MÉTALLURGIE. Le fabricant de boulonnerie spéciale à très haute performance pour les secteurs de l’énergie, du pétrole, de l’armement et du ferroviaire fait le bonheur d’Aillevillers et Lyaumont (Haute-Saône).

L’entreprise «rurale» investit et recrute pour développer un savoir-faire dans les alliages spéciaux, notamment de nickel, quasi-unique en Europe.

Elle appartient à Beck Industries International, groupe familial basé à Armentières (Nord), qui exporte vis, écrous et autres goujons de tailles plus que respectables dans le monde entier.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Si vous branchez Hugues Charbonnier sur son métier de boulonnier, prenez votre temps. Le dirigeant de Beck Industries International, groupe familial implanté à Armentières (Nord), est un authentique passionné.

Parmi les sept sociétés qu’il dirige avec sa femme, Beck Technologies, à Aillevillers et Lyaumont (Haute-Saône), fait presque figure de chouchoute.

À juste raison ! L’entreprise (6 900 m2 d’ateliers) est un véritable petit bijou. Une pépite comme on dit aujourd’hui. Et une pépite de nickel.

Car Beck Technologies (8 millions d’€ de chiffre d’affaires, une soixantaine de salariés) n’a pas son pareil pour travailler ses pièces avec des alliages spéciaux, tout spécialement de nickel.

Son histoire explique ce savoir-faire très particulier. Fondé par Paul Megnin, près d’une usine Peugeot, le fabricant voyait partir tous les forgerons qu’il formait chez le constructeur automobile pour des questions de salaire et d’avantages sociaux.

Il décide donc dans les années 50 de délocaliser son site au milieu de nulle part. Ce sera la commune d’Aillevillers et Lyaumont, après Luxeuil-les-Bains et Fougerolles. Et au beau milieu d’une forêt.

Reprise par le groupe Lisi, pour sa division vis et écrous, l’entreprise progresse en qualité en appliquant les normes drastiques de l’aéronautique.

En 2002, Hugues Charbonnier la rachète, la rebaptise de son nom actuel et ne cesse depuis de la développer en synergie avec ses autres sociétés et plus spécialement avec l’unité nordiste d’Armentières.

Forte mobilisation du personnel

Un programme d’investissement d’un peu moins de 2 millions d’€ (*) court jusqu’à la fin de l’année. Il permet d’améliorer les équipements et les process : traitement thermique sous vide, traitement de surface...

Une presse à chaud vient même d’être installée. Elle offre 1250 tonnes de puissance de frappe, parfaitement adaptée au travail des alliages très résistants.

«Nous cherchons aussi à recruter, d’ici à trois ans, une dizaine de personnes avec des profils d’opérateurs régleurs, de forgerons et de tourneurs numériques», indique Hugues Charbonnier.

80% des pièces produites obéissent à du sur-mesure, notamment pour les turbines que conçoivent Alstom ou GE Energy.  Le solde étant des productions plus normalisées pour l’industrie du pétrole, «mais non standards».

Le climat social semble au beau fixe. Pour preuve, le dirigeant explique que suite à un incendie qui, en 2009, a ravagé un quart des bâtiments, «tout le monde s’est fortement mobilisé pour sauver l’outil de production et nous n’avons pas fermé plus d’une demi-journée».

À 44 ans, ce patron plutôt heureux en affaires et quatrième génération aux commandes, exploite en France une autre unité dans les Ardennes. À l’étranger, Beck Industries International (83 millions d’€ de chiffre d’affaires, 600 personnes) possède des implantations en Angleterre, en Allemagne, en Belgique et tout récemment en Chine.

La croissance de l’activité en 2011 atteint les 20%, notamment à l'exportation et dans le monde entier.

Que quoi faire rêver !

(*) Le conseil général de Haute-Saône a alloué une subvention de 200 000 € suite au montage d’un dossier d’aide assuré par l’agence de développement économique Action 70.

Crédit photo: Beck Technologies

1 commentaire(s) pour cet article
  1. breniaux pascaldit :

    Il ne sert à rien de vouloir faire ce que tout le monde sait faire, car il arrivera toujours un nouveau pour le faire moins cher. Ceci étant, ce n'est donné à tout le monde de faire de la qualité dans la complexité sur le long terme. Chapeau!

Commentez !

Combien font "1 plus 5" ?