La fille du fondateur de Gris group à Lesménils (Meurthe-et-Moselle) a pris officiellement les rênes de l’entreprise familiale le 1er avril dernier. Le premier exercice de Céline Gris, 41 ans, ne s’annonce pas de tout repos, en raison des hésitations des constructeurs automobiles européens, ses principaux clients. Dans ce contexte, la nouvelle présidente se concentre sur la rentabilité de son outil industriel, avec un objectif d’un million d’€ de gains.

Le passage de relais serait presque passé inaperçu tant la transmission de Gris group a été préparée minutieusement. Le 1er avril dernier, Céline Gris a pris officiellement les rênes de l’entreprise familiale éponyme à Lesménils (Meurthe-et-Moselle). La dirigeante de 41 ans succède à son père, Francis Gris, président et fondateur en 1984 de cette société de 231 salariés. Arrivée il y a treize ans comme chargée de communication, Céline Gris avait pris en 2012 la direction-générale de ce fabricant de rondelles techniques et composants mécaniques.
Ce changement à la tête de Gris group est concomitant, à quelques mois près, a une réorganisation du tour de table. Il y a cinq ans, l’entreprise familiale avait fait entrer dans son capital deux investisseurs minoritaires, Andera Partners (Edmond de Rothschild) et l’Institut lorrain de participation. A l’automne dernier, ces derniers ont cédé leur place à Société Générale Capital Partners et BNP Paribas Développement qui détiennent 31,4% des parts. A cette occasion, le capital a également été ouvert au management de l’entreprise à hauteur de 4,8%. La famille Gris conserve 63,8%.

 

polevehiculedufuturtexte


La nouvelle présidente n’a cependant guère le temps de s’arrêter sur ce passage de témoin symbolique à la tête de l’entreprise. L’heure est au bouclage de l’exercice 2018, dans un contexte pas vraiment porteur sur le marché automobile, son principal débouché commercial. Le chiffre d’affaires de 44,6 millions d’€ affiche tout de même une légère progression (+1,4%). « Nous bénéficions des fruits de la restructuration de notre filiale allemande et de ses prises de marché outre-Rhin », commente la dirigeante. Si le chiffre d’affaires de l’allemande Gris Umformtechnik rachetée en 2012 progresse de 7,5%, celui de sa grande sœur lorraine Gris Découpage stagne (-0,6%). La tendance devrait se poursuivre cette année. Céline Gris évoque le « flou artistique » dans lequel évoluent les constructeurs européens.
« Les industriels de l’automobile prennent le virage de l’électrique à contre-cœur, notamment parce qu’aucune solution satisfaisante ne semble émerger pour résoudre la problématique environnementale du recyclage des batteries. Du coup, sur le volet mobilité électrique, nous avons un certain nombre de projets à l’étude, mais ils ne devraient pas déboucher avant 2020-2021. En revanche, nous travaillons déjà sur les motorisations hybrides. »

Des baisses de prix de 2 à 5% par an

griscommandenumerique
L'entreprise continue d'investir pour améliorer sa rentabilité. © Gris group.

Dans ce contexte économique incertain, l’entreprise se concentre sur sa rentabilité. Ces deux dernières années, afin de répondre à la hausse de la demande, la société en situation de sous-capacité, a beaucoup recouru à la main d’œuvre : recrutement d’une vingtaine de salariés supplémentaires, recours à l’intérim, travail le samedi-dimanche, etc. Parallèlement, elle a investi pour augmenter ses capacités de production. Un nouveau bâtiment industriel a été mis en service courant 2018 (3,4 millions d’€). 

L’entreprise a également démarré en avril la construction de 2.000m² de nouveaux bâtiments administratifs (4 millions d’€). Enfin, en 2019, son budget consacré aux investissements matériels atteint 2,6 millions d’€. Pour améliorer ses résultats, Gris Group a engagé le programme #Profits 2019. « Il vise à rechercher un million d’€ de gains à travers l’optimisation de nos effectifs, la méthode, un travail sur nos marges par pièce, etc. », livre la présidente.

 

BPALC

 

La pression des industriels de l’automobile qui attendent des baisses de prix de 2 à 5% par an, impose de gagner des marchés. « Nous sommes constamment sous la pression de nouvelles exigences de nos clients qui nous délèguent désormais leur gestion logistique. Les relations commerciales s’avèrent également de plus en plus complexes, car elles sont dépersonnalisées, confiées à des structures d’achat en Roumanie, République tchèque ou Pologne. Nous sommes contraints de renseigner des prix en anglais et en allemand sur des portails dématérialisés des constructeurs. »

Qui est Céline Gris ?

celinegris
© Jérôme Baudoin

Cette diplômée de l’école des attachés de presse de Paris (EFAP) avait le désir d’entreprendre. Céline Gris s’est préparée patiemment à prendre la succession de son père en complétant son bagage par un MBA Dirigeant de PME à l’Institut français de gestion de Strasbourg. Intégrée dans de nombreux réseaux, la nouvelle présidente de Gris group a également intégré la toute première promotion de l’Accélérateur PME de Bpifrance en 2015.
« Les ressources humaines ont constitué un thème de réflexion central : Comment recruter les meilleurs talents ? Comment les fidéliser ? », livre-t-elle.  Pendant deux ans, la dirigeante a approfondi les enjeux stratégiques de son entreprise, au rythme d’un séminaire par mois à Paris. A l’issue du diagnostic à 360 degrés, des salariés de l’entreprises ont été formés au travers de modules en lean management, lean manufacturing et supply chain.

Commentez !

Combien font "10 plus 9" ?