C’est une étude qui a le mérite de ne pas se voiler la face.

Restituée la semaine dernière à Mulhouse, "L’enquête des performances industrielles 2009" de la filière automobile d’Alsace-Franche-Comté menée auprès de 53 entreprises, par le réseau PerfoEst sous l’égide du Pôle Véhicule du futur (PVF), n’esquive pas les «tendances lourdes négatives», voire les «évolutions inquiétantes».

«Elles touchent à l’investissement dans les outils et les hommes, et ne sont pas à mettre au seul compte de la dernière crise», souligne Georges Lammoglia, le président du PVF.

L’étude pointe trois de ces «évolutions inquiétantes» depuis sa 1ère édition en 1997 :

- Les suggestions d’amélioration stagnent depuis 12 ans à un peu plus de deux par salarié et par an, alors que le chiffre de 10 est considéré comme bon dans la filière.

- La rotation insuffisante des stocks pèse sur la trésorerie.

- La valeur ajoutée par personne est scotchée inexorablement entre 50 et 55.000 euros.

Cette dernière donnée préoccupe le plus le président du PVF.  «Comparé au salaire moyen, il ne reste pas grand-chose. Le bon niveau serait 75.000 euros. Le chiffre d'affaires (CA) par salarié, lui, a augmenté si bien que le ratio valeur ajoutée sur CA a chuté de 49 à 30 % en 12 ans».

Le président du Pôle Véhicule du futur en fait l’interprétation suivante : «Tous les gains de productivité sont allés chez le client par la baisse des prix de vente, et aux fournisseurs par la hausse des coûts (acier par exemple)».

Dans les tendances négatives figurent la baisse continue de l’investissement et des budgets formation, tombés respectivement à 3,5 % du CA et 1,6 % de la masse salariale, «là où il faudrait arriver à 6 % pour l’un et 3 % pour l’autre», selon Georges Lammoglia.

Reconquérir cette valeur ajoutée passe, selon lui, par l’innovation. Celle-ci permettrait d’imposer des prix plus élevés et l’amélioration de la compétitivité grâce au "Lean Manufacturing" (1).

Côté positif – il y en a ! – l’étude relève la qualité des produits (baisse des retours clients, hausse des taux de service).

Elle constate la chute des accidents du travail. Toutefois, les deux régions Alsace et Franche-Comté n'atteignent pas les standards considérés comme de «classe mondiale».

(1) La démarche Lean Manufacturing consiste à identifier et à éliminer toutes les pertes d’efficacité qui jalonnent la chaîne de la valeur (depuis la réception de la matière jusqu’à l’expédition du produit), autrement dit la recherche de la performance par l'amélioration continue et l'élimination des gaspillages.

Contacts : PerfoEst  : 03.89.46.36.31., Philippe Moussalli, directeur de programme, pm@vehiculedufutur.com

Pôle Véhicule du futur, 03.89.32.76.44., www.vehiculedufutur.com

Crédit photo : PSA Peugeot-Citroën

1 commentaire(s) pour cet article
  1. Ed. DAUGERdit :

    En effet des chiffres qui parlent d'eux-mêmes, les entreprises têtes de filières, devraient mieux prendre en compte dans le déploiement de leurs relations, au sein du secteur, les incontournables de l'accompagnement à l'évolution et la consolidation des compétences et métiers. De même, les équipementiers de rang 2+ se doivent d'agir sur le lean manufacturing (gain de productivité) et sur l'innovation (nouveaux produits et marchés). C'est l'objectif qu'ambitionne la Plateforme de la Filière Automobile (PFA) de Bourgogne aux côtés des ARIAs (Ass. Régionale de l'Industrie Automobile).

Commentez !

Combien font "10 plus 2" ?