches (3 en début d’année), si bien que les effectifs se situent à 85 CDI et 6 CDD. L’entreprise pratique aussi l’alternance, actuellement pour des postes hors production. Son service commercial compte 2 apprentis.

Située au début de la vallée de la Doller qui a vu péricliter nombre de fleurons textiles et mécaniques, elle en demeure l’un des quelques piliers industriels. Un rôle qu’elle cultive volontiers par l’ouverture de stages aux jeunes, «au moins pour leur mettre le pied à l’étrier», indique Virginie Lamb.

Dans le même esprit, Dangel a participé à la Semaine de l’industrie d’avril dernier en accueillant pendant 2 jours 2 élèves de 3ème du collège voisin de Burnhaupt-le-Haut. Raphaël Mack et Coraline Fricker ont fait le tour des services en un calendrier express qui leur a laissé le temps de quelques impressions à chaud.

«J’ai découvert des services que je ne pensais pas installés ici, comme le contrôle des véhicules», indique le garçon. La jeune fille a été impressionnée par l’organisation de la logistique : «C’est particulièrement bien rangé, chaque chose est à sa place».

Crédit photo: Christian Robischon:

Commentez !

Combien font "7 plus 7" ?