Un retard de deux mois, moins de rendement, les chantiers de travaux publics ont eux aussi été affectés par la crise du Covid-19. Mais la profession ne s'en sort pas si mal. Les intentions gouvernementales lui sont plutôt favorables. Cependant, en prévision de deux nouvelles années électorales – pendant lesquelles les projets stagnent –, les représentants de la profession maintiennent la pression pour éviter un trou d’air cet automne.


Les intentions gouvernementales sont plutôt favorables à la profession des travaux publics qui, après un bras de fer sur les mesures barrière avec le gouvernement au début du confinement, avaient toutes repris le travail début mai. En prévision du plan de relance que prépare le gouvernement pour la rentrée, la fédération nationale des travaux publics, relayée par les fédérations régionales, dresse une liste de propositions pour rebooster l’activité des entreprises.
Avec un argument fort au moment on l’on parle de relocalisation de certaines activités économiques. « Nos emplois sont non délocalisables, et au plus près des territoires », rappelle Vincent Martin, président de la FRTP Bourgogne-Franche-Comté.



bpbfcvirus

 

Adopté le 23 juillet par le Sénat et l’Assemblée nationale, le projet de loi de finances rectificative pour 2020 prend une bonne direction pour la filière des travaux publics en donnant aux collectivités territoriales les moyens de surmonter l’impact financier de la pandémie de Covid-19. A titre d’exemple,  la dotation de soutien à l’investissement local (DSIL) est augmentée d'un milliard d’€. Ces subventions sont affectées à des projets d’aménagement réalisés par les communes et/ou communautés de communes ou d’agglomération. Les règles d’attribution qui ne sont pas encore arbitrées pourront déclencher des projets mûrs, qui n’étaient pas encore financés.

La profession compte aussi sur un renfort du budget de l’Afift, l’Agence de financement des infrastructures de transport de France, établissement public qui, en Bourgogne-Franche-Comté, pourrait accélérer quelques gros chantiers comme la mise à deux fois deux voies de la RCEA en Saône-et-Loire, ou encore la ligne ferroviaire Epinal-Lure entre Haute-Saône et Vosges. Vincent Martin cite aussi l’affectation par les agences de l’eau de crédits à des travaux d’assainissement et le coup de pouce donné aux projets locaux par le plan national Très haut débit.


La branche Est du TGV Rhin-Rhône ressort des cartons

 
rcea

besancon
Deux importants chantiers en cours en Bourgogne-Franche-Comté : la RCEA (photo du haut l'échangeur de Charolles) ; les travaux de l'aire de repos, en cours à proximité, ont repris le 27 avril 2020. En bas, le contournement de Besançon a repris à la même date avec la poursuite de la construction du nouvel échangeur de Devecey. © Traces Ecrites


Le fil conducteur « vert » du plan de relance du gouvernement – 30 milliards d’€ qui seront consacrés aux investissements dans la transition écologique –, sied à la profession qui revendique des pratiques environnementales depuis longtemps, comme le recyclage des gravats dans les sous-couches des chaussées neuves. Les cinq propositions qu’elle fait à plus long terme, sur 10 ans, au niveau régional, répondent à cette aspiration, estime t-elle.



nouveau reseauconcept

 

Et de citer ces propositions : des infrastructures de mobilité pas seulement pour la voiture (pistes cyclables, voies vertes), des réseaux de chaleur, des travaux pour préserver la ressource en eau (notamment de colmatage des fuites des réseaux d’eau potable), des aménagements urbains plus respirables et un projet ressorti des cartons, la branche est du TGV Rhin-Rhône.
Prévue au moment de la construction de la ligne Dijon-Mulhouse, celle-ci n’a jamais été réalisée, faute de financements et de l’avis de certains, de rentabilité. Il s’agit de deux tronçons, d’une trentaine de kilomètres au total, de ligne à grande ville, à l’ouest de Dijon et à l’est de Mulhouse. « Certes le projet coûte très cher, mais sa rentabilité se mesure sur une longue distance, Dijon-Strasbourg ; ce sera une décision politique qui pourra relancer le projet », estime Vincent Martin.

Des commandes attendues avant un nouveau cycle électoral


martin
Vincent Martin, président de la FRTP Bourgogne-Franche-Comté : « Nous n’avons pas voulu que le surcoût des mesures Covid soit un discours syndical. » © Traces Ecrites

Les chantiers arrêtés par le confinement ont pris deux mois de retard. Un handicap que les entreprises des travaux publics essaient d’atténuer par une organisation souple. Vincent Martin cite le travail autorisé les jours fériés, ou encore l’acceptation d’une perte de productivité, estimée entre 5 et 10%, à cause des mesures barrières qui demandent de multiplier les petites équipes. « Les entreprises absorbent les surcoûts Covid-19, chacune négociant avec son donneur d’ordre, nous n’avons pas voulu que le sujet soit un discours syndical. »

C’est la reprise des chantiers qui devrait permettre d’amortir les surcoûts, estime la profession et selon elle, il y a urgence car deux nouvelles années électorales se profilent (les départementales et les régionales en 2021 et la présidentielle en 2022). La longue mise en route des nouvelles équipes municipales en raison du déroulement du second tour trois mois après le premier, débouche seulement maintenant sur une reprise des appels d’offres.

Pour accélérer le mouvement, les administrateurs de la fédération régionale des travaux publics de Bourgogne-Franche-Comté vont prendre leur bâton de pèlerin. Le 25 août, la FRTP participera à la conférence de presse de la présidente du conseil régional, Marie-Guite Dufay, sur le plan de relance régional ; le 9 septembre, ils poursuivront leur tournée des départements dans le Doubs, puis des communautés d’agglomération le 13 octobre à la Communauté urbaine Creusot-Montceau. « Il nous font maintenir la pression pour avoir des commandes fin 2020, début 2021 », insiste le représentant des entreprises des travaux publics.    

Tout savoir sur l'industrie extractive des matériaux en Côte-d'Or en cliquant sur le logo

invest

Commentez !

Combien font "8 plus 5" ?