Le financement de 41,5 millions d’€ souscrit en ce début d’année indexé sur des critères environnementaux et sociaux par Moustaches Bikes et son actionnaire LBO France vise à accompagner la très forte croissance de la PME des Vosges. Fondé en 2012, le fabricant de vélos à assistance électrique prévoit de doubler de taille d’ici trois ans.


ARTICLE PUBLIÉ LE 23 MARS 2021. L’enveloppe mise sur la table en vue de soutenir la croissance de Moustache Bikes à Capavenir-Vosges (Vosges) atteint 41,5 millions d’€. Aussi spectaculaire soit-elle, la dette souscrite en ce début d’année par le fabricant de vélos à assistance électrique et son actionnaire LBO France est à la hauteur des enjeux du marché.
Depuis sa création en 2012, la PME de 140 salariés connaît un développement soutenu, avec une activité en progression annuelle de 70% pendant les sept premières années, ont l’habitude de rappeler ses cofondateurs Grégory Sand et Emmanuel Antonot. A la sortie du premier confinement, cette croissance a connu un coup d’accélérateur, avec les nombreuses incitations publiques en faveur des mobilités douces.

 

bpest


L’an passé, Moustache Bikes a vendu 50.000 vélos, dont 40% à l’export, et porté son chiffre d’affaires de 60 à 100 millions d’€. Les deux dirigeants s’attendaient à ce que le soufflé retombe un peu. Il n’en est rien. Grégory Sand évoque une tendance de fond qui devrait conduire la jeune entreprise vosgienne à doubler de taille dans les trois années à venir. Dans ce contexte, « le cash disponible apparaît comme un sujet crucial », explique le dirigeant de 40 ans.

« Les achats de composants (cadres, dérailleurs, freins, moteurs électriques, batteries etc.) pèsent encore plus lourd dans un schéma de croissance économique forte. Et la rentabilité de la société ne suffit pas à passer d’une année à l’autre. » L’accroissement de la demande mondiale oblige l’entreprise à anticiper de quasiment un an l’achat de certains produits auprès de ses fournisseurs.

La pépite vosgienne situe ses besoins sur trois principaux plans : des embauches, une évolution de l’outil de production, enfin une augmentation des capacités par l’acquisition de 2 hectares à proximité de son site actuel, en vue d’étendre ses locaux.


Un emprunt indexé sur des critères environnementaux et sociaux

 

moustacjhebikequatre
Mooustache Bikes a indexé son emprunt sur des facteurs de recrutement et de formation de ses 140 salariés, effctif appelé à s'étoffer rapidement.


LBO France, la société de capital investissement qui détient 60% des parts de Moustache Bikes a organisé le financement de ces besoins au travers d’une dette additionnelle de 41,5 millions d’€. Particularité, cet emprunt est indexé sur des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).
Louis de Lummen, directeur d’investissement chez LBO France présente ce type de dette de plus en plus commune en Europe, « comme une nouvelle forme de financement qui associe des critères ESG aux critères traditionnellement employés dans le calcul d’une marge d’intérêt (qualité des actifs, perspectives de la société, etc.). Ce type de dette né il y a quelques années va probablement se généraliser. »


Moustache Bikes s’est engagée à recruter plusieurs dizaines de salariés par an et à mener des actions de formation tous les deux ans auprès de leurs personnels. Une partie des embauches accompagne l’internalisation de certaines fabrications, comme l’assemblage des roues effective depuis quelques mois.
« Si Moustache Bikes remplit ces critères ESG, la baisse d’intérêt sur la dette pourrait avoisiner 0,10%, ce qui sans être significatif, demeure incitatif », décrit le directeur d’investissement chez LBO France. La dette a été souscrite auprès de fonds spécialisés d’Eiffel, Amundi, Scor et Schelcher et les banques historiques de l’entreprise : Palatine, Banque Populaire, Crédit Lyonnais, CIC et Crédit Agricole.


B 4.0

 

moustacheveloEn photo ci-contre, le modèle urbain iconique de la marque, le Lundi 27

Le montant souscrit et la confiance accordée à LBO France pour le montage de cette opération ne donne pas particulièrement de sueurs froides aux deux dirigeants. « A un moment donné de notre croissance, nous ne pouvions pas aller plus loin avec le seul soutien des établissements bancaires. Nous avons également réalisé que Moustache Bikes était totalement dépendant de nous. C’est pourquoi nous avons étudié l’opportunité d’introduire un troisième pilier. Le choix d’un partenaire financier s’est révélé être le bon par comparaison à un acteur industriel. LBO France nous incite à être vigilants sur la partie financière, mais nous laisse les mains libres sur la partie opérationnelle », livre Grégory Sand.

Avec la précédente entreprise d’investissement Initiative & Finance, Moustache Bikes avait atteint ses objectifs en trois ans au lieu des cinq ans initialement prévus. Le choix de LBO France il y a deux ans répondait au besoin d’un fonds de plus grande envergure, capable de traiter des problématiques à plus grande échelle, comme des enjeux de développement international, marketing et industriel.

mbdirigeants
Emmanuel Antonot (à gauche) et Grégory Sand, les fondateurs de Moustache Bikes en 2012.

Photos fournies par l'entreprise.

Commentez !

Combien font "1 plus 7" ?