Filière bois. Porté par le belge Industrie du Bois Vielsalm et mis en oeuvre par Pascal Jacob, président du Medef de Bourgogne et ancien dirigeant de Jacob Structures Bois, le projet Erscia à Sardy-les-Epiry (Nièvre) n'a pas bonne presse auprès de l'interprofession de la filière bois en Bourgogne.

La récente réunion du bureau d'Aprovalbois débouche sur un communiqué qui prédit «un sérieux risque pour l'avenir de la filière régionale».

D'un montant de 150 millions d'€, le projet Erscia, au stade du permis de construire, comporte une scierie de résineux d'une capacité de 500 000 m3 par an, une unité de cogénération d’une puissance de 52 mégawatts et une usine de pellets.

Aprovalbois s'appuie sur l'étude de l'institut technologique FCBA qui évalue à 1,2 million de m3, la disponibilité de bois résineux en Bourgogne en 2015 et 1,4 million en 2020.

Or, les scieries en place ou en cours d'installation seraient dimensionnées pour consommer 1,6 million de m3 de résineux dès 2012. Avec 500 m3 par jour, l'une des plus grosses consommatrices -avec Erscia-, sera la scierie Fruytier à La Roche-en-Brenil (Côte-d'Or). L'opérateur, également belge, annonce la mise en route de ses lignes de sciages en juin.

Pénurie annoncée en 2020

Selon Aprovalbois, une nouvelle "méga-scierie" comme Erscia n'est donc pas opportune pour la ressource forestière, même elle si ira aussi s'approvisionner dans les forêts voisines du Centre et de Champagne-Ardenne. «Si le projet se réalise, les entreprises déjà en place perdront des emplois, faute de ressource suffisante», dit le communiqué.

«Compte tenu des équipements installés aujourd'hui par les scieurs, des machines qui coupent les bois plus jeunes pour une question de productivité, il y a aura pénurie dès 2020 ; c'est notre rôle de techniciens d'avertir les élus», ajoute Arnaud Rochot, directeur d'Aprovalbois.

«L'approvisionnement de plusieurs scieries industrielles ne peut s'envisager qu'avec une industrialisation progressive de la forêt, c'est-à-dire la plantation, la gestion en futaie régulière facilement mécanisable suivie d'une coupe rase sur des parcelles relativement grandes, avant de recommencer le cycle», défend le communiqué.

Cela pourrait être une nouvelle histoire belge, sachant que les deux opérateurs se font une très vive concurrence sur le marché européen. Mais le projet nivernais n'est-il pas simplement "politiquement incorrect" ? Le conseil régional dont Aprovalbois est le bras technique, a fortement soutenu l'implantation de Fruytier.

Lire aussi : www.tracesecritesnews.fr/actualite/la-scierie-fruytier-dans-la-derniere-ligne-droite-4479

et www.tracesecritesnews.fr/actualite/un-complexe-de-cogeneration-dans-la-nievre-1170

6 commentaire(s) pour cet article
  1. GRINDESELdit :

    Réponse à Mr BOUILLOT: Vous confondez BOIS ENERGIE et BOIS de CONSTRUCTION. Ce ne sont pas les mêmes qualités. Le volume de BOIS ENERGIE disponible en France est colossal : environ 40% du volume des grumes destinées aux bois dits de construction sont de qualité bois énergie : sciures, écorces et plaquettes. Ajoutez-y les houppiers cela doublera quasi le calcul. Il reste encore tous les bois de haies et taillis... Arrétons de dire que le BOIS ENERGIE fait du tord "aux autres usages de nos bois". Et si on reconnaissait tout simplement que les propriétaires forestiers Français n'entretiennent pas suffisamment leurs propriétés ? Exploiter le bois énergie permet d'éclaircir, nettoyer donc valoriser leur patrimoine. Par contre cette exploitation n'offre pas un revenu conséquent... Il faut accepter de réaliser certains travaux "à fonds nuls" pour bien gérer un bois et mettre en valeur un placement toujours négociale. La création de places de dépots et de charrières y contribue. LA EST LE PROBLEME en cette époque de fric où l'on veut tout tout de suite sans passer par la case départ et la créaton de valeur.

  2. grindeseldit :

    N'y a-t-il donc que trois personnes concernées par le sujet ? Aucun professionnel DU BOIS ne se sent concerné. Les Français ne sauraient-ils plus s'engager que pour la défense de leurs "acquis" ?

  3. GRINDESELdit :

    Mr Mazel, Vous semblez vouloir accorder un blanc seing aux affirmations suivantes de Pascal JACOB : Y aura t-il assez de bois en Bourgogne ? L'article sur le projet Erscia donne la réponse par les chiffres et ne laisse aucun doute sur cette question. (Ma) Réponse: Les chiffres de l'un comme de l'autre - partisans et adversaires du fameux projet ERSCIA qui sera encore abondamment subventionné par les contribuables sous prétexte de créer des emplois ... pour remplacer ceux qui seront sinistrés par ailleurs – en validant des disponibilités de matières premières sortant d’organismes qui comptabilisent encore une partie des friches consécutives à la tempête de 1999 et des sites économiquement inexploitables, vont encore noyer le débat qui aurait pu être le suivant : 1/ Le financement de l’opération est-il assuré autrement qu’en faisant essentiellement appel à des subventions françaises …et belges indirectes ? 2/ Si l’opération s’avérait être finalement un fiasco financier (voir ce qui s’est passé récemment du côté de la Suisse …et même en Belgique !) qui remboursera les subventions indûment perçues ? 3/ Présenter la production d’électricité "verte" comme étant une prouesse économique, technique et écologique est –il compatible avec l’aspiration naturelle des ménages français de pouvoir se chauffer au bois sans consommer des produits industriels, surtout dans le Morvan !? La encore, ce seront les consommateurs EDF qui paieront une partie de la facture et le bois de chauffage de monsieur tout le monde qui augmentera ! 4/ Indiquer "qu’une partie de l’électricité autoproduite sera auto consommée" sans passer par les tuyaux EDF sous entendant qu’il s’agira là d’une belle et remarquable opération en énergie renouvelable ! Belle tarte à la crème pour endormir les gogos! 5/ Affirmer que 250 000 tonnes de granulés seront fabriqués en auto consommant la totalité des sciures produites soit environ 50/60 000 tonnes sous réserve de scier les 500 000 tonnes de bois ronds annoncés, sachant qu’il faut 2 tonnes de sciures VERTES pour produire 1 tonne de granulés SECS… le reste sera pris où ? Par autogénération ou transformation de sciages qui, à ce train là, se vendront moins chers que les bois énergie ? 6/ Dans le tonnage de plaquettes – transformés en sciures ? – qui n'ira ni dans les usines de panneaux et les papeteries, ni dans les chaudières automatiques individuelles des Nivernais qui n’auront plus que le choix d’acheter des granulés au prix fort ? 7/ Suite à cet important tonnage transformé en granulés et correspondant, grosso modo, à la totalité des sous produits de la scierie transformés en sciures, la chaudière de co-génération ne pourra être alimentée qu’avec les écorces …et un certain tonnage de "bois en fin de vie" (46%)? Des "bois en fin de vie" ? Il n’y en a déjà plus une tonne de disponible en France ! Par contre, il y en a des millions de tonnes au Japon ! Erscia pourra leur expédier des sciages et ramener du bois en fin de vie… Sinon il faudra en produire spécialement pour cette usine miraculeuse qui, non seulement, a déjà prévu la multiplication des tonnes de sciures mais, en plus, nous sort un prévisionnel annonçant que la fameuse usine de cogénération sera alimentée par du bois naturel et non surnaturel à "16% par des connexes de scierie(s) et 38 % par des bois forestiers de feuillus et résineux" : Les rémanents ? Y’a comme un trou dans les appros quelque part ! Ou il manquera de la sciure et des granulés ou il manquera des calories …ou encore les forêts seront pillées des rémanents dont elles ont besoin?! 8/ Les granulés partiront en Belgique ou resteront en France ? Sachant que la Belgique cherche désespérément des sources d’électricité plutôt que de coloniser une partie des territoires africains ; tant qu’à faire la France est plus près et coûtera moins chère en subventions aux contribuables Belges… 9/ Le futur directeur du site ayant démontré ses capacités de manager par ailleurs, nul doute qu’il saura solutionner ces petits problème d’intendance. A défaut il semble qu’il a prévu un plan B dans la politique ? Certains penseront que c’est une bonne position pour tirer des ficelles, pardon : des subventions… Je ne le pense pas : ça n’est plus la mode et ça ne rapporte plus comme avant … Si jamais on revenait aux temps des PINAY / DE GAULLE dur/dur ça ne vaudra plus le coup d’essayer …De plus la bascule passe de plus en plus fréquemment de droite ou de gauche et les contribuables se laissent moins facilement plumer qu’un temps ! Ils se méfient tellement …qu’ils sont de moins en moins nombreux à voter ! Vous dites ? C’est à cause… ? Non… Et les Nivernais dans tout ça, ils vont se chauffer avec quoi ? Avec des granulés belges ou français ?! 10/ Erscia a prévu de s’approvisionner à 300 km à la ronde : une bagatelle ! A Nevers, on faisait bien venir des sciages des pays Nordiques. Ses deux principaux concurrents je cite "de facto se trouvent être éloignés". Effectivement : une vingtaine de km pour l’un et 100/150 pour l’autre ? Probablement pas dans la même direction… Le futur directeur de ERSCIA est Belge ? Je ne le savais pas. GRINDESEL PS : Il les trouve à combien de km de SARDY, les 40% de Pins Sylvestre prévus dans le prévisionnel (200 000 m3 soit 6 à 7000 camions par an !) En Sologne ?

  4. GRINDESELdit :

    Grindesel a exprimé son avis sur la question il y a déjà quelques mois...Chacun peut en avoir connaissance sur le forum de GF SERVICES: www.gfservices.fr sous le titre SARDYNAMITE? et PLUS FORT QUE LE POLE BOIS DU HAUT FOREZ. Certains sont maîtres dans l'art de manipuler les chiffres. Quand ça devient politico-économique, on ne sait plus quoi en penser ...si ce n'est que ça incite encore plus certains à ne pas voter et, encore moins, à se mouiller! Sommes-nous encore en démocratie quand certains s'autorisent à des lettres de menace plus ou moins voilées pour tenter de faire taire "la petite voix qui se mêle de ce qui ne la regarde pas"? Un retraité qui n'a plus grand chose à perdre si ce n'est le bonheur d'avoir vécu une vie professionnelle à fond dans la filière BOIS SCIERIE et constate que le goût des honneurs a maintenant une très forte odeur d'argent et ne respecte plus les compétences de terrain ! GRINDESEL

  5. Mazeldit :

    Je vous conseille de prendre connaissance de la réponse de Pascal Jacob sur ce même site - titre de l'article : Erscia scie la branche (en mauvaise santé ... pour ne pas dire autre chose ?) d'Aprovalbois - Ce qui est tout de même navrant, c'est la désinformation totale et sans doute organisée par certains (et pour protéger leurs intérêts) sur ce sujet : Y aura t-il assez de bois en Bourgogne ? L'article sur le projet Erscia donne la réponse par les chiffres et ne laisse aucun doute sur cette question.

  6. Bouillotdit :

    Je me permets d'ajouter que les acteurs de la filière bois, y compris Pascal Jacob et Jacques Ducerf (président d'Aprovalbois) ont participé à un dîner-débat organisé par Le Journal du palais la semaine dernière, dont le compte-rendu est publié cette semaine sur 2 pages... Et effectivement, l'ambiance a été tendue, en particulier entre Pascal Jacob et le dirigeant des scieries de Sougy. A l'évidence, la matière première va finir par manquer, surtout qu'on n'a trop peu planté ces dernières années... C'est quand même dommage de nous vanter les mérites du bois énergie et de la construction bois, et de ne pas avoir au préalable fait le nécessaire pour disposer des volumes suffisants !...

Commentez !

Combien font "3 plus 5" ?