La réhabilitation de la friche sidérurgique de Talange-Hagondange (Moselle) offre au groupe alsacien de BTP Beck, l’opportunité de se développer dans les métiers de l’environnement. Il s’associe à plusieurs partenaires industriels pour concrétiser un investissement de 170 millions d’€ dans des activités de logistique industrielle, de recyclage de matériaux et de production d’énergies vertes.


Dix ans de maturation ont présidé à l’investissement de 170 millions € annoncé fin avril par Groupe Beck sur un ancien site sidérurgique, à 15 km au nord de Metz (Moselle). L’entreprise familiale de BTP (45 millions d’€ de chiffre d’affaires en 2020, 230 salariés) basée à Oberbronn (Bas-Rhin) ne craint pas le temps long. Au contraire.
Elle en a fait son modèle de développement économique. 

Implanté depuis plus de 20 ans sur cette friche de 85 hectares à Talange-Hagondange (Moselle), Group Beck a emmené dans son sillage cinq acteurs de son réseau : Lingenheld, Eurogranulats, la foncière en immobilier logistique Arefim, De Dietrich Process Systems et Appi (Alsace process projets industriels). D’ici quatre ans, ces partenaires mettront en service des activités de logistique industrielle, recyclage de matériaux et production d’énergies vertes, synonymes de 500 nouveaux emplois.



bpest


« Groupe Beck apporte le foncier, nos partenaires l’expertise métier », résume Philippe Beck, président du conseil de surveillance du Groupe Beck. La PME alsacienne demeure toutefois étroitement associée à chaque activité, en prenant une part « significative » au capital des différentes sociétés de projets lancées pour l’occasion.

Les deux-tiers de l’investissement seront injectés par Metal Park dans la construction de deux bâtiments logistiques sur un ancien parc à métaux. Les 120.000 m² planifiés par cette entreprise codétenue par Groupe Beck et Arefim devraient générer 400 à 450 emplois. « La crise sanitaire incite les industriels à se concentrer sur leurs procédés et à externaliser la gestion des stocks et de la distribution. Dans ce contexte, la situation géographique de la friche de Talange-Hagondange apparait idéale, au carrefour des autoroutes A4 et A31, au cœur d’un vaste bassin économique transfrontalier », argumente Philippe Beck. Les travaux devraient démarrer en 2022 en vue d’une mise en service en 2023.

A ce même horizon, la société Méthalange codétenue avec le groupe de travaux publics Lingenheld (Moselle) injectera ses premiers mètres-cubes de biogaz. L’unité de méthanisation d’une capacité de 14,2 gigawattheures par an – l’équivalent de la consommation énergétique de 1200 foyers – représente un investissement de 9 millions d’€.



Une unité de combustibles solides de récupération à la fin de l'année

methalange
L’unité de méthanisation Méthalange codétenue avec Lingenheld injectera ses premiers mètres cubes de biogaz en 2023. © Groupe Beck


Parallèlement, Groupe Beck entend répondre aux besoins des futures chaufferies CSR (Combustibles Solides de Récupération) des chimistes Novacarb et Solvay en Meurthe-et-Moselle, mais aussi du fabricant de panneaux particules Kronospan au Luxembourg. L’investissement de 500.000 € dans une installation de broyage/calibrage de ces déchets non recyclables à fort pouvoir calorifique est porté par EGlog, une filiale commune à Groupe Beck et à l’exploitant de carrière Eurogranulats (Moselle).
« Il ne s’agit pas de concurrencer les géants du déchet, mais de leur offrir un outil de traitement supplémentaire dans le nord-lorrain. La capacité de l’unité qui sera mise en service fin 2021, devrait avoisiner 15 à 30.000 tonnes par an. Par comparaison, Solvay aura besoin de 350.000 tonnes de CSR annuellement à Dombasle-sur-Meurthe (Meurthe-et-Moselle) », éclaire Philippe Beck.

 

mecateam

L’entrepreneur ne compte également pas passer à côté des enjeux autour de l’hydrogène. A l’horizon 2025, Groupe Beck, Eurogranulats et Arefim envisagent la production d’hydrogène vert à partir de l’électricité fournie par des panneaux solaires photovoltaïques qui seront installés la friche. Enfin, un laboratoire de recherche sera en mesure de tester d’ici un an des procédés de neutralisation des fibres d’amiante. Cette unité pilote baptisée Neutraval soutenue par l’Ademe mobilise 7,6 millions d’€ d’investissement. Le projet est porté pour une période de deux ans en partenariat avec Appi et De Dietrich Process Systems.

Pour Philippe Beck, cette addition d’investissements dans les métiers de l’environnement accolés à des capacités logistiques ne pouvait plus attendre  : « Les planètes sont aujourd’hui alignées. Nos projets collent aux nouvelles aspirations sociétales et environnementales en matière de traitement des déchets et de production d’énergies vertes. »

metalpark
La plateforme logistique Metal Park est porté en partenariat avec le spécialiste de l’immobilier logistique Arefim. © Groupe Beck
Qu’est-ce que la friche de Talange-Hagondange ?

Fermée en 1985, l’ancienne aciérie ThyssenKrupp d’Hagondange (Moselle) devait laisser la place à un vaste parc de loisirs à l’effigie des Schtroumpfs. Mais le projet ne rencontrera pas le succès escompté. Seule une partie du site est actuellement occupée par le parc à thème devenu Walygator.
Sur le foncier restant, Groupe Beck a implanté dans les années 90 un premier dépôt destiné à ses activités en Moselle. En 2009, l’entreprise a acquis 65 hectares et développé l’importation de laitiers d’aciérie, de sables alluvionnaires du Rhin, de pierres, dalles et pavés. Avec le développement sur place d’une activité de recyclage des bois de classe A et B en 2014, puis de traitement des déchets du BTP et des déchets industriels banaux, le groupe a mis un premier pied dans les métiers de l’environnement.

Commentez !

Combien font "2 plus 10" ?