bericap

 

PLASTURGIE/BOURGOGNE. Le bouchonnier dijonnais poursuit une politique soutenue d’amélioration de sa productivité et de sa qualité.

Il injecte cette année 8 millions d’€ dans de nouveaux équipements productifs et en développement.

Aux commandes de la filiale française du groupe familial allemand éponyme, Philippe Pellerin achève de revoir tous les fondamentaux de l’entreprise.

 

Philippe Pellerin, gérant de Bericap France implantée sur deux sites : Dijon (Côte-d’Or) et Vittel (Vosges), entrevoit le bout du tunnel. « Nous revenons à des ratios normaux, conformes à l’attente des banques, notamment en matière d’endettement où nous pointions dans le rouge », souligne-t-il.

 

pellerin_1
Philippe Pellerin, directeur opérationnel et gérant de Bericap France.

La filiale française (85 millions d’€ de chiffre d’affaires) d’une ETI éponyme allemande dégage même un résultat net positif en 2014.

 

Cette bonne performance du spécialiste des bouchons agroalimentaires résulte d’un vaste plan de réorganisation stratégique, engagé depuis deux ans.

 

« Nous revisitons tous nos fondamentaux en matière d’organisation industrielle, de qualité, de délai, de maintenance, d’utilisation plus efficace des équipements et de formation », assure le dirigeant.

 

Les 260 salariés des deux unités - auxquels s’ajoutent 40 intérimaires et salariés des groupements d’employeurs (GE Nov et GE Vosges) - bénéficient ainsi de 8700 heures pour muscler leurs compétences. Soit plus de 33 heures par personne ou presque une semaine de travail.

 

« Nous évoluons principalement dans le marché des boissons, heureusement stable en volume, mais où les prix sont liés au poids des bouchons qui se sont allégés de moitié en dix ans », explique Philippe Pellerin.

 

bouchon_1Nouveaux produits

 

Bilan des courses, à valeur constante, Bericap doit produire aujourd’hui 9 milliards d’unités, contre 8 milliards il y a cinq ans.

 

L’abaissement du prix de revient s’avère en conséquence vital et implique des équipements performants. Une partie de l’enveloppe des 8 millions d’€ d’investissements décidée cette année - 7 millions ayant été injectés en 2014 - servira à renforcer le parc des 115 presses à injecter, acheter des moules et concevoir de nouveaux produits.

 

« Nous lançons un bouchon sport en forme de tétine pour boire, avec une forme plus moderne et aux fonctionnalités très améliorées, que nous avons réalisé pour tout le groupe », indique Philippe Pellerin.

 

« Dans notre secteur, une innovation de rupture ne s’invente pas tous les quatre matins, ce n’est pas le concours Lépine et j’entends que nous procédions par petites touches régulières ».

 

Dès cette année, Une personne sera particulièrement dédiée à réinventer la fonction innovation pour la découpler de la fonction développement. Cette dernière sera réorganisée en projets afin de mobiliser l’ensemble de l’entreprise à une culture constante d’une meilleure réponse aux besoins du marché.
 

 

banniere adhex

 

Bericap France fait partie d’un groupe familial d’outre-Rhin que dirige la famille Kraütkramer. Basé à Budenheim, en Rhénanie-Palatinat, il exploite 23 usines dans le monde, emploie plus de 3000 salariés et réalise autour des 600 millions d’€ de chiffre d’affaires.

 

En savoir plus sur le secteur de la plasturgie, consulter la monographie d'Invest In Côte-d'or en cliquant ici.

 

Photos fournies par Bericap avec l'aimable implication de Marie-Jo Pacotte.

Commentez !

Combien font "5 plus 6" ?